Yann Bertacchini


Université du Sud Toulon Var

Laboratoire i3m-E.A I3M



Intelligence territoriale 

Le Territoire dans tous ses états.

Ouvrage collectif










Collection Les ETIC, Presses Technologiques, Toulon.
ISBN : 2-9519320-1-4     EAN : 9782951932012



Intelligence territoriale 

Le Territoire dans tous ses états.


Collection Les ETIC, Presses Technologiques, Toulon.
ISBN : 2-9519320-1-4     EAN : 9782951932012







Intelligence territoriale

Le Territoire dans tous ses états
























Je dédie ce livre à
Pierre Gilles de Gennes (1932-2007), Prix Nobel de Physique, 1991
Odon Vallet, Professeur, Université Panthéon Sorbonne



Yann Bertacchini (Sous la direction de)

Maître de Conférences, Habilité à Diriger des Recherches en S.I.C

Université du Sud Toulon Var

Laboratoire I3m-Equipe d’Accueil 3820

 

Intelligence territoriale:

Le territoire dans tous ses états

 



 

 

 

Ce troisième ouvrage ponctue une série -trilogie- Vers l’Intelligence Territoriale composée pour l’heure de

 

*Territoire & Territorialités (2002), suivi de

*Mesurer la distance, Pensez la durée, Mémorisez le virtuel (2004).

 

Plus généralement, cette contribution se propose de présenter une rétrospective des recherches, travaux, publications qui ont jalonné ces dix dernières années. Depuis le Programme ‘Mainate’ (Management de l’Information Appliquée au Territoire) initié en 1994 au sein du laboratoire LePont, la création du Groupe Going (groupe d’Investigations des Nouvelles Gouvernances), la défense d’une thèse puis d’une habilitation à Diriger des Recherches et maintes coopérations en France, Europe (le réseau REIT http://www.intelligence-territoriale.eu ) et la fédération du laboratoire I3m-Equipe d’Accueil 3820.

 

Les travaux qui seront pour partie présentés ici s’inscrivent dans un axe spécifique du laboratoire I3m intitulé : intelligence informationnelle (http://i3m.univ-tln.fr ). Nous en présentons les caractéristiques.

 

Histoire de l’axe de Recherche

La recherche dans le laboratoire I3m centrée sur la notion d’information remonte aux origines de la recherche en Sic à l’Université du Sud lors de l’association du laboratoire LePont (cofondateur de I3m) avec le Crrm de Marseille en 1993. L’intitulé de ces recherches a évolué avec l’inscription de la discipline dans le champ universitaire français et international. De la problématique de veilles  (technologique, scientifique, commerciale, stratégique, sociale, etc..), les travaux du laboratoire ont conduit à la définition du concept d’intelligence compétitive, puis d’intelligence économique pour aboutir à une vision plus globale d’intelligence informationnelle qui caractérise les recherches actuelles.

 

Problématique générale : de l’intelligence économique à l’intelligence informationnelle

 

L’intelligence informationnelle peut être définie comme une capacité individuelle et collective à comprendre et résoudre les problématiques d’acquisition de données et de transformation de l’information en connaissance opérationnelle, c’est-à-dire orientée vers la décision et l’action. Elle peut être envisagée comme un champ théorique et expérimental commun au renseignement, à l’intelligence économique, à l’intelligence territoriale, mais également à toutes les approches centrées sur l’information comme support de décision.

 Dans leur dimension outil, ces « sphères informationnelles » mobilisent les techniques d’analyse de données, des indicateurs infométriques, web-métriques, bibliométriques, scientométriques, l’analyse des réseaux sociaux, les techniques de datamining ou de fouille de données. Si nous ne réduisons pas la maîtrise de l'information à des aspects techniques, d'organisation ou de gestion en revanche, les travaux qui s’inscrivent dans le sillon de cet axe font largement appel à des Recherches-actions conduites dans des domaines pouvant correspondre à des problématiques de construction d’indicateurs scientométriques de l’évaluation de la recherche, d’intelligence économique dans les organisations, d’intelligence territoriale, d’intelligence sectorielle sur internet. C'est notre propre compréhension de l’infosphère et notre capacité à concevoir et mettre en œuvre une infostratégie qui orientera notre avenir individuel et collectif.

 

Nous inscrivons nos travaux en Sciences de l’Information et de la Communication et, en tant que tels, ils se référent aux approches sociales, c’est-à-dire inter relationnelle, à la théorie systémique, c’est-à-dire informationnelle (théorie de l’information et de l’énergie associée imputable, entre autre, aux Tic) enfin, au constructivisme, c’est-à-dire à une approche communicationnelle en référence à la territorialité qui compose et recompose le territoire.

 

 

Le point commun entre ces travaux et leurs auteurs se retrouve dans l’expression ‘intelligence territoriale’. Ils ont permis, en 2004, de proposer une définition, parmi d’autres, de cette intuition de départ que fût la réunion des deux termes suivants : l’intelligence & le territoire pour donner naissance à une audacieuse expression, l’intelligence territoriale dont nous revendiquons l’ancrage en Sciences de l’information & de la communication et qui a été reconnue en 2005 par les instances de Commission nationale universitaire (Cnu 71e section).

 

Nous empruntons à J.J.Girardot de l’Université de Franche Comté (http://www.intelligence-territoriale.fr ) cet état de l’art sur l’Intelligence Territoriale auquel nous avons contribué:

 

État de l’art de l'intelligence territoriale

 

L’intégration des équipes de recherche et des acteurs territoriaux pour donner aux outils d’intelligence territoriale une dimension européenne remet en question l’usage des outils, méthodologies, procédures de recherche et bases de données ainsi que les pratiques, la participation, le partenariat et l’approche globale. Quel est l’état de l’art actualisé dans ce domaine qui requiert une approche multidisciplinaire des champs de la connaissance territoriale, de la gouvernance territoriale et de l’ingénierie territoriale ?

 

Traditionnellement, l’Intelligence Territoriale s’est nourrie de l’économie, de la géographie, des Sciences et Technologies de l’Information et la Communication (STIC) et de la gestion du savoir. Les liens avec l’intelligence économique et les STIC sont souvent cités dans les définitions actuelles de l’intelligence territoriale. Les systèmes d’intelligence territoriale ont besoin d’utiliser les processus traditionnels de transmission de l’information et les technologies de l’information et de la communication à travers les sites Intranet ou Internet, la documentation, les systèmes d’information géographique et l’analyse de données.

 

Les activités de recherche en Intelligence Territoriale actuellement en cours sont principalement dirigées par Jean-Jacques Girardot (http://mti.univ-fcomte.fr) ainsi que par Philippe Dumas et Yann Bertacchini (http://lepont.univ-tln.fr & http://i3m.univ-tln.fr ). Leurs définitions suivent la même dynamique et affirment que l’intelligence territoriale :

 

  • Concerne « tout le savoir multidisciplinaire qui améliore la compréhension de la structure et des dynamiques des territoires » (Girardot, 2002)

 

  • Permet « une évolution de la culture du local fondée sur la collecte et la mutualisation entre tous ses acteurs des signaux et informations, pour fournir au décideur, et au moment opportun, l’information judicieuse » (Herbaux, 2002)

 

  • Rapproche « l’intelligence territoriale en tant que processus cognitif et d’organisation de l’information, et le territoire en tant qu’espace de relations significatives » (Dumas, 2004)

 

  • Ou encore « un processus informationnel et anthropologique, régulier et continu, initié par des acteurs locaux physiquement présents et/ou distants qui s’approprient les ressources d’un espace en mobilisant puis en transformant l’énergie du système territorial en capacité de projet. De ce fait, l’intelligence territoriale peut être assimilée à la territorialité qui résulte du phénomène d’appropriation des ressources d’un territoire puis consiste dans des transferts de compétences entre des catégories d’acteurs locaux de culture différente » (Bertacchini, 2004)

 

Nous avons intitulé cet ouvrage Intelligence territoriale : Le Territoire dans tous ses états. Cet ouvrage est composé de quatre parties :

 

  • L’introduction pose la problématique d’ensemble

Nous avons choisi de porter ce texte en ouverture de l’ouvrage et cela, malgré qu’il vienne ponctuer plus de dix années de réflexion théorique nourrie, d’ajustements-confrontations avec d’autres disciplines, de lente imprégnation de textes fondations, de tâtonnements des territoires par la ‘mise en chantiers’ de nos intuitions, de discussions, de débats, de séminaires enfin, parce que nous y exposons en substance notre conception de la place de l’intellectuel dans la Cité.

Nous pouvons remarquer combien, comment, ce texte, comme les autres contributions, se nourrit de tout ou parties des autres textes réunis dans le cadre de cet ouvrage illustrant de la sorte le principe de la co-construction, le phénomène de la fertilisation croisée voulues par des auteurs qui se reconnaissent dans une même veine de Recherche.


*Intelligence territoriale : Posture théorique, hypothèses, définition. (Yann Bertacchini, Gino Grammacia, Jean-Jacques Girardot).p.14.

 

    • La partie 1 vise à définir les bordures de notre objet.

 

*L’intelligence territoriale : entre ruptures et anticipations. (Yann Bertacchini, Philippe Herbaux).p.21.

*Intelligence, territoire, décentralisation ou la région à la Française. (Philippe Dumas).p.29.

*La rupture, un des corollaires de la vitesse. L’intelligence territoriale, une posture d’anticipation. (Philippe Herbaux, Yann Bertacchini).p.33.

*Entre verbe et projet : la médiation, fondation  de l’échange & structure du développement local. (Marie-Michele Venturini).p.43.

*L’organisation & ses Distic : des objets de la  recherche hypermoderne. (Yann Bertacchini, Christian Bois).p.60.

 

    • La partie 2 évoque le territoire physique et virtuel.

 

*Territoire & capacité de développement : proposition d’une fonction d’évaluation du potentiel d’action local. (Yann Bertacchini, Moez Bouchouicha).p.67.

*Territoire physique & Territoire virtuel : quelle cohabitation ? (Groupe Going, Yann Bertacchini).p.77.

*Une lecture possible du territoire sophipolitain : l’observation des représentations virtuelles d’une technopole. (Yann Bertacchini, Eric Boutin).p.90

 

    • La partie 3 traite du territoire, de la culture et de la construction des savoirs.

 

*Le Distic et le rayonnement des cultures. (Philippe Dumas).p.112.

*L’éducation au territoire & le concept de territoire éducatif. (Philippe Leroy).p.124.

*De la circulation & du maillage des données territoriales à la construction des savoirs. (Marie-Michele Venturini, Yann Bertacchini).p.134.

*Tic, culture, territoire : entre médiation & numérisation. (Yann Bertacchini, Marie-Michele Venturini).p.145.

 

    • La partie 4 présente la territorialisation de la Recherche & des actions.

 

*Anticipation des ruptures affectant le territoire, intelligence territoriale en région nord pas de Calais. (Philippe Herbaux).p.160.

*Le PAIC : un pont vers le développement de la E-administration en Région Paca. (Ousman Ali Bako, Gustave Ali Coudi, Yann Bertacchini).p.180.

*Centralité locale & réseau du territoire numérique en Corée : la place numérique de Gounpo. (Yann Bertacchini, Kim Seung Jin, Marie-Michele Venturini, Philippe Herbaux).p.193.

*L’eau, un enjeu fédérateur dans l’émergence du  Pôle « Mer » en Région Paca ? (Yann Bertacchini, Arie de Ruiter).p.203.

*Télévision numérique & Projet Horizon 2008 de France 3 Corse, (Marie-Michele Venturini, Yann Bertacchini).p.220.

*Dispositif d’intelligence économique territoriale & gouvernance hybride (Yannick Bouchet).p.239.

* La Corse, patrimoine insulaire et identité régionale : vers l’intelligence territoriale. (Marie-Michele Venturini, Yann Bertacchini, Julien Angélini).p.251.

