Comprendre la construction des usages des TIC en formation : Vers un modèle d'analyse systémique

Résumé : Mémoire de HDR présenté et soutenu publiquement le 24 avril 2014 par Françoise POYET Depuis quelque trente ans, les Technologies de l’Information et de la Communication ont pris un essor considérable dans le monde professionnel et dans la plupart des activités de la vie quotidienne. Cet essor ne semble pas aussi rapide en ce qui concerne les domaines de l’éducation et de la formation dans lesquels les TIC prennent davantage de temps à s’intégrer durablement aux pratiques professionnelles des enseignants (Baron et Bruillard, 2004). Pour tenter d’en analyser les raisons, nous nous sommes attachée à caractériser et à analyser certains facteurs qui concourent à la construction des usages des TIC et qui en facilitent leur généralisation. Les facteurs transversaux à l’éducation et à la formation, discutés tout au long de notre note de synthèse, sont liés au contexte de conception pédagogique, aux connaissances à acquérir, à l’interface des dispositifs instrumentés et aux scénarios didactiques et de communication. Pour les analyser, nos travaux s’inscrivent dans une orientation s’intéressant aux « usages sociaux des technologies» qui relève du courant des sciences humaines et sociales (SHS) du double point de vue des sciences de l’éducation et de la psychologie cognitive. S’intéresser aux usages signifie pour nous que le regard du chercheur peut tout aussi bien se porter sur des actions en cours que sur des actions futures telles qu’elles sont prévues par le concepteur du dispositif. Pour répondre à notre objectif initial, mieux comprendre certains facteurs intervenant sur la construction des usages des TIC en formation, nous avons exploré plusieurs domaines et thématiques de recherche comme les contextes de conception et de mise en œuvre, les connaissances à acquérir, les scénarios didactiques, les scénarios de communication entre sujets, les modalités d’accompagnement dans les dispositifs, les interfaces et les compétences des enseignants. Nous les avons envisagés au regard d’un ensemble de concepts et de notions que nous avons discutés, pour la plupart, dans le cadre théorique de Rabardel (1995) et du modèle de l’innovation de Depover, Strebelle et De Lièvre (2007). En termes d’avancées scientifiques, nous avons montré que les usages ne se construisent pas selon un processus linéaire passant successivement par les stades 1 (appropriation), 2 (structuration) et 3 (diffusion) selon Depover et al. (2007). Par exemple, pour les dimensions psychologique et sociologique, les usages commencent par le niveau 2 (structuration) et non par l’appropriation (1) alors que pour la dimension technico-pédagogique, ils passent de la phase d’appropriation (1) à la diffusion (3) (Poyet et Genevois, 2012). En outre, la dimension psychologique, relative aux aspects motivationnels en termes d’intention (Dillon et Morris, 1996), semble constituer un prédicteur d’usages. Par exemple, nous avons constaté que les enseignants les moins avancés en matière d’usage des TIC utilisaient le cahier de textes numérique par obligation et non par réelle conviction, ce qui correspond à une certaine fragilité au regard de leur motivation pour utiliser les TIC. Nous pensons également, en accord avec le modèle développé par Depover, et al. (2007) que cette dimension psychologique est indissociable du contexte d’intégration des TIC et de l’insertion des enseignants dans des réseaux sociaux. La nécessité de se tourner vers des groupes sociaux pour enrichir ses propres pratiques est une réalité que l’on observe en particulier avec le développement et l’organisation de communautés d’intérêts. Dans nos perspectives de recherche, nous proposons d’approfondir l’influence de ces groupes sociaux, notamment des groupes de pairs, sur l’appropriation des TIC par les enseignants. Précisément, nous avons montré que la participation des enseignants à des groupes de pairs représente un facteur de diffusion des usages des TIC (Poyet et Régnier, 2013) parce qu’ils se servent de leurs réseaux sociaux pour améliorer leurs compétences et leurs connaissances à l’égard des TIC. Nous avons également convoqué d’autres cadres théoriques pour envisager les TIC. En particulier ceux de Brangier, Dufresne et Hammes-Adelé (2009) qui s’intéressent à la relation humain-technologie dans une perspective symbiotique pour revisiter la notion d’acceptation. Cette notion, largement diffusée au cours des deux dernières décennies, « souligne que l’utilisation d’une technologie repose sur le fait que son utilisateur a d’abord décidé de l’accepter » (Brangier et al., 2009, p. 333), mais, elle apparaît insuffisante pour rendre compte des interactions humain-ordinateur. La notion d’acceptation peut renvoyer à une approche techno-centrée où l’humain et la technologie s’opposent. Dans une approche anthropocentrique, il ne s’agit plus pour l’humain, ou de nombreux humains, d’accepter la technologie, mais de vivre avec elle dans une relation intime de telle sorte que « le tableur ne soit plus un simple outil de calcul mais au contraire qu’il amplifie notre intelligence et que notre téléphone portable à écran tactile soit notre prolongement naturel, celui de notre doigt, de nos yeux, de nos oreilles et de notre esprit » (Brangier et al., 2009, p. 334). Dans cette approche, il s’agit d’identifier les déterminants propres non au couple « utilisateur-artefact » ou « usager-instrument », mais à la nouvelle forme créée par la complémentarité de ces deux entités. Les auteurs précités parlent de symbiose de la relation humain-technologie pour signifier qu’humain et technologie sont liés par des rapports de forte dépendance mutuelle. Ainsi, l’activité humaine pourrait être analysée comme le résultat de l’efficacité d’un état symbiotique entre l’outil et l’utilisateur pour répondre de manière satisfaisante aux besoins de l’utilisateur : « Plutôt que de se fier à ses perceptions d’utilité et d’utilisabilité, l’utilisateur cherche d’abord à maximiser sa satisfaction » (Brangier et al., 2009, p. 335). La notion de satisfaction représente un facteur déterminant sur la diffusion des usages des TIC, elle serait générée par une confirmation des attentes de l’utilisateur à propos de la technologie. La satisfaction serait également envisagée comme le résultat de l’évaluation positive de l’expérience d’interaction de l’utilisateur avec la technologie. Licklider (1960 cité par Brangier et al., 2009, p. 339) fut le premier à utiliser cette notion et à considérer que la relation humain-ordinateur correspond à un partenariat qui s’engage entre les deux entités. De notre point de vue, cette relation symbiotique pourrait s’étendre aux groupes sociaux qui interviennent dans les processus de construction des usages avec les TIC. Dans la dernière partie de notre note de synthèse, nous avons réfléchi sur les apports de cette approche symbiotique pour définir de nouveaux concepts et de nouveaux paradigmes de recherche propre à cette relation de dépendance mutuelle en vue de constituer un champ spécialisé sur les TIC.
Mots-clés : Usages pédagogiques
Type de document :
HDR
domain_shs.info.educ. Université Claude Bernard Lyon1, 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [234 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/tel-01356322
Contributeur : Francoise Poyet <>
Soumis le : jeudi 25 août 2016 - 14:44:10
Dernière modification le : jeudi 5 avril 2018 - 16:26:02
Document(s) archivé(s) le : samedi 26 novembre 2016 - 15:34:08

Identifiants

  • HAL Id : tel-01356322, version 1

Collections

Citation

Francoise Poyet. Comprendre la construction des usages des TIC en formation : Vers un modèle d'analyse systémique. domain_shs.info.educ. Université Claude Bernard Lyon1, 2014. 〈tel-01356322〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

563

Téléchargements de fichiers

430