version française rss feed
s'authentifier
Fiche détaillée  Récupérer au format
Dans A praître - Colloque international franco-tunisien SFSIC/ISD/IPSI. Interagir et transmettre, informer et communiquer : quelles valeurs, quelle valorisation ?, France (2008)
Liste des fichiers attachés à ce document : 
DOC
VersionFinaleLecNum16Nov2007.doc(442.5 KB)
PDF
VersionFinaleLecNum16Nov2007.pdf(384.7 KB)
HTML
index.html(80.5 KB)
sic_00265680, version 1
Les pratiques de la lecture numérique : cas des enseignants chercheurs tunisiens
Latifa Limam1, Sami Hachicha1, Besma Bsir1, Mohamed Ben Romdhane1, Abderrazak Mkadmi1
(2008)

Les échanges informationnels via les Tic ont connu un tel essor dans nos sociétés qu'il est impératif d'en comprendre les effets notamment sur les pratiques de l'écrit. Notre étude se propose de contribuer à éclaircir la manière dont s'effectue le passage de la lecture de l'imprimé vers la lecture des documents numériques tant au niveau des pratiques que des usages. Prenant appui sur une littérature abondante qui nous éclairerait sur les aspects théoriques de la question , nous nous proposons de déterminer en quoi la transition vers le numérique contribue-t-elle à transformer les comportements de lecture- écriture ou à introduire de nouvelles pratiques socio-culturelles dans un contexte tunisien caractérisé par le bilinguisme ainsi que par la récurrence de certaines représentations spécifiques de la lecture. Ces caractéristiques sont prégnantes en particulier dans le milieu universitaire qui connaît un développement sans précédent de la production et de la circulation des documents numériques dans le cadre tant de la recherche scientifique que de l'enseignement. Dans ce contexte, notre recherche s'appuiera sur une enquête qui cible une population d'étude constituée de chercheurs universitaires appelés à utiliser intensivement et à produire différents types de contenus numériques. Notre hypothèse de travail est que ce passage est entrain de générer de nouvelles habitudes au niveau de la fréquentation de l'écrit notamment grâce à l'accès de plus en plus aisé à des gisements gigantesques de ressources numériques. S'appuyant sur des dispositifs de plus en plus conviviaux, les réseaux permettraient l'autonomisation accrue des individus, en l'occurrence des chercheurs, dans les processus de réception/ création des contenus. A cet effet, une pléthore d'outils qui facilitent la lecture–écriture numérique est mise à leur disposition. Ces dispositifs proposent des fonctionnalités qui permettent d'annoter, de commenter et d'augmenter les textes lus ainsi que d'exploiter la technologie du travail collaboratif pour la production des documents numériques, la constitution de collèges invisibles ou de communautés scientifiques qui transcendent les frontières géographiques. Reste à mesurer l'incidence de ces outils sur les pratiques des chercheurs et à étudier par conséquent les rapports entre la lecture numérique et les nouvelles formes d'usage et d'appropriation des contenus sur le web. Il s'agit donc de déterminer aussi bien les pratiques de consultation /lecture que ceux relatifs à l'enregistrement, à la création d'instances documentaires par le lecteur ou le groupe de lecteurs. Autrement dit, quelles sont les stratégies déployées dans le double processus de réception et de création des contenus numériques ? Ces nouveaux usages, s'ils se confirment, participeraient-ils à désintégrer les pratiques culturelles et sociales de l'écrit déjà existantes chez cette population et à développer des modes d'usage et d'appropriation assez nouveaux ? Notre hypothèse de travail est que les nouvelles pratiques qui prennent place s'articuleraient avec les anciennes non dans une logique de substitution mais d'hybridation générant des modes d'usages qui ne rompraient pas tout à fait avec les anciens mais qui intégreraient de nouvelles formes d'appropriation voire de sociabilité autour de ces documents. En définitive, nous nous proposons d'effectuer une analyse préliminaire des résultats de l'étude de terrain réalisée auprès d'un échantillon d'enseignants universitaires appartenant aux cinq universités du grand Tunis et représentant les trois grands groupes de disciplines scientifiques , à savoir les sciences dures, molles et appliquées.
1 :  ISD - institut supérieur de documentation
Sciences de l'Homme et Société/Sciences de l'information et de la communication/Edition électronique

Sciences de l'Homme et Société/Sciences de l'information et de la communication/Communication et information scientifique
lecture numérique – enseignant-chercheur – Tunisie

tous les articles de la base du CCSd...