 

 

  • L’épilogue ‘Territoire, S.I.C & prospective’ situe l’Intelligence territoriale au carrefour de l’Information et de la communication, engage une dynamique à partir de la pratique de la veille, présente une application des Tic dans leur capacité à constituer une communauté territoriale ‘physique et virtuelle’ de savoirs quelque fois oubliés et/ou moins mobilisés enfin, énonce en perspective une réflexion plutôt de nature stratégique en Sciences Humaines  et Sociales ainsi qu’une application.


*Entre Information & processus de communication : l’intelligence territoriale. (Yann Bertacchini, Laroussi Oueslati).p.265.

*De la veille à l’Intelligence territoriale. (Philippe Herbaux, Yann Bertacchini).p.277.

*Recherche Hypermoderne & Grenier de savoirs en ligne. (Christian Bois, Yann Bertacchini).p.288.

*L’offre de formation SIC : entre réformes & adaptations. Proposition d’une     réflexion stratégique. (Yann Bertacchini, Philippe Dumas).p.307.

* La Corse, patrimoine insulaire et identité régionale : vers l’intelligence territoriale.

(Marie Michèle Venturini, Yann Bertacchini, Julien Angelini).p.303

 

 

D’inégale amplitude, chaque partie et section de cet ouvrage réunissent des contributions de praticiens du territoire, de chercheurs apprentis, de doctorants, de chercheurs débutants & confirmés), c’est-à-dire en un mot, d’acteurs, quelque fois de culture différente, souvent de régions différentes et qui ont vu un intérêt à se situer dans le sillon de ces travaux. Qu’ils en soient ici remerciés.

 

La partition de cet ouvrage a été réalisée en fonction des travaux disponibles, d’une part, et avec, d’autre part, l’objectif d’illustrer une conception de l’intelligence territoriale que nous avons explicité ci avant dans le corps de l’ouvrage et que nous essayons de partager lors de la tenue du Colloque annuel ‘Tic & Territoires : quels développements ?’ qui, en 2006, a eu lieu à Besançon avec le concours de l’Université de Franche Comté, la Maison des Sciences l’Homme et l’Umr ThéMA-MTI, 6049 CNRS UFR SLHS. L’année 2006 a connu la tenue  de la 1e Conférence Européenne de l’Intelligence territoriale à Alba Julia en Roumanie la semaine précédent le Sommet de la Francophonie à Bucarest.

En juin 2007, nous avons organisé à Lyon ce Colloque International en coopération avec le laboratoire ERSICOM  de l’Université Lyon 3 Jean Moulin.


Les participants à cet ouvrage sont

 

Yann Bertacchini (Dr de Recherche, lab I3m-équipe d’accueil 3820)

 

Ousmane Ali Bako (Doctorant, lab.I3m-EA3820)

Gustave Ali Coudi (Master Recherche Distic, Université du Sud Toulon Var)

Julien Angélini (Doctorant, Université de Corse Pasquale Paoli)

Christian Bois (Docteur, lab.I3m-EA3820, consultant)

Yannick Bouchet (Docteur, lab.I3m-EA3820 Directeur du SITIV et du CLUSIR Rhône Alpes)

Moez Bouchouicha (McF, Directeur du CRI, Université du Sud Toulon Var)

Eric Boutin (McF, lab.I3m-EA3820, IUT de Toulon)

Arie de Ruiter (Master Recherche Distic, Université du Sud Toulon Var)

Philippe Dumas (Pr, Dr de I3m-EA3820, IUT de Toulon)

Jean Jacques Girardot (McF, Théma-MTI, CAENTI, Université de Franche Comté)

Gino Gramaccia (Pr, CRED, IUT de Bordeaux 1, Président de la SFSIC)

Groupe GOING (Promotion du DEA Vic 2003/2004)

Philippe Herbaux (Docteur, I3m lab-EA3820, Délégué à l’Intelligence économique & territoriale, Université de Lille 2)

Laroussi Oueslati (lab I3m-EA3820, Président de l’Université du Sud Toulon Var, Conseiller Régional PACA)

Kim Seung Jin (DEA Vic, 2003/2004, USTV)

Philippe Leroy (Conseiller du BEF, Académie de Nice)

Marie-Michele Venturini (Docteur, Umr Cnrs Lisa, Université de Corse Pasquale Paoli)

 

 


Introduction : ouverture du champ de Recherche

 

Intelligence territoriale : Posture théorique, hypothèses, définition.

Yann Bertacchini, Gino Grammacia, Jean-Jacques Girardot.

Avec le recul, très court, d’une dizaine d’années d’un processus de type essai-erreur engagé sur le sujet et la tentative de délimitation d’un ‘nouveau’ champ de recherche en Sciences de l’Information et Communication, nous essaierons par cette contribution de proposer un cadrage de ‘l’intelligence territoriale’ en tant que capacité d’intelligence collective mobilisable sur un territoire ou résultat d’un démarche collective. Nous fonderons notre propos sur l’acquis cumulé d’un ancrage théorique avec plusieurs expériences, Recherches ou applications d’ordre pratique terminées, en cours et à venir.


Posture théorique et engagement du Chercheur Acteur

L’intelligence territoriale, objet et champ scientifique, se pose à la convergence de l’information, de la communication et de la connaissance, traduit une relation ‘Espace-territoire’, succède à la territorialité, en tant que phénomène d’appropriation ou de réappropriation des ressources, enfin, permet l’énoncé du projet territorial lorsque l’échelon territorial arrive à le formuler. D’un point de vue épistémologique et méthodologique, l’expression, certes audacieuse, d’intelligence territoriale souligne la construction d’un objet scientifique qui conduit in fine à l’élaboration d’un méta-modèle du système territorial inspiré des travaux de Schwarz[1]. Pour ce qui nous concerne, cette démarche ne vise pas exclusivement à une modélisation de nature systémique associée à une matrice des processus territoriaux de nature structuraliste et fonctionnaliste. Nous inscrivons nos travaux en Sciences de l’Information et de la Communication et, en tant que tels, ils se référent aux approches sociales, c’est-à-dire inter relationnelle, à la théorie systémique, c’est-à-dire informationnelle (théorie de l’information et de l’énergie associée imputable, entre autre, aux Tic) enfin, au constructivisme, c’est-à-dire à une approche communicationnelle en référence à la territorialité qui compose et recompose le territoire.

Nous compléterons cette synthétique présentation en rappelant, comme l’ont souligné déjà d’autres travaux, dans d’autres disciplines, que l’étude d’un territoire sous tend une connaissance initiale incertaine, il est donc nécessaire de souligner le caractère heuristique de cette approche et que sur un plan ontologique, nous nous référons à une pragmatique du territoire et de ses acteurs, du Chercheur dans sa relation avec la Société. Enfin, nous croyons utile de préciser que l’intelligence territoriale ne saurait se limiter et être réduite à une démarche de veille mais, relève plutôt d’une logique de projet de type ‘Bottom up’ qui va tenter de diffuser les éléments d’une attitude pro-active ou d’anticipation des risques et ruptures qui peuvent affecter le territoire.

Dans la poursuite de cette introduction plutôt de nature théorique, nous préciserons que notre conception de l’intelligence territoriale met l’accent sur, la solidarité de destin en réponse à l’accroissement de la complexité comme l’évoque la proposition de Morin (2005), p124 : la solidarité vécue est la seule chose qui permette l’accroissement de la complexité[2] et d’autre part, compte tenu de l’inscription de nos travaux en S.I.C, sur l’enjeu associé à ce champ, à savoir que la communauté des enseignants chercheurs en Sic est invitée à adopter une attitude résolument pro active dans les mutations en cours en s’emparant des opportunités offertes par les pôles de compétitivité tout en ayant présent à l’esprit le défi que souligne Mucchielli,(2004)  p.146 « Les années à venir nous diront si les sciences de l’information & de la communication parviendront à se fortifier dans leur interdisciplinarité. ».

 

De l’environnement et des ressources à mobiliser

L'environnement du territoire et ses composants technologiques, financier, juridique, humain ont muté  vers davantage de complexité. Mais, la complexification (WAG99) et son corollaire, l’incertitude, font peur. Les savoirs requis de la part des acteurs en charge de définir, d’appliquer et de suivre les réalisations d’une politique locale ont également évolué. Comment dès lors orchestrer ces mouvements pour bâtir une intelligence, que nous nommons territoriale en référence à un mouvement de développement du local, à partir des ressources localisées en mobilité ou latentes ? Nous présenterons dans notre contribution et ce, à partir de notre expérience, les hypothèses préalables à l’engagement ou Comment mobiliser des ressources locales  après détecté leurs gisements de potentialités?


Un préalable à la mise en commun d'expériences

Pour prétendre à la dynamisation spatiale de leur contenu, les collectivités locales  détectent puis combinent les compétences disponibles, localisées et/ou mobiles. Ce travail d’inventaire est opéré en vue de structurer leur capital de ressources et d’intelligences dans l’optique de faire aboutir une politique de développement. La connexion de ce capital latent ou révélé ne s’obtient pas dans tous les cas. Nous allons considérer le préalable à une tentative de développement territorial. 

Nous formulerons l’hypothèse suivante : «L'existence ou l'inexistence d'un réseau de relations entre acteurs locaux peut s'avérer être une barrière ou un catalyseur dans la construction ou la reconstruction du lien territorial.» (Bertacchini,2000).Ce tissu relationnel, physique ou virtuel, permet la mobilisation des compétences locales autour d'un objectif partagé et dans l’hypothèse de compétences complémentaires à réunir, à faciliter leur acquisition par un mode d’apprentissage approprié. Ainsi, puisqu' il y a inégalités d'accès, ces dernières engendrent des asymétries dans les mécanismes d'évaluation des auteurs de l'histoire locale. Sur la base de cette hypothèse, les espaces engagés dans la voie de leur médiatisation ne possèdent pas tous la même capacité d’accès au développement.

Les informations transmises, échangées par leurs membres sont entachées d'une déficience, d'une déformation de leur contenu et dans leur incapacité à former le réseau relationnel. A priori, l'histoire de ces acteurs locaux ne leur permet pas ou leur interdit d'investir dans leur futur. A posteriori, la déficience du contenu de l'information échangée ne favorise pas leur adhésion au réseau. Dès lors, les relations affichées mais non partagées autour de cet objectif ne peuvent se reproduire durablement et compromettent la valorisation territoriale. La construction du lien social échoue et la transmission d’un patrimoine collectif ne s’opère pas. La tentative de médiation, l’intelligence territoriale, que nous proposons peut s’avérer être une réponse.

Le point de départ et d’arrivée : le capital formel territorial

A l’origine physiques, les échelons territoriaux ont intégré ou intègrent progressivement les TIC. Ces dernières brouillent les découpages administratifs et favorisent l’émergence de territoires virtuels. Ainsi, la " société de l'information " se construit. S’il est primordial que les territoires intègrent ces technologies de l’information et de la communication, il est tout aussi nécessaire qu’ils la nourrissent, au risque de se trouver marginalisés sur un plan national comme international. Le processus d’intelligence territoriale que l’on peut qualifier de démarche d’information et de communication territoriales trouve ici sa pleine justification dans l’aide apportée à la constitution du capital formel d’un échelon territorial (Bertacchini, 2004). A notre sens le capital formel d’un échelon territorial est le préambule  à toute politique de  développement, qu’il s’agisse de politique de mutation territoriale, de reconversion,  ou d’innovation.


Nous voyons bien ainsi, que les aspects portent en effet tout autant sur un volet infrastructures, réseaux de télécommunications à haut débit (tuyaux) que sur les supports et le contenu des documents numérisés créés grâce à ces outils. De tels enjeux intéressent tous les secteurs de la société, de l'éducation à l'économie en passant par la santé ; du monde de l'administration à celui de l'entreprise, en passant par le particulier. L’intelligence territoriale s’appuie sur un maillage de compétences pluridisciplinaires détenues par des acteurs locaux de culture et donc de codes différents.


