version française rss feed
s'authentifier
Fiche détaillée  Récupérer au format
Archivio Antropologico Mediterraneo 2, 13 (2011) 17-31
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
cyberactivisme.SMihoub.publiA_.pdf(541 KB)
sic_00678440, version 1
Le cyberactivisme à l'heure de la révolution tunisienne
Samia Mihoub1
(12/2011)

Nous examinons la contribution du Web social dans l'enchaînement des évènements qui vont mener à la chute du régime de Ben Ali le 14 janvier 2011. L'intérêt porté au cyberactivisme à l'heure de la révolution engage notre réflexion sur l'écriture et l'archivage de la mémoire collective tunisienne. Par ailleurs, le rôle joué par les cyberactivistes à travers les plates-formes sociales et les sites Web pourtant censurés, a été pour le moins surprenant dans l'enchaînement des évènements menant à la chute du régime tant la répression était forte. Nous étudions donc les outils, les modalités et les procédures d'action engagés par les cyberactivistes afin de contourner cette répression. Cette analyse permet de mettre en évidence la fonction de relais de l'information que le Web social a joué durant les évènements, de catalyseur d'une partie de la contestation et, à partir du 15 janvier 2011, d'exutoire du traumatisme Ben Ali. Nous nous interrogeons également sur l'étendue de la coordination entre le Web et la rue dans la mobilisation de la contestation. Enfin, nous réfléchissons sur l'évolution du rôle des cyberactivistes dans la Tunisie post-révolutionnaire et sur la nécessité de redéfinir leurs rôles, leurs discours et leurs objectifs. Le débat sur la réappropriation de la sphère publique, en filigrane de cette analyse, permet d'observer un processus de reconstruction qui est à l'œuvre. L'apprentissage du débat public démocratique s'effectue dans un contexte porteur de conflits, de tensions et de divergences multiples. In this paper, we examine the contribution of the social Web in the events that led to the fall of the regime of Ben Ali in January 14, 2011. We take an interest in cyberactivism during the revolution for thinking about the ways of writing and archiving of the collective memory of Tunisia. In addition, the role played by cyberactivists through censored social platforms and websites is especially surprising in the sequence of events leading to the collapse considering how strong was the repression. We study the tools, methods and procedures of the actions carried out by cyberactivists to bypass repression, highlighting how in social events the Web acted as a relay of information, a catalyst of contestation and, since January 15, 2011, an outlet of the trauma of Ben Ali's fall. We also investigate about how coordination between the Web and the street took place in the mobilization of the protest. Finally, we reflect on the changing role of online activists in post-revolutionary Tunisia and the need to redefine their roles, their speeches and their goals. The debate about reclaiming the public sphere, a watermark of our analysis, permits to observe how the reconstruction process is at work. The learning of democratic public debate takes place in a context charged with conflict, tension and disagreements of various kinds.
1 :  UdeS - Université de Sherbrooke
Sciences de l'Homme et Société/Sciences de l'information et de la communication/Espace public

Sciences de l'Homme et Société/Sciences de l'information et de la communication/Sociologie de l'information/communication
Révolution – Cyberactivisme – Censure – Sphère publique – Tunisie – Takriz – Web social
Revolution – cyberactivism – Censorship – Public sphere – Tunisia – Takriz – Social web

tous les articles de la base du CCSd...