La médiation institutionnelle : l'institution judiciaire comme terrain d'étude

Résumé : Les rapports entre Justice et médias constituent une problématique particulièrement actuelle qui n'a auparavant jamais reçu l'hommage des Sciences de l'information et de la communication (Sic). L'institution judiciaire est donc ici considérée comme terrain d'étude pour une analyse communicationnelle à travers les concepts de dispositif et de médiation dans le cadre théorique des approches, anthropologique et sémiotique. L'interdisciplinarité des Sic permet en effet d'appréhender l'institution dans sa globalité, d'étudier les rapports qu'en tant qu'acteur du système communicationnel elle engendre avec l'individu comme sujet et avec la société. En effet, le discours de l'institution judiciaire est à la fois individuel et pragmatique, adressé aux parties, et social, en ce sens symbolique, et dirigé vers la société. Les deux dimensions de l'activité symbolique du sujet doivent être considérées : « sa dimension singulière, celle du psychisme et de l'individualité et sa dimension collective, celle de la sociabilité et du fait politique » (Lamizet, 1997 : p. 9-14). Dès lors, il s'agit d'analyser les conditions de formation du sens et de la représentation dans le cadre d'un phénomène institutionnel, de comprendre le discours et la position d'une institution dans l'espace public. L'approche sémiotique est adoptée au profit de l'étude des interactions, des rapports, des positions et des rôles des individus dans le cadre d'une activité communicationnelle en dépassant la signification des énoncés pour découvrir la dimension pragmatique qui émane de l'énonciation. Il s'agit en effet de découvrir l'ensemble des formes et des logiques par lesquelles la communication entre les hommes donne à la sociabilité la dimension effective d'une continuité d'échanges et de relations à travers la mise en scène de l'activité judiciaire. La littérature de plusieurs disciplines constitue donc le corpus de cette étude [anthropologie, sociologie, histoire, droit, science politique]. Nous utiliserons de même des documentaires afin de mettre en évidence la médiation organisée par la mise en scène [symbolique et esthétique] du dispositif judiciaire. L'institution judiciaire en tant que dispositif, organise elle-même une médiation symbolique qui structure les représentations. En effet, le concept de médiation évoque une séparation et un lien à la fois, c'est-à-dire la présence d'un « Tiers symbolique » qui permet des représentations partagées. Dès lors, l'institution en général, et l'institution judiciaire en particulier, constituent ce « Tiers » qui rend possible la construction d'un sens commun. Ainsi, la normativité est liée à un système culturel et symbolique, qui par les projections imaginaires dont il est à l'origine, dispose d'une dimension performative. L'autorité d'une institution réside donc dans ce qui structure les conditions de la communication : un modèle communicationnel impliquant une mise en scène. Décorum, apparat, rituels constituent les éléments d'un dispositif d'énonciation qui exerce un pouvoir en tant qu'il assigne rôles et positions dans un espace symbolique [espace juridictionnel, espace médiatique]. Dans le contexte actuel dit postmoderne, caractérisé par l'avènement du sujet et un fonctionnalisme détaché, les conditions de l'énonciation du discours institutionnel sont affaiblies. La mise en scène du « Tiers » souffre les contraintes de transparence et de proximité liées à la reconnaissance d'un nouveau statut pour le sujet. Ces valeurs postmodernes renvoient à une im médiateté dans laquelle les barrières symboliques s'effondrent. L'espace judiciaire est partagé. Le juge est déshabillé, personnifié, sorti de sa fonction symbolique. Le rapport du justiciable à son institution évolue : la décision prend progressivement la forme d'une co énonciation entre le juge et les parties. Ces dernières deviennent spect acteurs du fait de l'abolition de la coupure sémiotique qui caractérise habituellement la scène judiciaire. Par les effets de la médiatisation, le fait judiciaire devient évènement et entre dans la discussion de l'espace public. Le dire judiciaire perd son statut de discours de vérité et se trouve confronté aux discours politique, social, économique et scientifique. Dispositif judiciaire et dispositif médiatique apparaissent alors comme concurrents dans leurs finalités et dans l'exercice de leurs missions respectives. Ils sont chacun à l'origine de la création d'un espace symbolique comportant une dimension pragmatique. La superposition de ces espaces entraîne une confusion dans les rôles endossés : dans l'espace juridictionnel, les protagonistes deviennent acteurs par l'effet de la présence de la caméra ; dans l'espace médiatique, le citoyen spectateur et même consommateur est institutionnalisé comme Tiers. Positions et rôles sont confondus, seul le rôle du spectateur est conforté : il prend alors la position de juge. La mise en scène médiatique bouleverse ainsi la pragmatique des interactions sociales telles qu'elles résultent de l'influence du dispositif institutionnel. À travers cette analyse communicationnelle de l'institution judiciaire, la pertinence des perspectives offertes par les sciences de l'information et de la communication est une fois de plus démontrée. De nombreuses institutions sont confrontées à la problématique de l'absence de projet et à un affaiblissement de leur autorité remettant en question certains aspects fondamentaux du lien social. L'École, l'Université et de façon générale les institutions de la République, subissent les évolutions d'une modernité qui privilégie l'avènement du sujet au détriment de la construction d'un sens commun. Les concepts de médiation, de dispositif et de représentation permettent alors de poser la problématique sous l'angle original des Sic et de considérer le caractère performatif d'une mise en scène à la fois symbolique et esthétique. Il s'agit de penser le statut de la technique en prenant en considération les aspects symboliques, sémiotiques de la transmission de l'information. Les conclusions issues de cette étude dépassent donc leur objet et ont vocation à s'appliquer d'une manière générale à l'ensemble des organisations [religieuses, économiques, politiques, sociales...] dont la vocation est de faire adhérer à un projet commun.
Type de document :
Communication dans un congrès
XVI° congrès de la Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication, Nov 2009, France. 12 p., 2008
Liste complète des métadonnées

https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00432181
Contributeur : Arnaud Lucien <>
Soumis le : samedi 14 novembre 2009 - 14:58:59
Dernière modification le : jeudi 3 mai 2018 - 14:12:02

Identifiants

  • HAL Id : sic_00432181, version 1

Collections

Citation

Arnaud Lucien. La médiation institutionnelle : l'institution judiciaire comme terrain d'étude. XVI° congrès de la Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication, Nov 2009, France. 12 p., 2008. 〈sic_00432181〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

277