Communication enchantée de l'idéologie managériale : storytelling et journal d'entreprise

Résumé : Les écrits dans les organisations assurent la mise en forme des traces d'évènements, de pratiques professionnelles, d'évaluation de celles-ci, de normes et structurent l'organisation (Borzeix, Fraenkel, 2003) en assurant une fonction pragmatique socio-professionnelle. Or parmi ces écrits, se tient en marge du fonctionnel, le journal d'entreprise. Ce dernier vient informer au mieux le personnel sur l'évolution de la vie de l'entreprise pour permettre de fédérer les employés de l'organisation autour d'un projet commun. Outil de motivation du personnel l'incitant à participer à la vie de l'entreprise, il encourage les contacts, les liens entre les sites délocalisés. Porte-parole de la culture propre à l'entreprise, le journal interne se montre divertissant tout en sensibilisant le personnel aux grands problèmes de l'entreprise par l'explication des orientations à venir. En somme il doit " informer, motiver, fédérer, distraire et " décloisonner " (Lardellier, 1998). L'histoire de l'entreprise se raconte et se fixe dans un rituel mensualisé le plus souvent comme la somme des informations susceptibles de susciter l'intérêt des acteurs de l'entreprise. Cette histoire les forme à un esprit d'entreprise (Etchégoyen, 1990) et génère par un apprentissage des changements de l'organisation ou plus précisément comme le dit N. Alter (2004), " de l'activité organisatrice " un construit organisationnel. Et si l'on considère que l'intériorisation des règles (Le Goff, 1993) répond à la " recherche de l'adhésion idéologique des travailleurs aux objectifs définis par les directions " (Lagacé, 1998), alors clairement les informations dans le journal institutionnel ou d'entreprise participent à l'édification du récit (d'Almeida, 2001) d'entreprise vecteur de l'idéologie managériale. Notre objet de recherche sera plus le discours écrit qui passe par le journal interne lequel dispositif socio-technique (DISTIC) il permet la diffusion d'une intentionnalité managériale à la totalité des salariés d'une entreprise sur le sens à donner et à prendre aux mutations en cours comme celle des fusions-acquisitions. Il s'agit donc de repérer dans la structure narrative du journal d'entreprise de la production d'un sens collectif qui vise la configuration de l'action notamment à l'occasion d'un évènement restructurant la forme organisationnelle. Le récit véhicule alors l'histoire de l'entreprise, selon une chronique de réussite annoncée. Il est storytelling porteur d'une domination symbolique managériale (B. Floris, 1996) qui met en tension les aspirations économiques, sociales et anthropologique et anticipe un scénario où le collectif participe à la performance de l'entreprise. Raconter, en appui sur le passé glorieux de l'entreprise permet d'anticiper l'inscription de l'évènement dans le cours de l'histoire de l'entreprise (Dangel, Blancherie, 2009). Nous parlons du storytelling qui ouvre la question de la performation entrepreneuriale par la culture de la connivence dans une mise en scène dont les lecteurs doivent penser qu'ils sont aussi les acteurs. Nous voulons montrer comment dans le cas de la fusion de deux entreprises internationales, la forme du récit mise en évidence par une étude au moyen du logiciel Alceste révèle une idéologie particulière de construction organisationnelle. En effet, Alceste est un logiciel d'analyse textuelle numérisée pour en extraire les structures signifiantes les plus fortes. Cet outil nous aide à mieux comprendre notre matériel discursif. L'objectif de ce logiciel est de déterminer comment s'organise les éléments qui constituent le corpus à analyser, de réduire l'arbitraire sans la description du corpus et de mettre en évidence l'information essentielle contenue dans le corpus. En l'occurrence, le corpus analysé porte sur les journaux de la première année du rapprochement des deux entreprises (soit 25 numéros en un an) et a été soumis à l'analyse en utilisant un paramétrage standard, où les valeurs sont prédéfinies par Alceste en fonction de la taille du corpus. Le journal d'entreprise comme l'outil majeur des moyens de communication interne lorsqu'il répond aux critères de qualités (forme et fond), apprécié et reconnu de tous, est aussi le faire-valoir et le faire-penser de l'entreprise à l'égard des salariés. De fait, il est un outil de communication prépondérant où tous les éléments qui définissent la culture d'entreprise transitent. Ici, il atteste d'une complexité double par un récit enchanté et enchanteur, porté sur l'imaginaire d'une part, et d'un outil informationnel intégré au dispositif communicationnel global d'autre part. C'est toute la question des narrations performatives organisationnelles qui se pose et son corollaire celle d'un formatage de l'entreprise.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Le storytelling : Succès des histoires, histoire d'un succès, L'Harmattan, pp.155-172, 2012
Liste complète des métadonnées

https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00854335
Contributeur : Lorrys Gherardi <>
Soumis le : lundi 26 août 2013 - 18:44:46
Dernière modification le : lundi 24 septembre 2018 - 17:20:02

Identifiants

  • HAL Id : sic_00854335, version 1

Collections

Citation

Lorrys Gherardi, Sylvie P. Alemanno. Communication enchantée de l'idéologie managériale : storytelling et journal d'entreprise. Le storytelling : Succès des histoires, histoire d'un succès, L'Harmattan, pp.155-172, 2012. 〈sic_00854335〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

667