Les hypothèses de la grammaire territoriale

D’un point de vue des S.I.C[3], ce processus informationnel autant que anthropologique suppose la conjonction de trois hypothèses :

-Les acteurs échangent de l’information (génération d’énergie à titre individuel et/ou collectif) ;

-Ils accordent du crédit à l’information reçue (captation-échange de l’information);

-Le processus de communication ainsi établi, les acteurs établissent les réseaux appropriés et transfèrent leurs compétences (mobilisation et transfert d’énergie : formulation du projet).

Lorsque ces hypothèses sont réunies et vérifiées, les gisements potentiels de compétences peuvent être repérées à l’aide d’une action d’information et de communication territoriales puis mobilisés dans la perspective de l’écriture d’un projet de développement. Nous pensons qu’il s’agit du préambule à la définition d’une politique de développement local de nature endogène apte à répondre au rapport concurrentiel à venir entre les territoires.


Innovation et local

Le territoire sera prochainement plus orienté dans un rapport de force concurrentiel où le traitement de l’information sera essentiel (Herbaux, 2005). Les mutations culturelles liées au développement des TIC, les nouvelles formes d’affrontement indirect résultant de cette évolution technologique sont encore mal identifiées par les acteurs du territoire. En exemple, la captation de l’installation d’une entreprise et des taxes locales associées avaient trouvé une solution prompte dans les contrats d’agglomération et de communautés de commune qui en mutualisaient les recettes ; ce faisant elle en limitait de fait un processus d’apprentissage dans la conquête de ressources. La mondialisation, les délocalisations obligent les pays à puiser dans les projets à dominante culturelle et touristique pour espérer capter quelques revenus d’une population de nomades aisés. La concurrence épuise l’originalité des projets et leur essoufflement ne résidera pas dans un aspect uniquement technique.

Le territoire doit évoluer dans sa culture et accéder à une véritable mutualisation de l’information au sein d’un processus d’intelligence territoriale dont Bertacchini (Bertacchini,2004) propose la définition suivante : 

«On peut considérer l’intelligence territoriale comme un processus informationnel et anthropologique, régulier et continu, initié par des acteurs locaux physiquement présents et/ou distants qui s’approprient les ressources d’un espace en mobilisant puis en transformant l’énergie du système territorial en capacité de projet [...] L’objectif de cette démarche, est de veiller, au sens propre comme au sens figuré, à doter l’échelon territorial à développer de ce que nous avons nommé le capital formel territorial».

Le territoire avec ses rites, ses héros, ses symboles et ses valeurs qui en constituent l’histoire, compose le théâtre d’un  non-dit qui rythme les échanges entre les hommes. Il y a capitalisation d’une culture des signes et des postures (l’habitus de Bourdieu), (Bourdieu, 1994) p.24 qui établit une grammaire de communication et fonde l’identité du groupe local  Ce constat se trouve au centre de la recherche sur les problématiques territoriales au Québec (Herbaux, 2004) et nous éloigne des prophéties béates sur les rôle des TIC (Sfez, 1999).


Du territoire politique vers l’identité territoriale

La création d’un environnement favorable  est un pré requis de toute innovation émergente au sein de la société ; c’est ce que Pélissier (2001) évoque dans la supériorité des structures et Gourou (1973) p.26 dans les techniques d’encadrement. Un premier objectif est de créer localement un terrain institutionnel, informationnel, comportemental où les acteurs puissent exprimer leurs perceptions, enrichir leurs savoirs, affirmer leurs compétences et peser sur le processus de développement ; il porte sur l’environnement politique, la reconnaissance d’un pouvoir local, l’instrumentation technique et administrative et la re mobilisation sociale des acteurs locaux. Les modalités d’échange des informations sont au centre de ces rapports.

Cette approche du territoire consiste à définir le cadre conceptuel de l’accompagnement d’un processus démocratique ascendant et la proximité spatiale est au coeur de cette spécificité territoriale. Elle n’est pas forcément impliquante de proximité sociale et identitaire, mais relève d’une première étape de construction d’un nouveau territoire, à travers un processus graduel d’émergence d’appropriation territoriale, qu’il s’agit d’accompagner et de favoriser. Cette appropriation, phénomène de représentation symbolique par lequel les groupes humains pensent leur rapport à un espace matériel, ne peut se construire que par l’intégration progressive d’un sentiment local, au travers d’un processus mental collectif. Brunet (1990) nous a instruit que la prise en considération du seul espace vécu a montré ses limites  et que l’émergence d’une identité territoriale ne peut pas se résumer à une activité économique, sociale ou culturelle commune dépourvue d’existence politique ou administrative reconnue. La seule facette du vécu au sein du local, n’est ni génitrice, ni constitutive du territoire.

En témoignage, l’habitat de résidence secondaire n’est pas obligatoirement concourant à un engagement dans le projet local. Enfin, l’identité territoriale ne se réduit pas davantage à une identité politico juridique ou à l’enracinement dans un lieu ;  il y faut cela, et quelque chose de plus : une conscience (Brunet, Op.Cit). Il s’agit ainsi de faire émerger un espace politique local (Lévy, 1997), dont les acteurs se sentent responsables et où se jouent des relations de pouvoir (Bourdieu,1980) en vue de son appropriation (Raffestin,1981).Durkheim, (1977), p.138 avance «Pour que les suffrages expriment autre chose que les individus, pour qu’ils soient animés dès le principe d’un esprit »

 

En conclusion temporaire : une évolution de la posture informationnelle.

Cette capacité collective, l’intelligence territoriale, du territoire à anticiper les ruptures qui vont l’atteindre, nécessite la mise en œuvre d’une évolution de sa culture.

Cette modification des relations et des échanges, une logique de projet, doit alors s’adosser à un autre traitement des signaux et des informations. Communiquer différemment en participant  à un projet commun agit sur les liens individuels et modifie le rapport à l’autre ;  ainsi la relation d’échange sort du quotidien pour accéder à une altérité du projet partagé puis il y a capitalisation et valorisation individuelles des missions ; cette mutualisation et  mise en perspective des conjectures, sont autant d’opinions fondées sur les analyses d’hypothèses qui assurent un flux continu et interactif, formel et sémiologique d’une relation au groupe. La culture des organisations prend alors, par son aspect récursif, un caractère durable.


Tout est affaire de sens. Au niveau de l’action de l’objet et dans l’identité acquise par l’acteur territorial ; il constitue ainsi un paradigme du sens et d’identité. Ainsi, la dynamique territoriale tire son existence de la complexification de ses réseaux agissant dans le débat social et l’énergie mise en oeuvre permet de faire évoluer un objet territorial nouveau.

L’innovation territoriale endogène se nourrit de signaux internes et de flux d’informations externes. Il s’agit de capter des flux de données à traiter en continu pour dépister à temps la menace et éventuellement saisir l’opportunité.

Les réponses collectées offrent un faisceau de nouvelles pistes à explorer dans le concept de mutualisation des connaissances. Cette capitalisation des signes et informations mise en perspectives, offre au local des futurs possibles aptes à déjouer la menace où l’incertitude. La création de cette posture d’anticipation porte en germe les attributs d’un outil démocratique partagé par les acteurs du local, les associant plus intimement à une vision stratégique territoriale. Le terme acteur, par la ressource partagée, prend alors tout son sens. Le Chercheur, dans notre conception, devient acteur du territoire.

 

Références bibliographiques

Bakis, H., Les réseaux et leurs enjeux sociaux, Paris, PUF, 1993.

Bertacchini, Y., « Le territoire, une entreprise d’intelligence collective à organiser vers la formation du capital formel », p.35, Revue Communication & Organisation n°25, Les vallées : sens, territoires & signes, GREC/O, ISIC, Université de Bordeaux 3,  1er semestre 2004.

Bertacchini, Y, Dumas, Ph., «How to federate some local resources by developing new links? », ISA Research Committee 23, in [http://www.Third Triple Helix International Conference], Rio de Janeiro, Brazil, 26-29 April 2000.

Bertacchini Y., Mesurer la distance, Pensez la durée, Mémoriser le virtuel, Vers l’Intelligence territoriale -volet 2-, Collection Les E.T.I.C, Presses Technologiques,    275 p. octobre 2004.

Bertacchini Y., « Sophia Antipolis Ex Ante et Post : De la projection d’une vision territoriale à l’observation de ses représentations virtuelles », in L’héritage d’une utopie, Essai sur la communication & l’organisation de Sophia Antipolis, Ouvrage collectif,sous la direction de Jacques Araszkiewiez ,p.95, EdiSud, juin 2003.

Bertacchini Y., Dou, H., «The Territorial competitive intelligence: a network concept», Actes du Colloque VSST’ 2001, Presses de l’Université Paul Sabatier p 101, Ecole Polytechnique de Catalogne, Barcelone, 15-19 octobre 2001.

Bonnet M., Desjeux D., (sous la direction de), Les territoires de la mobilité, Sciences sociales & sociétés, Puf, 224 p, 2000.

Bourdieu, P., Le Sens pratique, Paris, éd. De Minuit, 1980.

Brunet, R., « Le déchiffrement du Monde », in Géographie Universelle t. 1 Mondes nouveaux, 1990.

Callon, M, Latour, B., La Science telle qu’elle se fait, La découverte, Paris, 1991.

Durkheim, E, La méthode sociologique, Les règles de la méthode sociologique, première édition 1895, PUF, 1977.

Ferrier, J P., « Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoires » Entretien. Sciences Humaines N°98, oct 1999.

Gourou, P., Pour une géographie humaine, Flammarion, 1973.

Herbaux, Ph., Le Développement territorial. Regards croisés sur la diversification et les stratégies. Ouvrage collectif. Sous la direction de Guesnier B et Joyal A, Edition Adicueer, Poitiers, 2004.

Herbaux, Ph, Bertacchini, Y., « La rupture, un des corollaires de la vitesse. L’intelligence territoriale, une posture d’anticipation. », Actes du Colloque sur les Systèmes d’Information élaborée/Tic & Territoire : quels développements ?’, Revue ISDM, n°22, [http://isdm.univ-tln.fr],  île Rousse 2005.

Le Boterf G., «Les enjeux de la compétence collective.», Le Monde, 23 mai 2000.

Pélissier, N, Pages, D., Territoires sous influence, Vol 2 Ed. LHarmattan, 2001.

Jayet, H., Wins Ph., Comment les entreprises se localisent-elles? Dossier de recherche 3/93, Rapport au Commissariat Général du Plan, Centre d’études spatiales, urbaines et régionales en économie, Université des sciences et Technologies de Lille, 1993.

Jayet, H et al., «Structures économiques et barrières à l’entrée», Rapport au Commissariat Général au Plan, CESURE, 128 p, Lille I, 1996.

Lévy, P., L’intelligence collective, Pour une anthropologie du cyberspace, p.69, La découverte/Poche, Essais, 1997.

Morin, E., Introduction à la pensée complexe, 158 p, « Points Essais », n°534, Seuil, Paris, 2005.

Mucchielli, A., Les sciences de l’information & de la communication, 3e édition, Hachette, Les Fondamentaux, p.146, 2004.

Seligman,A B., «Complexité du rôle, risque et émergence de la confiance », Revue Réseaux, n°108, vol 19,p37,Hermes,2001.

Raffestin, C., Pour une géographie du pouvoir, Litec, Paris, 1981.

Sfez L.et al., «Territoire et communication.», Quaderni, n°13, Paris, CREDAP, 1991.

Schwarz E., « Toward a Holistic Cybernetics. From Science Through Epistemology to Being », Cybernetics and Human Knowing, Vol. 4 n° 1, Alborg, 1997.

Storper M., The regional world.Territorial develoment in a global economy,New York, Guilford, 1997.

Tetu J.F., « L’espace public et ses médiations.», Hermes, n° 17, de la page 287 à la page 298, Paris, Editions du CNRS, 1995. 

Wagensberg E., «Complexité contre incertitude.», La Recherche, n°326, p.111, 1999.

 

 

 


Partie 1 : Les bordures de notre objet

 

L’intelligence territoriale : entre ruptures & anticipations

Yann Bertacchini, Philippe Herbaux.


