version française rss feed
s'authentifier
Fiche détaillée  Récupérer au format
Liste des fichiers attachés à ce document : 
DOC
foulonneaurevision2.doc(2.1 MB)
PDF
foulonneaurevision2.pdf(489.7 KB)
HTML
index.html(176.4 KB)
sic_00205049, version 1
Réseaux d'archives institutionnelles en Europe: logiques de développement et convergences
Muriel Foulonneau1, Anne-Marie Badolato2, Wolfram Horstmann3, Karen Van Godtsenhoven4, Mary Robinson5, Sophia Jones5, Martin Feijen6, Kasja Weenink6
(28/09/2007)

Les archives institutionnelles en Europe se sont développées avec des logiques très différentes. Elles se sont structurées dans des réseaux nationaux pour partager les compétences mais aussi créer des outils et services communs. Le projet européen DRIVER (Digital Repositories Infrastructure Vision for European Research) rassemble 5 réseaux européens d'archives, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Belgique et en France pour établir les bases d'une infrastructure européenne fondée sur les archives scientifiques. L'Allemagne a mis l'accent sur la promotion du libre accès et la certification d'archives institutionnelles, les Pays-Bas ont structuré un réseau efficace de collecte des documents et ont créé de nombreux services à valeur ajoutée pour tirer parti de cette masse de contenus. Le Royaume-Uni a créé un partenariat d'archives qui échange des compétences mais développe aussi de nombreux services dont bénéficient les archives britanniques et mondiales. La France a inauguré une plate-forme pluri-disciplinaire sur le modèle des archives disciplinaires telles que arXiv ou CogPrints et a intégré progressivement la problématique des archives institutionnelles avec la création d'un réseau. Enfin la Belgique tire parti du projet européen DRIVER pour inciter les établissements de recherche à créer leur propre archive. Les cultures développées dans chacun des réseaux nationaux font néanmoins apparaître des divergences sur la manière dont les archives ont été créées, mais aussi sur les acteurs qui doivent les alimenter, sur les types de documents à y intégrer, sur les stratégies à développer pour atteindre une masse critique de contenus, sur les missions qu'elles doivent remplir. Les actions visant à favoriser les dépôts par les chercheurs se sont ainsi focalisées sur des aspects différents : la création de services pour les chercheurs, les incitations auprès des établissements de recherche à créer leur propre archive, les actions dirigées vers les organismes de financement de la recherche, enfin les actions visant à mettre en valeur les bénéfices pour les chercheurs en terme de visibilité de leur production scientifique. Alors que la logique institutionnelle a permis dans certains cas d'atteindre des taux de dépôts importants dans les archives, elle se heurte à la logique des services disciplinaires basés sur la contribution par les chercheurs à un corpus collectif de type Web 2.0 qui favorise les échanges et la génération d'idées nouvelles. Cependant, les réseaux nationaux d'archives semblent converger vers des priorités et des axes de développement similaires pour l'avenir, cohérents avec l'évolution des archives disciplinaires. L'intégration des archives dans un contexte plus global, européen aujourd'hui et mondial demain permettra d'articuler des services à valeurs ajoutée basés sur des types d'archives différents, répondant à des besoins variés mais créant des corpus ouverts, sources de nouvelles pratiques scientifiques.
1 :  CCSD - Centre pour la Communication Scientifique Directe
2 :  INIST - Institut de l'information scientifique et technique
3 :  University of Göttingen
4 :  Ghent University
5 :  University of Nottingham
6 :  SURF Foundation
Sciences de l'Homme et Société/Sciences de l'information et de la communication/Communication et information scientifique
Infrastructures de recherche – digital repositories – archives ouvertes – archives institutionnelles – réseau – Web 2.0 – libre accès

tous les articles de la base du CCSd...