Sommes-nous les premiers lecteurs de l'Encyclopédie ?

Abstract : Les historiens du livre ne cessent de le rappeler : les témoignages directs d'expériences de lecture sous l'Ancien Régime sont rares (Chartier, 1990). C'est encore plus vrai des lectures de dictionnaires et d'encyclopédies à l'âge classique : comment les lecteurs du XVIIIe siècle, pour ne prendre qu'un exemple, lisaient-ils l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert ? À part les travaux de Jacques Proust et de Françoise Jouffroy-Gauja et Jean Haechler, presque tout reste à faire en ce domaine. Au moment où l'Encyclopédie est disponible sur divers supports numériques — base de données sur le Web, cédérom, dévédérom — et où ces supports deviennent l'objet de travaux critiques — Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 31-32, avril 2002; Morrissey et Roger, 2001; Stewart, 2002 —, il y a peut-être lieu de réfléchir sur de nouvelles bases à des questions sans cesse évoquées par la critique. Trois exemples : le travail sur une édition numérique change-t-il quoi que ce soit à la réflexion sur le prétendu «système» des renvois de l'Encyclopédie ? que penser du rapport entre articles et planches maintenant que leur consultation croisée est facilitée ? que faire des «rubriques» qui apparaissent à la suite de l'intitulé des articles ? À partir de ces trois exemples, il s'agira de se demander si nous ne sommes pas, grâce au numérique, les premiers lecteurs de l'Encyclopédie.


http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000269
Contributor : Melançon Benoît <>
Submitted on : Sunday, December 1, 2002 - 5:00:11 PM
Last modification on : Sunday, December 1, 2002 - 5:00:11 PM

Identifiers

  • HAL Id : sic_00000269, version 1

Collections

SHS

Citation

Benoît Melançon. Sommes-nous les premiers lecteurs de l'Encyclopédie ?. 2002. <sic_00000269>

Export

Share