Résultats de l'enquête Archives Ouvertes Couperin 2019 - @rchiveSIC Access content directly
Conference Poster Year : 2020

Résultats de l'enquête Archives Ouvertes Couperin 2019

Abstract

French Higher Education Institutions (HEIs) are, for 89% of the respondents to the survey, now having their own open repository, or declaring to be in the implementation phase (compared to 82% in 2017 and only 62% in 2014). It can therefore be considered that almost all HEIs now offer a green open access repository or signalling solution to their researchers. The « still in progress » or suspended projects are rather related to the current recomposition of the Higher Education landscape. The most obvious obstacles to the latest implementations remain both the low involvement of researchers in the project and the human resources allocated. There is a slight but real increase in the rate of inclusion of open repositories in the general policy of the institutions (from 53% to 61% positive responses, compared to the results of the 2017 survey). Their operational management is still and essentially handled by libraries and information services, 70 per cent of which have a research support service. The number of institutions with a mandate to register bibliographic references (from 9% to 23% of respondents) or to submit full text documents (from 10% to 15% of respondents) increases significantly between 2017 and 2019. These mandates come more frequently than in 2017 from the governing and policy-making bodies of the institutions, but they seem to benefit primarily to the reporting of bibliographic references, rather than to the provision of full text. The share of full text documents in open repositories is highly variable, ranging from 100% to less than 10%. However, a clear majority of repositories offer less than 50% of documents in full text, as found in the previous survey. The main platform in use remains HAL, for 80% of respondents (78% in 2017). This prominence is very strong for universities (91%), Grandes Ecoles (79%) and groups of institutions (75%), and less so for research organisations (46%). Ninety per cent of the 18 respondent institutions that chose another technical solution, mainly DSPACE and EPrints, opted to connect their repositories to HAL. The majority of institutions appear to have recognized the need to develop a research data policy, even though it is still a work in progress (54% of respondents). However, the majority of respondents still seem to have little knowledge of their researchers' practices with respect to research data (54%).
Les établissements d’enseignement supérieur français sont, pour 89 % des répondants à l’enquête, désormais dotés de leur propre archive ouverte ou déclarent être en phase de mise en œuvre (contre 82 % en 2017 et seulement 62 % en 2014). On peut donc considérer que la quasi-totalité des établissements de l’ESR propose désormais une solution de dépôt ou de signalement Green Open Access à leurs chercheurs. Les réflexions encore en cours ou les projets suspendus sont plutôt liés aux recompositions actuelles du paysage de l’enseignement supérieur. Les obstacles les plus évidents aux dernières implémentations restent la faible implication des chercheurs dans le projet et les moyens humains mis à disposition. On note une légère mais réelle progression du taux d’inscription des archives ouvertes dans la politique générale des établissements (de 53 à 61 % de réponses positives par rapport aux résultats de l’enquête 2017). Leur gestion fonctionnelle est toujours et essentiellement prise en charge par des bibliothèques et des services documentaires, qui sont dotés pour 70 % d’entre eux d’un service d’appui à la recherche. Le nombre d’établissements ayant acté une obligation de signalement des références bibliographiques (de 9 à 23 % des répondants) ou de dépôt du texte intégral (de 10 à 15 % des répondants) augmente nettement entre 2017 et 2019. Ces obligations émanent plus fréquemment qu’en 2017 des instances décisionnelles et politiques des établissements, mais elles semblent bénéficier d’abord au signalement des références plus qu’au dépôt du texte intégral. La part de documents en texte intégral dans les Archives Ouvertes est très variable, puisqu’elle s’échelonne de 100 % à moins de 10 %. Cependant, une nette majorité d’Archives propose moins de 50 % de documents en texte intégral, comme constaté lors de l’enquête précédente. La plateforme majoritairement utilisée reste HAL, pour 80 % des répondants (78 % en 2017). Cette prééminence est très marquée dans les universités (91 %), les grandes écoles (79 %) et les regroupements d’établissements (75 %), moins prégnante pour les organismes de recherche (46 %). 90 % des 18 établissements répondants ayant opté pour une autre solution technique, majoritairement DSPACE et EPrints, ont choisi de connecter leur archive à HAL. La majorité des établissements semble avoir pris conscience de la nécessité de se doter d'une politique concernant les données de la recherche même si celle-ci reste encore à l'état de projet (54 % des répondants). Toutefois, ceux-ci semblent encore majoritairement méconnaitre les pratiques de leurs chercheurs vis-à-vis des données.
Fichier principal
Vignette du fichier
Poster Couperin A0-2019-HD_OK.pdf (602.05 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

sic_02864717 , version 1 (29-06-2020)

Licence

Attribution

Identifiers

  • HAL Id : sic_02864717 , version 1

Cite

Emmanuelle Ashta, Martine Augouvernaire, Christelle Caillet, Marine Laffont, Christine Okret, et al.. Résultats de l'enquête Archives Ouvertes Couperin 2019. Journées CasuHAL 2020 initialement prévues à Montpellier du 22 au 24 juin 2020, Jun 2020, Montpellier, France. ⟨sic_02864717⟩
7 View
2 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More