Les medias de propagande : Les fêtes d'hiver reflétées dans la presse d'avant 1989

Résumé : Comme tout régime politique totalitaire, il souhaite la manipulation du peuple qu'il dirige, le régime communiste roumain, en dépit du nom qu'il a porté, a mené une action continue de destruction de la communion sociale et spirituelle du peuple roumain, en étant pleinement conscient du fait qu'une fois que l'être spirituel sera suffisamment affaibli l'assujettissement se fera sans le moindre problème. Les moyens imaginés et utilisés par le système communiste roumain dans le processus de création de « l'homme nouveau », n'ont pas été toutefois inédits, mais plutôt traditionnels, propres à n'importe quel régime d'origine marxiste. Une des cibles visées par le parti communiste, comme d'ailleurs par tout régime d'occupation, a été les fêtes, car elles détiennent, outre leurs fonctions bien connues – religieuse, culturelle, ludique, esthétique, cosmique -, aussi une importante fonction ethnique, communautaire. Tout régime politique offensif dans l'histoire de l'humanité, a compris que le moyen le plus efficace de subjuguer un peuple est non seulement de détruire son système traditionnel des fêtes et symboles spécifiques, mais aussi de le remplacer immédiatement par un nouveau système calqué la plus part du temps sur la structure de l'ancien tout en l'investissant des significations complètement différentes, généralement opposées, destinées à servir au mieux la nouvelle idéologie. Durant les années 1947-1990, tous les pays de l'ex bloc soviétique ont souffert ainsi des mutilations spirituelles, en prenant comme modèle, du moins au début, l'idéologie politico-culturelle de Moscou. En Roumanie, le régime communiste a essayé d'éliminer graduellement, au moins de la vie publique, les fêtes et les symboles religieux et de créer un nouveau type de « fête » complètement désacralisé, ayant une connotation politique plus ou moins évidente. La fête festivité, rencontrée la plus part du temps sous le nom de « fête » a eu comme mission le changement du centre de poussée de l'existence spirituelle maximale vers un vide spirituel, de la communion vers le simple rapprochement des individus, du rituel sacré au spectacle profane. Dans le cadre du processus complexe de la propagande athéistique et de la dépersonnalisation du peuple roumain, la lutte contre les deux plus grandes fêtes chrétiennes « Noël et Pâques » a joué aussi un rôle très important. Peu d'années après la proclamation de la République Socialiste, la célébration publique de ces fêtes a été interdite. Parmi celles-ci, Noël a représenté un de plus importants obstacles à la mise en place de la « nouvelle conscience socialiste », par les nombreuses coutumes et traditions façonnées par le temps. Les mass media, dont le représentant le plus puissant à l'époque était la presse écrite, et plus particulièrement la presse du parti, ont constitué un des principaux moyens de propagation des « nouveaux idéaux » socialistes, qui devait être assimilés au complet et le plus rapidement possible par la population. L'étude que j'ai entreprise à partir des publications du journal « Scinteia » (1945-1989), devenu l'organe du Parti Travailleur Roumain, puis celui du Parti Communiste Roumain, va être très éloquente, en mettant en lumière progressivement les méthodes utilisées par l'ex-régime, afin de manipuler la vie spirituelle des hommes qui se trouvaient sous son joug.
docType_s :
Conference papers
Jan 2004


http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000891
Contributor : Ozana Cucu-Oancea <>
Submitted on : Friday, January 23, 2004 - 5:00:07 PM
Last modification on : Friday, January 23, 2004 - 5:00:07 PM

Identifiers

  • HAL Id : sic_00000891, version 1

Collections

SHS

Citation

Ozana Cucu-Oancea. Les medias de propagande : Les fêtes d'hiver reflétées dans la presse d'avant 1989. Jan 2004. <sic_00000891>

Export

Share

Metrics

Consultation de
la notice

97

Téléchargement du document

5