version française rss feed
s'authentifier
Fiche détaillée  Récupérer au format
Dans Actes du colloque international des sciences de l'information et de la communication - Interagir et transmettre, informer et communiquer : quelles valeurs, quelle valorisation?, Tunisie (2008)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
Cherifa_Boukacem_Zeghmouri_Mohamed_Ben_Romhdane_Abd_Allah_Abdi.pdf(320.1 KB)
DOC
Cherifa_Boukacem_Zeghmouri_Mohamed_Ben_Romhdane_Abd_Allah_Abdi.doc(210.5 KB)
HTML
index.html(126.6 KB)
sic_00276953, version 1
Le libre accès à l'information scientifique dans les pays en voie de développement : étude comparative de ses potentialités et réalités en Algérie et en Tunisie
Boukacem-Zeghmouri Chérifa1, Mohamed Ben Romdhane2, Abdi Abd-Allh3
(17/04/2008)

On retrouve dans les déclarations successives qui ont contribué à façonner « l'esprit » du libre accès, une volonté claire de faire profiter les pays du sud à ce nouveau modèle de diffusion de la production intellectuelle. Cette volonté a souvent été relayée par des chercheurs impliqués dans une réflexion de démocratisation des savoirs, et renforcée par une volonté politique manifestée dans des protocoles d'accords . Alors que la littérature scientifique et professionnelle commence à analyser le bilan de son existence, nous pouvons légitimement nous poser la question de savoir quelle place occupe ce mouvement dans les pays en voie de développement dont peu d'échos nous parviennent encore ? Répondre à cette question peut s'envisager sous plusieurs prismes. D'abord par le degré de connaissance (ou d'ignorance) du mouvement du libre accès et plus particulièrement des archives ouvertes par le public des chercheurs. Ensuite, par la mesure de leur participation effective dans ces archives. Enfin par leur mobilisation pour la réalisation de projets du même type au niveau de leur pays, voire de leur région. Pour avoir l'image la plus complète et la plus claire possible, notre proposition de communication envisage d'appréhender la question sous chacun de ces prismes. Par ailleurs, nous avons souhaité que cette problématique s'articule sur deux terrains afin d'avoir à la fois un retour significatif sur la question et d'adopter par là même une approche comparative susceptible d'identifier et d'isoler des éléments caractérisants : politique en matière d'information scientifique, budgets alloués, informations et formations dispensées, etc. Ce souci se traduit dans le terrain investit, composé de l'Algérie et de la Tunisie. Il est question de 2 pays en voie de développement faisant partie d'une région, traditionnellement désignée par « Afrique du Nord ». Leur histoire coloniale commune en a fait une région francophone, de même que leur ouverture à l'économie de marché donne à l'anglais depuis une quinzaine d'années une place plus significative ; un multilinguisme qui n'isole pas les chercheurs des réalisations connues en Europe et en Amérique du Nord. Le choix des domaines s'est porté sur les sciences physiques, l'informatique et les sciences de la santé, grands domaines permettant de vérifier un certain nombre de nos hypothèses :  D'une part, la physique et l'informatique, deux domaines où les chercheurs anglo-saxons ont été précurseurs dans le déploiement du libre accès, tant du point de vue de l'idée que du dispositif ce qui nous permet de penser que nous aurons plus de matière à observer.  D'autre part, la médecine pour laquelle la documentation scientifique est la plus onéreuse et où les initiatives de publications en libre accès moins récentes que celles des deux disciplines ci-dessus, sont de plus en plus diversifiées et visibles. D'un point de vue méthodologique, notre travail comprendra 3 étapes :  D'abord, établir un état de l'existant à partir d'une analyse de la littérature, mais aussi à partir d'une lecture des directions politiques et économiques en matière d'information scientifique faites dans les deux pays objet de notre étude.  Ensuite, un volet quantitatif destiné à recueillir et analyser les données quantitatives de dépôt, auto-archivage, de citations, de commentaires, d'inscriptions, ... à partir d'un échantillon représentatif d'archives ouvertes pour les domaines étudiés.  Enfin, un volet qualitatif destiné à recueillir le discours des chercheurs à partir d'entretiens semi-directifs et qui auraient pour but d'expliquer les inerties et/ou les dynamiques des résultats relevés dans le volet quantitatif. La comparaison raisonnée des résultats de chacune des étapes, distinctes et complémentaires, permettra de dresser une analyse aussi exhaustive que possible de la situation.
1 :  GERIICO - Groupe d'Etudes et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication
2 :  ISD - institut supérieur de documentation
3 :  Bibliothèque Universitaire d'Alger
Sciences de l'Homme et Société/Sciences de l'information et de la communication/Communication et information scientifique
libre accès – archives ouvertes – communication scientifique – Tunisie – Algérie – IST
open access – open archives – scientific communication – IST – Tunisia – Algéria

tous les articles de la base du CCSd...