Le format du panorama

Laurent Lescop 1
1 CRENAU - Centre de recherche nantais Architectures Urbanités
AAU - Ambiances, Architectures, Urbanités
Résumé : Le format du panorama. S’il existe une chose difficile à mettre dans un catalogue, c’est l’image d’un panorama. En effet, que ce soit celui de Barker représentant Edinbourg, celui de Mesdag ou encore celui de Waterloo, impossible de savoir où commence l’image et à quel endroit il faut la couper, elle tourne infiniment autour de nous. Ailleurs, la chose est entendu, le format 1 :33, presque carré renvoie aux âges du cinéma de grand papa à mon vieil écran cathodique qui prend la poussière au grenier ou aux affiches des panneaux publicitaires. Le format 2 :35 s’étire sur toute sa longueur sur les paysages écrasés de soleil des westerns et des grandes épiques épopées. Le panorama lui est un format empêchant la lecture synoptique de l’image. A distance, se fondant parfois avec le réel, il propose une première lecture verticale, puis demande au corps à se mettre en mouvement, de tourner, de bouger, il faut tourner sur soi-même pour en faire le tour. Le format du panorama impose une mise en mouvement dans une image à l’origine, fixe. Puis le panorama a suivi les évolutions technologiques, à peine la photo était-elle inventée que le panorama s’en est emparé, inventant de nouvelles chambres pour créer de nouveaux formats, toujours plus larges. Quand le cinéma est découvert, c’est le format de 16 projections côte à côte qui ont permis de restituer un cylindre d’images en mouvement. Le panorama s’est essoufflé avec l’essor du cinéma et les grandes rotondes ont fermé. Mais, l’effet que procure une image de très grand format ne pouvait que les rappeler au plaisir de tous. Tout d’abord sous la forme des planétariums, puis au cinéma pour une première tentative proposée par Abel Gance, puis par Disney dans ses parcs d’attractions. Ensuite, ce sont les arts numériques qui ont revitalisé cette forme, tout d’abord à l’intérieur d’un cube, puis d’un cylindre, puis d’une sphère. Le panorama est une forme théâtrale, équipe les simulateurs de toute nature et bien entendu, reste toujours étonnant comme attraction dans un format gigantesque : l’Imax. Au mitant du XXème siècle, il était de bon ton de posséder son petit panorama portatif. Plié en accordéon, le leporello, présentait le monde sous la forme d’un travelling, inventaire méthodique de la forme des villes. Le colorama quant à lui, composait des scènes idéales, que le système Kodak sublimait en profondeur et en couleur. De nos jours, chacun peut réaliser son panorama, cela a même été un temps un argument de vente pour une marque aimant laisser croire qu’elle est à l’avant-garde de tout. Le format du panorama est encore plus étonnant, il est cubique, cylindrique, sphérique, il se déploie dans le cadre de l’écran, par morceaux ou dans les dispositifs immersifs tels que les Occulus Rift ou les Google CardBoard. De loin, ce sont deux petits carrés jointifs, de près, les yeux contre l’écran, c’est un monde déployé sans limite, sans cadre…
Liste complète des métadonnées

https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01495688
Contributeur : Laurent Lescop <>
Soumis le : dimanche 26 mars 2017 - 12:44:10
Dernière modification le : vendredi 14 septembre 2018 - 09:56:10
Document(s) archivé(s) le : mardi 27 juin 2017 - 13:47:09

Fichier

PLI-LESCOP-panorama-revue.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : sic_01495688, version 1

Collections

UNAM | AAU | UGA | CRENAU

Citation

Laurent Lescop. Le format du panorama. Pli, Architecture & édition, 2016, Format(s), pp.199-208. 〈http://www.plirevue.com/〉. 〈sic_01495688〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

322

Téléchargements de fichiers

95