Publicité sur Internet : que reste-t-il des mots, que reste-t-il des images, trois mois après en mémoire implicite ?

Résumé : Résumé. La recherche expérimentale, menée auprès de 398 personnes, montre que la publicité interstitielle sur Internet (pop up) pour une marque inédite, regardée en faible allocation d'attention, laisse des traces affectives et sémantiques favorables à la marque huit jours après l'exposition, alors que les internautes ne se souviennent plus de l'exposition publicitaire et pensent qu'ils n'ont jamais vu la marque auparavant. Ces effets en mémoire implicite tiennent toujours après un délai de trois mois. On observe une supériorité des pop-ups utilisant le mot sur ceux utilisant l'image pour associer la marque à la catégorie de produits en mémoire implicite. Après avoir expliqué les processus cognitifs sous-tendant les effets et basés sur les fluidités perceptive et conceptuelle, l'article précise les apports des résultats pour les théories de la réception de la publicité sur Internet et ouvre quelques nouvelles perspectives de recherche
docType_s :
Journal articles
Revue des Interactions Humaines Médiatisées, 2008, 9 (1), pp.2-24


http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00498163
Contributor : Didier Courbet <>
Submitted on : Tuesday, July 6, 2010 - 7:00:22 PM
Last modification on : Wednesday, July 14, 2010 - 11:00:11 PM

Identifiers

  • HAL Id : sic_00498163, version 1

Collections

Citation

Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet-Courbet, Intartaglia Julien. Publicité sur Internet : que reste-t-il des mots, que reste-t-il des images, trois mois après en mémoire implicite ?. Revue des Interactions Humaines Médiatisées, 2008, 9 (1), pp.2-24. <sic_00498163>

Export

Share

Metrics

Consultation de
la notice

316

Téléchargement du document

103