Introduction

L’objet territorial communicant est au centre des interactions sociales sur le territoire ;  il est en même temps un objet d’innovation porté par les réseaux réunissant dans «une méta organisation  des humains et des non-humains mis en intermédiaires les uns avec les autres» (Callon et Latour, 1991). Cette organisation assure une sorte de traitement récurrent des problématiques qui lui sont soumises et permettent «la transformation d’un énoncé problématique particulier dans le langage d'un autre énoncé particulier» (Amblard et al, 1996, p.134). La formidable révolution de la décentralisation oblige à une prise en main des projets au sein du local et demande un traitement différent de l’information. Il ne s’agit pas tant d’informer la population des décisions prises que de l’associer plus étroitement aux décisions à prendre. La décentralisation porte les  ferments d’une nouvelle pédagogique de la participation communale dans un cadre précis de l’agglomération et des pays. Dans cet enclos du territoire où l’accélération des informations et des menaces sape le projet partagé, le pays peut-il faire l’impasse d’un schéma de mutualisation de l’information pour servir le dessein qu’il prétend défendre ? 


Nous rapportons ici les conclusions d’une enquête (en annexe) effectuée auprès d’habitants du local en amont d’une recherche action sur des logiques d’intelligence territoriale. Trois hypothèses de travail et une de synthèse avaient été soumises aux conclusions de cette enquête.

a) la perception des menaces et futures ruptures est effective par les acteurs et la population du territoire.

b) les techniques de l’information et de la communication (TIC) sont indissociables d’une démarche de mutualisation de l’information au sein du territoire.

c) le processus d’intelligence territoriale est dépendant d’un traitement prioritaire de l’information sur les champs économiques.

d) l’intelligence territoriale se situe, au sein du territoire, entre information et processus de communication


Les limites de cette contribution sont en rapport avec la nécessaire synthèse du propos qui en limite les développements méthodologiques et épistémologiques. 


Innovation et local

Au Nord comme au Sud, il est maintenant admis que la mondialisation ne pourra se passer d’une certaine reconnaissance du «local» et des responsabilités qu’il prendra dans son propre développement. Cependant, même si les expériences des trente dernières années ont donné corps à des approches de problématiques de développement, ces expérimentations localisées peinent encore à se déployer en une dynamique régionale et durable. On sait concevoir des outils d’analyse pour une gestion des informations, on sait élaborer des cadres réglementaires et législatifs, mais on ne réussit guère que des expériences localisées dans le temps et l’espace. La difficulté est de parvenir à généraliser des dynamiques durables, à les ancrer dans les pratiques des habitants et des institutions.

A l’instar de la grande entreprise, le territoire sera dans un proche avenir plus orienté dans un rapport de force concurrentiel où le traitement de l’information sera essentiel. Si les mutations culturelles liées au développement des TIC sont encore dans le domaine des études, les nouvelles formes d’affrontement indirect résultant de cette évolution technologique sont encore très mal identifiées par les acteurs du territoire. En exemple, la captation de l’installation d’une entreprise et des taxes locales associées avaient trouvé une solution prompte dans les contrats d’agglomération et de communautés de commune qui en mutualisaient les recettes ; ce faisant elle en limitait de fait un processus d’apprentissage dans la conquête de ressources. La montée en charge des délocalisations et de la mondialisation oblige les pays à puiser dans les projets à dominante culturelle et touristique pour espérer capter quelques revenus d’une population de nomades aisés. L’originalité des projets s’épuise dans la réplication de parcs d’attraction et de «route culturelle». Leur essoufflement ne résidera pas dans un aspect uniquement technique mais dans un empiètement funeste des projets qui deviendront concurrents.


Le territoire doit évoluer dans sa culture et accéder à une véritable mutualisation de l’information au sein d’un processus d’intelligence territoriale dont Bertacchini propose la définition suivante : 

«On peut considérer l’intelligence territoriale comme un processus informationnel et anthropologique, régulier et continu, initié par des acteurs locaux physiquement présents et/ou distants qui s’approprient les ressources d’un espace en mobilisant puis en transformant l’énergie du système territorial en capacité de projet [...] L’objectif de cette démarche, est de veiller, au sens propre comme au sens figuré, à doter l’échelon territorial à développer de ce que nous avons nommé le capital formel territorial» (Bertacchini, 2004).

Le territoire ou pays est le lieu de la communication informelle par excellence combinée avec son projet de développement et sa communication formelle. Ses rites, ses héros, ses symboles et ses valeurs qui en constituent l’histoire, composent le théâtre d’un  non-dit qui rythme les échanges entre les hommes. Il y a capitalisation d’une culture des signes et des postures (« l’habitus » de Bourdieu, 1994, p.24) qui établit une grammaire de communication et qui fonde l’identité du groupe local  Ce constat se trouve au centre de la recherche sur les problématiques territoriales au Québec (André Joyal, 1999) et qui nous éloigne « des prophéties béates sur les rôle des TIC » dénoncées par Sfez (1999).


Du territoire politique vers le territoire identitaire

L’innovation concrétisée par une mutualisation généralisée des informations au sein du territoire est une nécessité préalable à la démarche. La création d’un environnement favorable  est un pré requis de toute innovation émergente au sein de la société ; c’est ce que Pélissier (2001) évoque dans la «supériorité des structures» et Gourou (1973, p. 26) dans les «techniques d’encadrement». Un premier objectif est de créer localement un terrain institutionnel, informationnel et comportemental où les acteurs puissent exprimer leurs perceptions, enrichir leurs savoirs, affirmer leurs compétences et peser sur le processus de développement ; il porte sur l’environnement politique (la reconnaissance d’un pouvoir local), l’instrumentation technique et administrative (la mise en retrait de ce pouvoir dans le processus local de décision) et la (re)mobilisation sociale des acteurs locaux. Les modalités d’échange des informations sont au centre de ces rapports.

Cette approche du territoire relève d’une problématique spécifique consistant à définir le cadre conceptuel de l’accompagnement d’un processus démocratique ascendant. C’est la proximité spatiale qui est au coeur de cette spécificité territoriale. Elle n’est pas forcément impliquante de proximité sociale et identitaire, mais relève d’une première étape de construction d’un «nouveau» territoire, à travers un processus graduel d’émergence d’une identité territoriale (l’appropriation territoriale), qu’il s’agit d’accompagner et de favoriser. Cette appropriation, pur phénomène de représentation symbolique par lequel les groupes humains pensent leur rapport à un espace matériel, ne peut se construire que par l’intégration progressive d’un sentiment local, au travers d’un processus mental collectif (Poche, 1983). Brunet nous a instruit que la prise en considération du seul espace vécu a montré ses limites (Brunet, 1990) et que l’émergence d’une identité territoriale ne peut pas davantage se résumer à une activité économique, sociale ou culturelle commune dépourvue d’existence politique ou administrative reconnue.

La seule facette du vécu au sein du local, n’est ni génitrice, ni constitutive du territoire. En témoignage, l’habitat de résidence secondaire n’est pas obligatoirement concourant à un engagement dans le projet local. Enfin, l’identité territoriale ne se réduit pas davantage à une identité politico-juridique ou à l’enracinement dans un lieu ;  il y faut un peu de tout cela, et quelque chose de plus : une conscience (Brunet  1990). Il s’agit ainsi de faire émerger un véritable espace politique local (Lévy, 1994), dont les acteurs se sentent responsables et où se jouent des relations de pouvoir (Bourdieu, 1980) en vue de son appropriation (Raffestin, 1981).

«Pour que les suffrages expriment autre chose que les individus, pour qu’ils soient animés dès le principe d’un esprit collectif, il faut que le collège électoral élémentaire ne soit pas formé d’individus rapprochés seulement pour cette circonstance exceptionnelle, qui ne se connaissent pas, qui n’ont pas contribué à se former mutuellement leurs opinions [...]. Il faut au contraire que ce soit un groupe constitué, cohérent permanent [...]. Alors chaque opinion individuelle, parce qu’elle s’est formée au sein d’une collectivité, a quelque chose de collectif » (Durkheim, 1977, p. 138).

On peut avancer que le territoire est donc d’abord politique, puis institutionnel, et enfin seulement «et» partiellement identitaire.

L’adaptation de la société locale à une nouvelle identité territoriale peut être considéré comme le signe d’une vitalité dans la recherche d’identité. C’est le mouvement qui semble émerger pour les régions administratives françaises, l’activisme de leurs responsables sur ce thème ayant réussi à ancrer en moins de vingt ans le territoire régional dans l’identité collective locale. C’est donc un territoire vivant, changeant, qui peut apparaître ou disparaître au gré des dynamiques sociales. Si le territoire se doit bien de transformer un objet naturel en objet de communication permanent, c’est d’abord dans la construction d’un espace politique, puis institutionnel et enfin identitaire fondé sur une «invention précieuse de la territorialité » (Ferrier, 1998).


Une évolution de posture dans le  traitement de l’information

Cette capacité du territoire à anticiper sur les ruptures qui vont l’atteindre, nécessite la mise en œuvre d’une évolution de sa culture.

Cette modification des relations et des échanges doit alors s’adosser à un autre traitement des signaux et des informations. Communiquer différemment en participant  à un projet commun agit sur les liens individuels et modifie le rapport à l’autre ;  ainsi la relation d’échange sort des banalités du quotidien pour accéder à une altérité du projet partagé. Il y a capitalisation et valorisation individuelles des missions ; cette mutualisation et  mise en perspective des conjectures, sont autant d’opinions fondées sur les analyses d’hypothèses qui assurent un flux continu et interactif, formel et sémiologique d’une relation au groupe. C’est une évolution de la culture des organisations qui prend alors, par son aspect récursif, un caractère durable.

Tout est affaire de sens que ce soit au niveau de l’action ou de l’objet et  ce sens prend sa signification dans l’identité acquise par l’acteur territorial ; il constitue ainsi un paradigme du sens et d’identité. Ainsi, la dynamique territoriale tire son existence de la complexification de ses réseaux agissant dans le débat social ; cette énergie mise en oeuvre permet de faire évoluer un objet territorial nouveau.

L’innovation territoriale endogène se nourrit des signaux à l’interne comme des flux d’informations en provenance de l’externe. Il ne s’agit plus de recueillir un goutte à goutte d’informations mais de capter un « torrent »  de données qu’il faut traiter en continu pour dépister à temps la menace et éventuellement saisir l’opportunité.

Les réponses offertes par ces acteurs du local à nos questionnements offrent un ensemble de nouvelles pistes à explorer dans le concept de mutualisation des connaissances. Cette capitalisation des signes et informations mise en perspectives, offre au local des futurs possibles décryptés aptes à déjouer la menace où l’incertitude.

Au-delà de la création de cette posture d’anticipation, ce vecteur porte en germe les attributs d’un outil démocratique partagé par les acteurs du local, les associant plus intimement à une vision stratégique territoriale. Le terme acteur, par la ressource partagée prend alors tout son sens.


Enquête et Hypothèses

Perception individuelle des menaces 

Notre première hypothèse avançait que « la perception des menaces et futures ruptures est effective par les acteurs et la population du territoire ».

Les éléments de l’enquête de terrain à peine dépouillés, s’ils confirmaient le souci de chacun à anticiper, nous amenaient à un constat : l’habitant du local dans sa majorité, offre une priorité aux risques, à l’aune d’une distance géographique à celui-ci. C’est-à-dire qu’il prend d’abord en compte les risques affectant son environnement direct privilégiant sa sécurité individuelle. La vision des menaces sur le village planétaire se réduit prioritairement à sa région puis à son pays. Si notre enquête met en évidence pour le territoire d’expérimentation considéré, la distance au projet local accusée par la population, elle ne remet pas en cause le principe d’adhésion de l’habitant à son cadre de vie et à ses points d’ancrage culturel. Le territoire est apte à mobiliser ses intelligences multiples dès lors que le projet est énoncé et compris par ses acteurs. Notre première hypothèse se révélait donc un peu optimiste dans l’appréciation de cette perception. L’emploi reste au cœur des préoccupations de l’habitant du local.

 Dans une période de chômage endémique, l’anticipation et le traitement des ruptures au sein du local n’acquièrent un sens pour les acteurs territoriaux que dans un discours portant prioritairement sur la protection de l’emploi.


