La chaîne de l'innovation : un dispositif communicationnel et organisationnel efficace de diffusion des savoirs au sein d'une technopole, le cas de Sophia-Antipolis.

Résumé : L'instauration de politiques publiques favorisant l'élaboration d'une véritable société du savoir nécessite de s'interroger sur la capacité à innover, à créer des concepts et produire des idées. Lorsque l'on analyse les conditions du développement d'une société du savoir, nous identifions la croissance et le partage des innovations, mais aussi la nécessité d'une polarisation territoriale à l'instar d'une technopole organisée efficacement pour créer une synergie entre ces facteurs afin de renforcer la communication inter-organisationnelle. Le processus d'innovation doit être considéré comme une démarche complexe, collective et participative, intégrant l'ensemble des acteurs et parties prenantes internes et externes de l'entreprise sur du long terme. Au sein des technopoles comme celle de Sophia-Antipolis, les lieux d'innovation devraient correspondre à des réseaux d'acteurs en interaction et organisés autour de grands centres ou pôles d'excellence (ou encore de compétitivité) qui regroupent les entreprises, les structures publiques (université, organismes et collectivités publics, sociétés d'économie mixte, les laboratoires (publics et privés), le milieu associatif, les start up, ainsi que les écoles d'ingénieurs, de designers, de commerce et d'art. Ces lieux d'innovation doivent ainsi créer des synergies entre des compétences et des formations complémentaires, notamment par l'intégration des TIC et une qualité organisationnelle croissante de ces différents acteurs. Il convient de préciser que par dispositif d'innovation nous entendons un concept organisationnel et culturel permettant de structurer la démarche d'innovation et créer des synergies entre ses multiples acteurs. Une question demeure : « dans le cadre de la création d'une société du savoir, comment y parvenir, comment communiquer et interagir de façon structurée autour de pôles d'excellence, de compétitivité rassemblant universités, entreprises, laboratoires, start up, artistes, écoles de commerce et d'ingénieurs ? » l'objectif de cette proposition consiste à esquisser dans ce contexte des voies d'amélioration au fonctionnement d'une technopole en prenant le cas de Sophia-Antipolis. A partir du modèle de la roue de la technopole développé par Smilor, Gibson et Kozmetsky en 1988, notre recherche envisage de proposer un dispositif intégrant de nouveaux acteurs qui permettent de mieux appréhender le nouveau profil d'une technopole dans une société du savoir, c'est à dire centrée sur une véritable chaîne de l'innovation et qui doit sur un territoire rassembler tous les créateurs d'imaginaire. Dans ce contexte, le seul capital de connaissance d'une organisation (publique ou privée, entrepreneuriale ou associative) ne suffit pas, il lui faut coopérer avec de multiples acteurs. Cette dernière a également besoin d'outils et d'un territoire bien structuré pour mener à bien ces projets novateurs, pour identifier et compléter ses « missing links », comme la mise en place d'incubateurs et de véritables réseaux de « capital risqueurs », beaucoup plus développés dans les pays anglo-saxons (jusqu'à cent fois plus aux USA et déjà dix fois plus au Royaume Uni). C'est apparemment cette mise en lien qui à la lumière de premiers entretiens semi directifs reste problématique et qui doit être renforcée sur la technopole sophipolitaine ou certains acteurs clés considèrent que peu de choses ont changé depuis sa création. Dans une première partie, nous présenterons les formes d'innovation et de R&D mis en place par les organisations et qui semblent les plus adaptées à la création d'une société du savoir. La partie suivante s'attachera à définir un dispositif de diffusion et d'organisation de l'innovation à partir du modèle de la roue de la technopole et de sa nécessaire évolution. Enfin, nous tenterons de démontrer que le positionnement, la notoriété et surtout la philosophie fondatrice de la technopole de Sophia-Antipolis (la fertilisation croisée, l'agora des connaissances) peuvent la prédisposer à devenir un modèle de référence au plan de la mise en place de ces nouveaux processus et dispositifs d'innovation au sein d'une société des savoirs. Méthodologie : • Veille informationnelle au niveau de la presse économique locale, d'Internet et des supports de communication des principales associations de décideurs de la technopole ( Fondation Sophia-Antipolis, Telecom Valley, SAEM,etc.). • Entretiens semi directifs et Focus Group auprès d'acteurs de la technopole représentatifs du microcosme sophipolitain.
docType_s :
Preprints, Working Papers, ...
Article accepté au Colloque Scientifique international: De la société de l'i,formation vers les s.. 2004


http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00413744
Contributor : Franck Debos <>
Submitted on : Monday, September 7, 2009 - 11:00:46 PM
Last modification on : Tuesday, September 8, 2009 - 7:00:43 AM

Identifiers

  • HAL Id : sic_00413744, version 1

Collections

Citation

Franck Debos. La chaîne de l'innovation : un dispositif communicationnel et organisationnel efficace de diffusion des savoirs au sein d'une technopole, le cas de Sophia-Antipolis.. Article accepté au Colloque Scientifique international: De la société de l'i,formation vers les s.. 2004. <sic_00413744>

Export

Share

Metrics

Consultation de
la notice

123

Téléchargement du document

20