version française rss feed
s'authentifier
Fiche détaillée  Récupérer au format
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
hbosc-berlinconfED.pdf(211 KB)
sic_00354472, version 1
Open access to the scientific literature: a peer commons open to the public. [Le libre accès à la littérature scientifique : un bien commun aux chercheurs ouvert au public]
Hélène Bosc1
(14/11/2008)

Quatre-vingt-dix pour cent de la recherche mondiale est financée par des fonds publics, par conséquent les résultats de ces recherches devraient être mis en ligne publiquement. Les publications scientifiques sont un bien commun créé par les chercheurs pour les chercheurs et elles doivent être librement accessibles à tous. On peut obtenir le libre accès très rapidement en auto-archivant dans les archives institutionnelles qui se sont développées ces dernières années (environ 1100) et dont le nombre augmente régulièrement. Mais actuellement, ces archives ne contiennent que 15% de la production scientifique et elles ne se remplissent pas de manière assez fiable et rapide. C'est pourquoi, une obligation d'auto-archiver venant des organismes de subvention tout comme des institutions est nécessaire. Arthur Sale a démontré que s'il y a une obligation de dépôt, une archive institutionnelle peut être remplie à près de 100 % en 2 ans. Le nombre d'obligations augmente régulièrement dans le monde surtout de la part des fondations qui financent la recherche. En 2008, l'association de bibliothécaires SPARC (avec Creative Commons) a appelé les universités à adopter, en particulier, une obligation de dépôt dans les archives institutionnelles. En Australie, au cours de la conférence de Brisbane sur le Libre Accès en septembre 2008, des académiciens et des hommes politiques ont appelé les organismes de subvention et les institutions à adopter cette obligation en soulignant les bénéfices pour la R& D industrielle et le progrès donné par une mise en ligne libre et commune aux résultats de la recherche. Un libre accès à la recherche crée "une cognition commune" distribuée qui dote l'esprit humain d'un nouveau pouvoir : celui d'accélérer le progrès de la science à la vitesse de la pensée (I.E. Dror et S. Harnad). Ninety percent of research worldwide is publicly funded, hence the results of these research should be made publicly accessible online. Research publications, a common good, created by researchers for researchers, need to be freely accessible to all. Immediate "open access" can be provided through author self-archiving in the growing number of institutional repositories (IRs) (1100) created in recent years. But these IRs currently contain only about 15% of global research output today and are not filling rapidly and reliably enough. Self-archiving mandates by funders and institutions are accordingly needed. Arthur Sale has shown that if deposit mandated, IRs achieve 100% self-archiving within 2 years. The number of mandates is steadily increasing worldwide, particularly from research funders. In 2008, the library association SPART (together with Creative Commons) called on universities, in particular to adopt IR deposit mandates. In Australia, September 2008, at the Brisbane Conference on Open Access, academics and politicians called for the adoption of both funder and institutional mandates, stressing especially the benefits to industrial R&D applications and progress from the open online sharing of access to research results. Open online access to research is creating a distributed "cognitive commons" that endows the human mind with a new power to accelerate research progress at the speed of thought (Dror and Harnad).
1 :  retraitée de l'inra
Sciences de l'Homme et Société/Sciences de l'information et de la communication/Communication et information scientifique
libre accès – auto-archivage – obligation – politique de la recherche
open access – self-archiving – mandate – research policy

tous les articles de la base du CCSd...