Hypothèse de la priorité de démarche

Notre deuxième hypothèse avançait que « les techniques de l’information et de la communication (TIC) sont indissociables d’une démarche de mutualisation de l’information au sein du territoire».

Si les logiques d’intelligence territoriale peuvent apparaître comme « inféodées » aux outils de gestion des connaissances électroniques (plateforme électronique, internet, groupe de travail etc.), cette mutualisation des connaissances est dépendante de l’échange préalable autour du projet.

Si les techniques offertes par les TIC sont incontournables, elles ne sont pas prioritaires pour les personnes enquêtées ; les logiques de mise en œuvre du projet et d’échange des informations s’exonèrent bien volontiers et dans un premier temps, de l’outil technique. Celui-ci obscurcit pour certains, le champ cognitif des aléas du technique (manipulation parfois complexe, échanges électroniques incertains, sémantique peu adaptée etc.).

Parler d’intelligence territoriale, n’est pas focaliser sur l’outil. Au détriment de celui-ci, privilégier la finalité (le pourquoi ?) sera toujours plus recevable et  participera selon Bertacchini (2004) à l’émancipation du  capital formel territorial.

Si les personnes enquêtées reconnaissent l’intérêt d’une capitalisation électronique des informations et même (17%) constitue une réalité incontournable d’un traitement d’information, plus de 54% ne le posent pas comme une priorité.

L’emploi des TIC n’est pas un invariant de la mutualisation de l’information au sein du territoire ;  il en constitue néanmoins un point d’appui privilégié.


Traitement prioritaire de l’in
telligence économique

Notre troisième hypothèse avançait que «le processus d’intelligence territoriale est dépendant d’un traitement prioritaire de l’information sur les champs économiques».

Dans le questionnaire administré auprès de la population, les réponses à la question 4 mettaient en évidence les priorités données par le public sur une gradation des ruptures et menaces au sein du le problème de l’emploi (27%). Compte tenu de la répartition de la population interrogée, ce pourcentage dépasse sensiblement la population directement concernée et met en évidence, avec 46% de la population locale, les problèmes de sécurité. La question 3 sur l’incidence des évènements à caractère économique, sur le mode de vie individuel, corrobore cette attitude avec 47% de la population interrogée. Une enquête nationale (IRSN 2004) sur la « perception des situations à risques par les Français », publiée en avril 2005 et portant sur 1008 personnes interrogées en octobre 2004 confortait a posteriori nos travaux. (La préoccupation majeure des Français : l’emploi 37% des réponses).cette observation conforte par ailleurs notre première hypothèse. Dans ce rapport, le souhait de développement durable est proportionnel aux sentiments d’inquiétude et d’insécurité perçus par les citoyens quant aux ressources, énergies, risques sanitaires etc.


Nous constatons une permanence de notre troisième hypothèse : 

a) Entre la perception de la nature du risque par la population du local révélé par notre enquête locale et l’enquête nationale IRSN.

b) Entre le début de nos travaux (2001) et la date de leur présentation (2006).

Nous avançons que le point d’appui initial d’une démarche intégrée et mutualisée de traitement de l’information au sein du territoire s’établit dans le traitement prioritaire de l’information à retentissement économique.


Notre hypothèse de synthèse

Dans son questionnement, notre hypothèse de synthèse « l’intelligence territoriale se situe, au sein du territoire, entre information et processus de communication », s’ordonnait en incantation d’un processus espéré. A la lumière des éléments de travaux que nous avons avancé, nous pensons qu’elle se situe en corollaire des trois précédentes,

- par la réponse qu’elle offre au territoire face aux changements dus à la mondialisation, en le dotant d’un processus de mutualisation de l’information.

- Par une mise en perspective offerte entre le processus de communication exogène au territoire et l’information qui y circule en son sein.

- En participant à établir et renforcer le capital formel territorial, point fondateur d’une identité du local, l’intelligence territoriale est l’un des processus de communication du local.


Conclusion

Le territoire, par l'usage d’une même culture, rassemble un ensemble d’individus dont la majorité se reconnaît dans les usages et les symboles utilisés. Le processus de communication propre au local est un des attributs de sa culture dont chacun s’essaye à en adopter les rites et  les règles conventionnelles. En retour, cette adhésion au projet commun comporte une mission implicite pour le territoire : celle d’offrir un lieu de ressources accessibles, de relative sécurité et de mettre en œuvre les moyens et démarches pour ce faire.

Au delà de la protection individuelle, l’habitant du local recherche une solidarité collective qui ne soit pas uniquement ré-active après un grave événement à type de catastrophe. L’incertitude et les menaces tant à l’interne qu’à l’extérieur du territoire oblige à une posture d’anticipation ; celle-ci fondée sur une mutualisation des signaux et informations entre les acteurs du local permet d’accéder à une posture pro-active dans l’interprétation des conjectures. Ainsi, selon Bertacchini (2004), «entre information et processus de communication se situe l’intelligence territoriale».

 

Annexe - Enquête auprès de la population

QUESTION N°1 : Les pays du Pévèle regroupe plus de cinquante communes qui revendiquent le partage d’une culture commune ;   habitant de ce territoire, estimez vous partager cette culture ?

OUI        *                   UN PEU        *                   NON        *                  NSP         *

QUESTION N°2 : Le monde bouge et change. Selon vous, en est-il ainsi au sein des pays du Pévèle ?

OUI        *                    UN PEU        *                   NON        *                  NSP         *

 QUESTION N°3 : Depuis trois ans (depuis janvier 1999), avez vous l’impression qu’il y ait des évènements à dominance économique au sein de votre territoire qui ont bouleversé votre mode de vie habituel ?

OUI        *                    UN PEU        *                   NON        *                  NSP         *

QUESTION N°4 : Parmi ces évènements, quel est celui qui vous semble  le plus important pour vous même et rattachez le à l’une de ces propositions :

Emploi   *    Santé      *      Environnement  *    Sécurité    *      Autre   *      Nsp    *

QUESTION N°5 :   Les évènements du monde nous parviennent à l’instant par les médias et nous instruisent en direct des guerres, conflits, famines, attentats, situations politiques etc.  Avez vous l’impression que ces évènements agissent en contre coup sur votre mode de vie au quotidien ?

OUI        *                    UN PEU        *                   NON        *                  NSP         *

QUESTION N°6 : La télévision, la radio, les journaux nous informent rapidement des évènements extérieurs et mondiaux, quel support privilégiez vous pour avoir des nouvelles du pays du Pévèle?

Le quotidien *   La TV régionale *    Les magazines locaux  *     Internet   *     Autres  *        Nsp        *

QUESTION N°7 :  Internet est utilisé de plus en plus par chacun ;  estimez vous que l’accès à des sites publiques et privés traitant des Pays du Pévèle doit être encouragé ?

OUI        *                    UN PEU        *                   NON        *                  NSP         *


Références bibliographiques

Amblard, H et Alii, Les nouvelles approches sociologiques des organisations. Ed. du Seuil, 1996.

Bernard, F, « Repenser la communication interne ». Conférence au colloque « communication et société » de Béziers le 3 mai 2002.

Bertacchini Y, Mesurer la distance, Pensez la durée, Mémoriser le virtuel, Intelligence territoriale -volet 2-, Collection Les E.T.I.C, Presses Technologiques,    275 p. octobre 2004.

Bourdieu, P, Le Sens pratique, Paris, éd. De Minuit, 1980.

Brunet, R, « Le déchiffrement du Monde », in Géographie Universelle t. 1 Mondes nouveaux, 1990.

Callon, M , Latour, B, La Science telle qu’elle se fait, La découverte, Paris, 1991.

Couzinet, V, « le document : leçon d’histoire, leçon de méthode ». Communication et langages, n°140, p.19-29. juin2004.

Durkheim, Emile, La méthode sociologigue, Les règles de la méthode sociologique, première édition 1895, PUF, 1977.

Ferrier, Jean-Paul, « Le contrat géographique ou l’habitation durable des territoires » Entretien. Sciences Humaines N°98, oct 1999.

Gourou, P, Pour une géographie humaine, Flammarion, 1973.

Herbaux, Ph,  « L’intelligence économique, outil du pacte territorial », colloque ASRDLF Québec. 21-23 août 2002.

Herbaux, Ph, Le Développement territorial. Regards croisés sur la diversification et les stratégies. Ouvrage collectif. Sous la direction de Guesnier Bernard et Joyal André, Edition Adicueer, Poitiers, 2004.

Pélissier, N, Page, D, 2001.Territoires sous influence, Vol 2 Ed. Lharmattan.

Le Coadic Y-F, «Les nouveaux paradigmes en sciences de l’information», conférence de l’ADBS, IUT de Nancy-Charlemagne. 13 janvier 2005.

Levy, P, L’intelligence collective, pour une anthropologie du cyberespace. La Découverte, 1994.

Mabileau, A, «Le local comme phénomène de société-(2) Le local et ses représentations.», pp 197-221, Sciences de la Société, n°48, octobre 1999.

Maslow, A, Motivation and personality 2° édition, Harper & Row, 1970.

Perriault J, La logique de l'usage. Essai sur les machines à communiquer. Flammarion, 1989.

Proulx S, Vitalis A,.Vers une citoyenneté simulée. Médias, réseaux et mondialisation, Éditions Apogée, Rennes, 1999.

Raffestin, C,. Pour une géographie du pouvoir, Litec, Paris, 1981.

Schwarz E,. «Where is the Paradigm? In the People's Mind or in the Social System? ». Rivista Internacional de Sistemas Vol.7, Nos.1-3, 1995.

Sfez L, La communication, Collection Que sais-je ? PUF, 1999.

Tetu J-F, «L’espace public et ses médiations.», HERMES, n° 17, de la page 287 à la page 298, Paris, Editions du CNRS, 1 novembre 1995.

Virilio P, Petit Ph, Cybermonde, la politique du pire : entretien avec Philippe Petit, Paris.  (Conversations pour demain)Textuel, 1996.

Von Glaserfeld E, Introduction à un constructivisme radical, in «L'invention de la réalité, Contributions au constructivisme», Points, Seuil, Paris, 1998.

Wolton D, Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris Editions Flammarion, 1999.

 


Intelligence, Territoire, Décentralisation ou la région à la française

Philippe Dumas

 

Introduction

Les évènements récents ont relancé le débat sur la décentralisation de façon malheureusement maladroite et polémique. Le sujet vaut mieux que des anathèmes et des prises de position abrupte. Plusieurs auteurs (Point de vue, Le Monde du 14 juin 2003, Dossier Le Monde Economie du 17 juin 2003) ont montré les acquis, les apports et les difficultés de la mise en œuvre de ce concept. Ils ont notamment rappelé que le mouvement remontait au moins à l’époque de Mitterrand et de Deferre (1982), et même de de Gaulle (1969) et avait été poursuivi sous les différents gouvernements de la cinquième République, quelle qu’en soit la couleur. Le présent article n’est pas une défense des mesures envisagées par le gouvernement de M. Raffarin mais une exploration des nouveaux horizons que peut offrir la restructuration d’une France régionalisée en raison de tendances profondes de mutation de nos sociétés.

 

De la décentralisation

Au nombre des arguments des défenseurs de la décentralisation (au fait, on ne parle presque plus de régionalisation ?), on trouve le rapprochement du citoyen des centres de décision qui influent sur sa vie quotidienne, l’adéquation à une configuration européenne où les régions sont la règle dans les pays les plus étendus (Allemagne, Italie, Espagne, Grande Bretagne). Au nombre des succès de la première décentralisation (1982), on reconnaît la prise en charge des besoins sociaux de proximité, la gestion des infrastructures éducatives, des transports régionaux, des infrastructures touristiques. Parmi les menaces qu’agitent les détracteurs, on trouve le risque de développement des inégalités inter-régionales, le déchaînement des politiques de clocher, la perte de la notion du service public, si ce n’est de l’intérêt général, le coût apparent de l’inflation administrative, le risque de marché de dupe avec l’Etat dans le transfert des ressources associées aux nouvelles charges. Toutes ces craintes peuvent être en partie fondées, mais des mesures techniques peuvent apporter des garanties nécessaires à la correction de possibles dysfonctionnements.

 

Du territoire

Nous voudrions aller plus loin dans la réflexion en abordant l’actualité d’une notion ancestrale, le territoire, et en montrant comment le tissu des relations qui se nouent sur le territoire conduit à une « intelligence territoriale » qui peut devenir la modernité et la richesse d’une décentralisation réussie, ou mieux, à réussir.

Face aux incertitudes du monde contemporain dont les principaux facteurs sont la mondialisation et l’insécurité, une des premières réactions de l’animal social est le repli sur le groupe qui est censé le protéger le mieux. La question est de savoir quel est le meilleur échelon pour le citoyen français du XXI° siècle : la communauté, le voisinage, ou, pour reprendre les divisions héritées du XIX° siècle, la commune, le canton, le département, la région, l’Etat, l’Europe ? Cette question pose indirectement la question de notre rapport à l’espace. Rappelons que commune, canton, département avaient explicitement été définis en fonction des temps de déplacement pour atteindre les chefs-lieu avec les technologies de l’époque (la marche, le cheval, le télégraphe). Avec les performances actuelles des technologies de communication (citons l’internet, le Tgv et la généralisation des réseaux de toutes sortes), nos rapports à l’espace sont bouleversés. Ils sont surtout mouvants, instables, reconfigurables en fonction des besoins et de l’environnement. Il s’ensuit que la notion de territoire sur laquelle s’appuient bien des argumentations devient à la fois cruciale (pour l’enracinement) et floue (pour son contour).

 

De l’intellligence territoriale

Avec le concept d’intelligence territoriale, nous envisageons un saut qualitatif vers une notion identitaire qui affirme son caractère flou, mouvant, rétif à toute définition positiviste, mais qui permette en revanche de penser et de communiquer par rapport à la complexité à l’incertitude du monde socio-économique contemporain. Par référence à « l’intelligence économique » comprise comme une démarche organisée au service du management stratégique de l’entreprise, l’intelligence territoriale joue sur le rapprochement entre l’intelligence comme processus cognitif et d’organisation de l’information, et le territoire comme espace de relations signifiantes. Si l’on part de cette approche pour chercher à définir un optimum de la division administrative de notre pays, on va trouver plusieurs arguments nouveaux pour prôner une décentralisation qui soit une régionalisation, et esquisser des lignes d’enrichissement de notre pensée et de notre action.

Ainsi dans notre intelligence de la région, nous pouvons mettre en avant  une spécificité européenne, une exception française, une communauté significative d’intérêts, un équilibrage autorégulateur des pouvoirs.

 Sur notre planète, que nous sommes maintenant capables d’appréhender d’un regard de cosmonaute, comme d’une communication instantanée par l’Internet ou d’un voyage express en jet, des ensembles régionaux ont émergé de toutes parts depuis les dernières décennies : Union européenne, Alena (Amérique latine), Asean (Asie du sud-est), etc. Ces « régions planétaires » sont des associations d’états au sens traditionnel du terme, fondées sur des motivations principalement économiques. Ces états se retrouvent aussi dans les grandes fédérations telles que les Etats-Unis, le Brésil ou la Russie. Ces états, nations ou pas, n’ont pas de subdivisions politiques majeures qui ressemblent aux « régions européennes ». Même si nous simplifions un peu trop, nous pouvons dire que la région européenne est une spécificité mondiale. Elle correspond à une histoire et à une configuration culturelle à nulle autre pareille. Elle doit répondre à une ambition elle-même unique, celle qui émerge des nouveaux rapports mondiaux depuis le 11 septembre, illustrée par le dernier conflit irakien, celle de promouvoir une culture multiple, complexe et hégélienne dans le sens où une instance supérieure naît de la confrontation de la diversité. La région européenne s’appuyant sur le principe de subsidiarité est l’échelon qui procure la meilleure visibilité aux cultures et aux richesses permettant à l’Europe, donc à chacun de ses citoyens, de s’affirmer autrement sur la scène mondiale ; par exemple en pratiquant la recherche de la paix par le consensus plutôt que par la force, le « shock and awe » (choc et effroi) de MM. Bush et Rumsfeld.

Bien qu’elle ait une signification au niveau mondial, la région européenne n’obéit pas à un modèle unique. Les régions des pays que nous avons cités (Allemagne, Italie, Espagne, Royaume Uni) ont des histoires différentes qui les ont amenées à se constituer quasiment comme des régions-nations. La région française qui se fait devant nous depuis cinquante ans va être une nouvelle « exception française ». Le nationalisme régional n’est pas sa dimension majeure et ne devrait pas le devenir. Le catalan français ne se sentira pas « catalan » de la même façon que le catalan espagnol. D’un certain point de vue la régionalisation française est plus rationnelle ; elle vient du sentiment que les transformations de nos rapports à l’espace sous l’impact des technologies, à l’autorité sous l’influence des modes de vie, à l’efficacité de l’action publique nous poussent vers une autre organisation de la nation à laquelle nous gardons un attachement maintenant séculaire.

 

Gouvernance et intelligence territoriale

Ainsi la région française pourrait se définir autour d’une communauté significative d’intérêts ; le mot « significative » se situe dans la logique d’une intelligence territoriale où l’on cherche à dépasser les termes dialectiques universels tels que intégration- différentiation, globalisation- localisation, centre- périphérie. Nous souhaitons centrer notre attention sur deux dimensions de l’intelligence territoriale que sont la confiance et la gouvernance, sans oublier qu’intelligence territoriale est une notion floue qui permet notamment un enrichissement du  champ sémantique et du corpus lexical associés au terme région. La crise de l’état, de son autorité, de ses instances démocratiques (le parlement) est pour partie une crise de confiance. Quoi que fassent nos gouvernants nationaux, on n’en comprend pas les raisons et la logique ; on les soupçonne d’arrières pensées politiciennes ou d’incompétence. La région ne guérira pas tout. Mais sur le plan de la confiance, le rapprochement du décideur de ses mandants et surtout du résultat concret de ses décisions est un élément du rétablissement de la confiance dans un service public renouvelé.

L’impact rapide et simple des décisions des politiques locaux sur les finances locales fait que les citoyens peuvent évaluer la véracité des slogans et la compétence des hommes et des femmes qu’ils élisent. Ceci nous amène à évoquer une nouvelle gouvernance régionale. Le mot est beau, évoque un ensemble de pratiques (un art, une manière de gouverner) qui s’allient à l’intelligence territoriale, bien qu’il sente le soufre de sa remise en circulation. En effet, gouvernance, d’origine française, a été proposé par les instances mondiales de régulation économique (Fmi, Banque mondiale, Pnud, etc.) dès les années 1980 dans des discours normatifs inspirés de libéralisme économique sans contrôle. Pour certains, la gouvernance est un programme de privatisation de la décision publique. Nous souhaitons dynamiter cette vision en plaçant la gouvernance régionale comme le lieu d’optimisation de l’action publique et des intérêts privés. Elle est associée à ce principe de subsidiarité inventé par les Européens. Elle doit organiser les contre pouvoirs, se trouver à l’intersection des intérêts locaux et des intérêts nationaux et européens, les autres échelons de la répartition territoriale des pouvoirs. Il n’est pas dans l’objet de cet article de préciser plus les modalités techniques d’un tel système auto-régulateur, sauf à citer les péréquations financières entre régions européennes

Visibilité, communauté d’intérêts, contrôle de la gestion de ce qui touche au plus près le citoyen, la région se manifeste aussi par sa capacité à penser de nouvelles alliances, à agir, à ré-agir, et à pro-agir dans le monde moderne.


L’expérience, et la logique, prouvent qu’il n’y a pas d’échelon territorial naturel.

En conclusion

Donc parler de territoire ne peut se faire dans l’absolu. Il n’en reste pas moins que, dans le monde actuel, la région à la française peut être un territoire de taille, de forme, de contenus satisfaisants et propice à l’émergence d’une intelligence partagée.

 


La rupture, un des corollaires de la vitesse. L’intelligence territoriale, une posture d’anticipation.

Philippe Herbaux, Yann Bertacchini

 

 

 

Résumé :

Au XXI°siècle, la décentralisation galopante oblige le territoire, à l’instar de l’entreprise, à animer d’un projet dont il doit défendre l’existence. Les postures d’anticipation des ruptures (économiques, sociales, environnementales etc.) sont au cœur d’une interrogation dont on peine à en cerner les contours tant l’accélération des flux communicants crée un brouillard d’informations ; « ce n’est pas tant le manque d’information que son excédent qui obscurcit la prise de décision » rappelait Barthes.

 

« Le XXI°s sera spirituel ou ne sera pas » prédisait André Malraux ; nous pensons que le XXI°s est aussi le siècle de la vitesse (vitesse des transports, des transmissions, des prestations etc.) et en corollaire celui « de l’accident ». La rupture est une résultante de la vitesse et le territoire se situe au centre de cette évolution.

Or ce n’est pas tant « l’accident qui est à surveiller que sa vitesse de survenue » constate Paul Virilio ; celle-ci demande un changement de braquet dans le recueil, le traitement, l’analyse et la prise de décision éventuelle qui doit être engagée. L’anticipation des ruptures au sein du territoire doit alors être en rapport avec une capacité de suivi de la vitesse de survenue. Par leur capacité d'instantanéité, les TIC sont l’un des moyens de l’établissement des conjectures. Une illustration peut être effectuée sur le fonctionnement des véhicules munis du système ABS (Antilock Braking System) ou les quatre phases du processus sont traités à l’instant pour prévenir l’accident mais l’action d’appuyer sur le frein est pour l’instant, du ressort du conducteur.

 

En matière d’information, le décideur ne peut plus assurer seul le traitement simultané du processus (recueil, traitement, analyse et décision). Il doit favoriser une mobilité des signaux entre les acteurs qui l’entourent en optimisant la circulation des informations et leur traitement. Il agit ainsi sur une évolution de la culture de l’information au sein de son organisation.

 

Mots clés : territoire, rupture, intelligence territoriale, mutualisation, vitesse, gouvernance

 


Introduction

Le continuum de la menace et de la rupture est chose exceptionnelle. Dès que la menace est identifiée, elle génère habituellement chez l’humain ou l’animal un échafaudage des conjectures fondées sur un recueil accéléré de données qui tend à connaître son épilogue lors de la mise en œuvre d’un dispositif de protection. Or, l’explosion des flux d’informations générée par les TIC, gêne leur recueil ; le traitement puis leur synthèse est alors perturbée dans un éclairage de la future décision. Dans le cas du territoire et de ses périls, l’appui des TIC permet de raccourcir les phases préparatoires à la décision ; encore faut-il que l’effet entonnoir puisse s’appuyer sur un recueil précis, continu et judicieux des signaux et informations et ce, dans de nombreux registres. La mutualisation de l’information entre les acteurs du territoire devient alors un point d’appui fondamental de la démarche d’anticipation des ruptures encore appelée « intelligence territoriale ».

Après un éclairage sur la notion de rupture, de risque et de menace, nous verrons en quoi les TIC peuvent agir au sein du territoire sur le cycle de décision. Nous proposerons à cet effet, une clé d’entrée à la mise en place d’un processus de traitement de l’information au sein du territoire. Nous nous appuierons pour ce faire, sur une démarche d’apprentissage en intelligence économique mise en œuvre en région Nord-Pas de Calais.

De la décision : Rupture et vitesse

L’augmentation de la vitesse favorise la rupture. Si ce raisonnement est banal dans le domaine de la conduite d’un engin, il devient sujet d’interrogation dans le domaine de la prise de décision.

La décision est chose complexe ; ni bonne, ni mauvaise en soi, elle survient le plus souvent de façon pro-active, à savoir qu’elle se justifie par une posture d’anticipation d’un événement que l’on veut éviter, ou intervient de façon réactive suite à une événement déjà survenu dont il faut modifier les conséquences.

La décision peut être aussi une indécision : « hésiter, c’est déjà prendre une décision » (Stanilsaw Jerzy Lec).

Le plus souvent, la décision raisonnée se nourrit d’une phase préliminaire de recueil de données permettant un traitement des informations qui fondera la synthèse. La décision sera issue du choix entre les conjectures dégagées (fig.1).

Si l’utilisation de système automatique de recueil et de traitement de l’information peut agir sur le temps de mise en œuvre de ou des alternatives de décision, le temps consacré à la réflexion humaine est beaucoup moins compressible.


 

 

 

 


                                                R             T        S          D

                                         Figure.1 : Recueil, Traitement, Synthèse et Décision

Penser réduire le temps de la décision à l’aune des ratios obtenus sur les phases précédentes est problématique. La décision ne s’établit pas toujours sur un raisonnement logique et demande bien souvent un croisement de critères quantitatifs, qualitatifs ou parfois affectifs qui en « plombent » la vivacité.

Ainsi l’armée de l’air française agissant sur son « process » de décision d’alerte a-t-elle réduit considérablement ses phases d’établissement des conjectures pour les porter à quelques minutes, mais laissant aux responsables l’espace temps nécessaire à une décision circonstanciée.  Quand il s’agit de riposte à une éventuelle mais improbable attaque, on se félicite que la décision humaine reste ici souveraine.

Risques et menaces

On distingue une nuance entre les notions d’incertitude et de risque. Le risque (prendre un risque) suppose que la menace soit plutôt identifiée et que l’on en mesure peu ou prou la probabilité d’apparition ; au contraire de l’incertitude dont on ne peut a priori, en évaluer la probabilité de survenue.

Eisenberg, un des pairs de la mécanique quantique, avançait en 1933 « qu’il n’y avait pas d’incertitude » et que celle-ci était un risque que l’on n’avait pas encore réussi à probabiliser. Cette relation d’indétermination est mise en œuvre particulièrement dans le domaine de l’assurance par une connaissance approfondie du domaine de l’incertitude et de l’existence d’une population concernée importante ; ces données pouvant alors bénéficier d’un traitement statistique à risque acceptable.

On peut alors parler d’une science incertaine nécessitant l’application d’un « principe de précaution ». Il y a existence d’une zone intermédiaire entre science probabiliste et science incertaine. Traduction : ne pas attendre les résultats de la science certaine pour mettre en œuvre les mesures d’anticipation.

Pour illustrer cette relation d’indétermination dans une problématique territoriale, nous prendrons le cas récent de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) au Royaume unis.

En 1995/96, les scientifiques britanniques faisaient part d’une observation simultanée au Royaume Unis de l’existence de syndrome ESB chez la vache et d’une dégénérescence du tissu encéphalique chez l’homme désigné par le syndrome de Kreusfel Jacob.

Le postulat existant à cette époque reposait sur une théorie de « barrière des espèces » qui interdisait de poser un lien causal entre ESB et syndrome de Kreusfel Jabob.

Début 1997, un laboratoire de recherche de Bristol prouvait l’existence d’un syndrome ESB chez un chat suite à l’addition dans la nourriture de celui-ci, d’abats bovins contaminés.

A la suite de cette communication, le principe de précaution était aussitôt appliqué en Angleterre puis en Europe avec la mise en place d’un cordon sanitaire exceptionnel. Néanmoins, et pendant ce temps, une trentaine de décès en Angleterre était comptabilisé dans le registre du syndrome de Kreusfel Jacob.

Cette voie de recherche était complétée peu après par les travaux existants de Stanley B. Prusiner sur le « prion »  (Protein Infection) qui mettait en évidence le rôle infectieux de certaines protéines dans la transmission d’un agent viral ; celui-ci intervenant dans certaines maladies neurodégénératives, comme la dîte « tremblante » du mouton, l'encéphalopathie spongiforme bovine et la maladie de Kreusfel-Jacob.

Si le risque n’était pas identifié à priori, la notion d’incertitude s’assimilait ici à un risque probabilisable qui motivait la mise en place d’un principe de  précaution. Les travaux de Morgenstern et Von Neuman  après la seconde guerre mondiale, avaient mis en évidence  les principes de la théorie des jeux dans l’affinage de la probabilité. Ces travaux débouchaient sur leur théorie de la décision reprise principalement dans les sciences sociales.

Un autre exemple plus global en rapport avec la notion d’incertitude concerne le problème climatique mondial et l’hypothèse de répercutions sur nos modes de vie à quelques dizaines d’années.

Un programme de recherche international sur les problématiques climatiques (GIEC, groupement intergouvernemental de l’évolution des climats) réunit un ensemble de scientifiques de tous pays dans les domaines de l’océanographie, de la biologie, de la zoologie de l’économie etc. Ce réseau informel travaille en permanence sur le sujet et établit un volumineux rapport d’étude  tous les six ans environ (1994-2000-2006..). Une synthèse est publiée sous arbitrage des gouvernements concernés qui en limitent néanmoins les contenus et les constats. Le GIEC a un rôle d’alerte (al’herta = sur la montagne).

Le groupement établit des modèles et scénarios sur la base de jeux d’hypothèses et de conjectures ; ceux-ci évoluent chronologiquement.

C’est ainsi que le GIEC avance des bornes d’incertitude de phénomènes qui affecteront le globe dans les cent prochaines années, si les modes de vie des nations n’involuent pas.  Cette plage de survenue éventuelle de l’événement pose un gradient de gravité éloquent :

1°) augmentation de la température mondiale de 1,4°C à 5,8°C

si 5°C supplémentaires au milieu du Sahara ne représenteraient pas une menace fatale pour la vie animale comme végétale, il n’en n’est pas de même au pôle Nord où l’équilibre écologique s’en trouverait complètement bousculé.

2°) hausse du niveau des mers de ± 9 cm à ± 88 cm.

Si 9 cm d’élévation du niveau des mers peut paraître supportable, 88 cm est rédhibitoire pour les massifs coralliens habités du Pacifique et les deltas de l’Inde et du Bengladesh. 

3°) gaz à effet de serre entre  540 et 970 ppm (parties par million)

(à savoir que 540 ppm = 2 fois la densité observée au  XIX°s)

4°) modifications qualitatives sur le régime des pluies (plus contrasté) avec extension de la désertification du Sahara et augmentation de la violence des moussons

5°) concept de surprise : inversion des courants thermo-halins avec inversion de l’absorption du CO² par l’océan et fonte des glaces au pôle nord. La fonte du permafrost polaire entraînerait de plus la libération de CO² contenu dans les organismes pour l’instant confinés.

La notion d’incertitude est ici bornée à une limite minimum et maximum qui réduit celui-ci à un environnement probabilisable ; cet exemple est une illustration de ce dont Eisenberg nous avait entretenu (ibid).

Il ne s’agit pas d’une science exacte mais d’une posture scientifique dérivée des études sur la logique floue et de l’étude des fractales. Mais dit Joseph Ziman (2000) dans son dernier ouvrage «  what it is, what it means » « Néanmoins, il ne peut y avoir en ce domaine, de science exacte ».

 

Le territoire apprenant

Les TIC dans le traitement de l’information

Dans ce courant de pensée où le caractère inéluctable du développement de la nouvelle technologie des TIC triomphe, trouvant en elle-même la loi de sa propre production, on peut se demander quelle posture adopter pour le territoire ?. Peut-on espérer une utilisation efficiente des TIC qui assurerait en grande partie la réalisation en temps réel des trois phases initiales de la décision (recueil, traitement, synthèse) ? Si ce concept est utilisé classiquement dans les domaines du chiffre (ex : consolidation comptable), nous sommes encore dans le balbutiement en ce qui concerne le traitement du  texte. Néanmoins, l’essor des logiciels d’analyse sémantique couplés à des corpus alimentés automatiquement nous offre des éléments de perspective. Viendra le temps où la chaîne de valeurs du traitement de l’information sera presque entièrement automatisée. Elle présentera alors au décideur les seules conjectures utiles à la décision ; celles fortement improbables resteront encore pour quelques temps dans le domaine du génie humain.

Dans la configuration d’une nouvelle problématique qui s’esquisse, comment le territoire doit-il gérer ses menaces et ses opportunités ?

Quelle est la pertinence de ses choix de formation sur les nouveaux outils, dans un monde de mouvance ou l’obsolescence guette la nouvelle acquisition ?

Le poids des TIC

L’utilisation des TIC par les entreprises européennes est une donnée progressivement croissante mais dont les chiffres masquent mal les disparités d’équipement territoriales.

La quatrième édition du Global Information Technology Report réalisée en 2005, nous propose (fig.2) les résultats d’une étude sur le degré d’avancement des TIC dans plusieurs pays. Ces travaux ont été réalisé par le Forum Economique Mondial en coopération avec l’Insead.

Le classement prend en compte différents paramètres qui globalement sont censés mesurer le développement et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. Ce rapport classe la France en 20e position des 104 pays analysés avec cette année, Singapour est à la première place.

Figure 2 : classement TIC par pays (étude Insead et Forum Economique Mondial).


 On remarquera que, mis à part les USA, les sept premiers sont des « petits» pays à faible population où il est certainement plus facile de développer une infrastructure que dans d'autres comme la Chine (41e place) ou le Brésil (46e  place).

TIC et lien social

La durée de vie de l’innovation TIC se situe dans des horizons de temps de plus en plus rapide, capable de décontenancer tout décideur progressiste. Faut-il se reposer sur l’échelon Etat pour les infrastructures massives ? Dans ce cas, les décisions d’équipement qui sont par définition des choix, risquent de donner des territoires adjacents à deux vitesses : ceux équipés et ceux qui ne le sont pas, renforçant par cet effet, la compétition des territoires.

La notion de milieu innovateur peut alors mieux rendre compte de la capacité d’un territoire à promouvoir les outils de son développement.

Les fora électroniques utilisés parfois au sein des communautés territoriales encouragent par essence le colloque à plusieurs au détriment de l’échange particulier. Les biais évoqués plus haut s’estompent par le fait que cette communauté virtuelle est en même temps une communauté réelle d’acteurs, ayant une connaissance de l’autre. Sur ce sujet, Proulx constate un « renforcement du lien d’appartenance au groupe social » par l’emploi de cette typologie de medium. Il y a capitalisation de l’échange entre le réel et le virtuel, entre l’individuel et le collectif et entre le formel et le symbolique.

Le projet partagé au sein de cette communauté électronique s’exprime de façon différente et comporte un réarrangement des codes et conduites de discussion : si le fond demeure, les postures changent. Ce processus participe dit Proulx (ibid) à la « conscientisation social du soi individuel » qui permet à l’individu de renforcer son sentiment d’appartenance à un groupe social. Il intervient alors en renforcement du lien social comme peut l’être la discussion en face à face[4].

On peut avancer que la communauté territoriale virtuelle est imbriquée dans une pratique démocratique car celle-ci est avant tout locale. Elle a été inventée dans la citée et non dans les empires car la communauté de voisinage est l’échelon naturel de régulation et de décision. Ce qui participe au projet commun, est bien l’interdépendance du groupe et la nécessité d’outils d’échange entre tous qui participeront à l’élaboration des grandes décisions. Ce faisant, ce projet commun ne peut nier la représentativité des élus désignés pour transmettre les options de ses mandants.

TIC un outil contre l’incertitude ?

Nous l’avons vu  en amont, si le temps de réflexion est peu compressible, celui du traitement d’amont (recueil, analyse, traitement et synthèse aboutissant à des conjectures) peut bénéficier d’une optimisation de processus par l’emploi des TIC.

La capacité d’un groupe ou d’un territoire à mutualiser sur le même medium l’information et le signal,  est une avancée déterminante. L’effet cliquet que jouent les plateformes électroniques territoriales dans la capitalisation des données offre un point d’appui essentiel dans la gestion des connaissances du local ; encore faut-il que cet outil ne se limite pas à une fonction guichet ; c’est à dire assurer uniquement un échange à sens unique (réalisations, compte-rendu, visites officielles etc.).

La notion d’interactivité peut alors s’exprimer par la gestion des flux d’informations provenant des acteurs vers la plateforme et leur traitement en retour. 

Le dispositif de mutualisation de l’information mise en œuvre dans les entreprises engagées en intelligence économique est en exemple des démarches à induire pour établir un processus d’intelligence territoriale.

Nous prendrons l’exemple du programme d’intelligence économique mis en œuvre dans la région Nord-Pas de Calais avec cinquante deux entreprises engagées dans un processus de traitement de l’information. Les processus d’intelligence économique en cours constituent, par la démarche engagée, un banc d’essai et d’apprentissage grandeur nature de la démarche d’intelligence territoriale à mettre en œuvre.

Une phase d’apprentissage

La problématique de l’anticipation ne se trouve pas prioritairement dans l’outil logiciel et dans ses capacités.

Nous pensons qu’elle se situe essentiellement dans la démarche de mutualisation des informations et des signaux, or cette apprentissage méthodologique  demande le plus souvent un accompagnement de six mois à deux ans aboutissant à une fluidité effective des échanges au sein des groupes.

La mise en œuvre en priorité d’un processus d’intelligence économique permet de s’appuyer sur le tissu économique local et agir ainsi sur la préoccupation majeure du citoyen français : l’emploi.

La démarche d’apprentissage des outils logiciels et des comportements de mutualisation des informations est laborieuse mais la capacité des acteurs locaux à se mobiliser sur un projet commun et à en défendre les points d’appui constitue la pierre angulaire du dispositif.

Il apparaît que la clé d’entrée d’une démarche globale et locale est dépendante de la mise en œuvre préliminaire dans le tissu économique, d’une démarche d’intelligence économique ; elle en constitue le volet d’apprentissage.

S’il paraît important que le projet soit partagé, il est utile que la méthode employée reçoive l’intérêt de chacun. Dans le projet Nord-Pas de Calais, nous avancions alors la notion de « pas méthodologique », basé sur la nécessité d’une complémentarité de quatre axes d’actions : sensibiliser, former, initier et accompagner. Outre l’intérêt d’une démarche reproductible, l’exigence d’une évaluation transversale et future des actions imposait une procédure identique. Proposer une vision globale fonctionnelle qui prend en compte les différentes phases d’appropriation, assure ainsi un suivi effectif des entreprises, des personnes et des programmes associés.

Ce « pas méthodologique » diffère des stades classiques de Nolan (initiation, contagion, contrôle et intégration) par une prise en compte plus large de la phase de sensibilisation permettant une véritable imprégnation culturelle du concept.

 

 

Initiation

Contagion

Contrôle

Intégration

Administration

Maturité

Sensibilisation

Formation

Initiation

 

Accompagnement


Figure 3
Stades de Nolan et pas méthodologique

On peut observer que les deux stades complémentaires que Nolan avait rajouté lors de ses observations (administration – maturité) peuvent s’inscrire et correspondent à notre stade, dit « d’accompagnement ». La démarche de Nolan nous apparaissait par trop inductive dans la résolution de nos problématiques et ilnous semblait qu’elle ne permettait pas assez ou peu un « errement » constructiviste nécessaire au groupe des acteurs engagés dans cette démarche. 

La capacité des acteurs à développer au sein de leur entreprise, une action de mutualisation de l’information permet de déployer ensuite une démarche territoriale plus large  car, outre l’effet d’apprentissage obtenu, on peut considérer que les salariés des entreprises locales sont en même temps et en grande partie les habitants du territoire.

La démarche par « contagion » chère à Nolan trouve là, sa justification.

Prémices d’intelligence territoriale

Le secteur économique constitue l’un des points d’appui du territoire et en même temps ses points d’incertitude au même titre que l’environnement, la gestion des eaux, les risques chimiques et bactériologiques, les inondations ou les tremblements de  terre. A cet effet le risque économique, par son incidence sur l’emploi qu’il représente, est inclus de facto dans une réflexion d’anticipation territoriale.

La carence en matériaux d’information paraissant sur internet sur  le territoire oblige celui-ci à puiser plus profondément dans ses ressources humaines pour un recueil des signaux signifiants. La pratique que ses acteurs en ont, issue d’un usage professionnel est un facteur déterminant favorisant la mise en œuvre des logiques d’intelligence territoriale.

Ainsi, la conjonction d’un projet partagé et de l’utilisation courante d’une démarche rend le volet de la formation plus efficace. Les techniques et logiciels d’application enseignés sont ainsi directement en relation avec les préoccupations des participants.

Le travail d’audit préalable et de définition des facteurs locaux de risques permet de dresser la carte des  domaines de veille et d’en déterminer la ou les priorités.

En exemple, la société civile réunie dans le comité de bassin d’emploi du pays de Roubaix Tourcoing et Val de Lys (Nord de la France), a ainsi déterminé deux facteurs de risques prioritaires pour le pays : le textile et la vente par correspondance. La décentralisation dans le textile débutée dans les années 70 (Tunisie) n’est pas chose nouvelle mais le cas du secteur de la vente par correspondance détenu par le groupe Pinault-Printemps-La Redoute en fait une nouvelle problématique.

La conjonction des élus, des institutions, des entreprises sous-traitantes (logistique), des universités associées et de certains acteurs du local doit permettre, au sein du projet partagé, une mutualisation effective des informations et surtout une mise en perspective des signaux recueillis individuellement. L’incertitude se change ainsi en menaces probabilisables au fur et à mesure  des traitements récursifs des signaux.

L’animation des groupes de restitution et de mutualisation est confiée à un consultant externe et la formation des acteurs à la manipulation des outils logiciels de veille et de recherche est assurée par le service commun de formation permanente de l’université.

La pratique acquise par le groupe sur ces sujets consensuels, permettra d’étendre ultérieurement le plan de veille à l’environnement, la pollution industrielle, la gestion de l’eau et l’extrême précarité sociale.

Conclusion

Le territoire se vit dans un projet porteur assurant la quiétude de ses habitants et non dans la résilience continue de ses incertitudes. Il ne s’agit plus seulement d’associer les constituants du local dans un projet territorial mais d’assurer à la gouvernance, une visibilité du futur fondée sur des processus d’anticipation.

La participation est un ressort de la gouvernance, l’anticipation, son outil. Par une meilleure visibilité de son devenir, le territoire assure auprès de ses acteurs sa nature fondamentale et implicite : être un lieu de sécurité.

Bibliographie

Barthes, Roland., (1973), Le plaisir du texte, Paris, éd. du Seuil.

Bertacchini, Yann., (2005), « L’intelligence territoriale repose sur la transversalité des compétences. », Revue Veille Magazine, n°84, p.12, juin 2005.

Eco, Umberto., (1992), Sémiotique et philosophie du langage,  Puf.

Nolan, Robert., et Crosson, David., (1995), Creative Destruction, HBS press.

Proulx, Serge., Vitalis, André., (1999), Vers une citoyenneté simulée. Médias, réseaux et mondialisation, Éditions Apogée, Rennes.

Sfez, Lucien., (1999) La communication, Collection Que sais-je ? Puf.

Virilio, Paul., Petit, Philippe., (1996), Cybermonde, la politique du pire : entretien avec Philippe Petit. Paris : Textuel, (Conversations pour demain).

Ziman Joseph (2000) What it is, what it means, Cambridge University Press, Cambridge.

 

 


Entre verbe & projet : la médiation, fondation de l’échange & structure du développement local.

Un enjeu pour la Corse dans l’espace méditerranéen

Marie-Michele Venturini

Résumé :

Le processus de Barcelone initié en 1995 visait à créer un espace euro méditerranéen des échanges liés à la formation des étudiants et à la diffusion de la connaissance.

La position de la Corse, ses caractéristiques de territoire insulaire la prédestinent à occuper un rôle de premier plan dans ce projet et, sa situation géographique lui confère une responsabilité naturelle d’interface entre les continents européens et africains.

Dès lors, il s’agit d’initier un débat sur le sens et la direction à donner à l’action de

développement qui résulte du constat relevé dans le paragraphe précédent. Mais auparavant, nous souhaitons souligner un invariant : il ne peut y avoir de développement local voire, de rayonnement méditerranéen, sans reconnaître à l’échange sa valeur première à savoir, sa capacité à organiser la médiation entre les acteurs locaux et leurs intérêts au bénéfice d’un projet global.

Si l’échange parfait n’existe pas, cela ne peut en aucun cas justifier le refus de la culture de l’autre sauf à transformer toute politique de développement territorial en un repli local frileux qui condamnerait le territoire à être absent des flux d’échanges contemporains et à venir.

Mots-clé : Acteur ; Echange ; Interface ; Médiation ; Projet ; Territoire.

 

Summary : The process of Barcelona introduced in 1995 aimed at creating a Mediterranean-euro space of the exchanges connected to the training of the students and to the broadcasting of the knowledge. The position of Corsica, its characteristics of island territory predestine it to occupy a leading role in this project and, her geographic situation confers her a natural responsibility of interface between the European and African continents.

From then on, it is a question of introducing a debate on the sense and the management to be given to the action of development which results from the report raised in the previous paragraph. But previously, we wish to underline an invariant: he can not have of local development even, Mediterranean brilliance there, without recognizing by the exchange his first value to be known, his capacity to organize the mediation among the local actors and their interests in aid of a global project.

If the perfect exchange does not exist, it can justify on no account the refusal of the culture of the other one so as to transform any policy of territorial development into a local fold sensitive to cold which would condemn the territory to be absent in streams of contemporary exchanges and to come.

Key-Word : Actor; exchange; interface; mediation; project; territory.


L’échange est le moyen, le vecteur, pour permettre de profiter pleinement des connaissances et des compétences des autres, c’est-à-dire développer l’aspect grégaire de notre espèce, et ce pour tendre vers le but qui est d’améliorer nos conditions de vie mais aussi pour répondre à une autre de nos caractéristiques : l’approche de l’autre et l’aspiration, dans le meilleur des cas, à partager les ressources qui nous sont proposées puis, les faire s’approprier vers un objectif de développement collectif.

La communication est le moyen sans lequel l’échange ne peut pas s’organiser. Par opposition à l’échange involontaire, réalisé au hasard d’événement naturels ou spirituels non suscités par l’individu et l’acteur social.

Le constat qui est à la base de notre projet de Recherche est le suivant : la Corse, île de Beauté, est une terre de contraste mais également, par définition, une terre d’échanges avec des partenaires et ce, depuis très longtemps. Un environnement exceptionnel, un positionnement géographique favorable, des femmes et des hommes qui ont su affronter l’adversité et ce pendant des siècles, et d’où sont issus des esprits reconnus par tous, des hommes d’Etat au service des plus grandes nations, des combattants et des travailleurs au courage digne des plus grands bâtisseurs de tous les temps.

Le processus initié en 1995 à Barcelone qui pose en principe la diffusion de la connaissance comme vecteur  de la mobilité puis, la zone de libre échange qui va s’instaurer entre l’Afrique du Nord et l’Europe à l’horizon 2010, positionne la Corse au carrefour de flux méditerranéens multiples. Les territoires riverains du Bassin euro méditerranéen, dont la Corse, ont à leur portée une occasion inespérée  qui s’inscrit dans une dynamique de l’équilibre des échanges entre revendication et créativité.


Notre article se propose d’esquisser dans notre champ, Les Sciences de l’Information et de la Communication, les contours et contenus d’une Société orientée vers le développement à savoir, une Société de projets, dans un espace reconfiguré notamment par la diffusion des NTIC qui brouillent nos repères de temps et d’espace et avec lesquelles, nous avons à composer pour mieux cerner les enjeux du développement territorial.

Nous avons organisé notre propos de la manière suivante.

L’histoire des acteurs locaux est confrontée à la vision dynamique du territoire. Nous faisons appel à Serge Airaudi et aux notions, d’ordre philosophique, qui nous aide à mieux cerner le territoire confronté à l’émergence de l’immatériel dans la production de ses contenus. Ces contenus résultent des interactions territoriales qui reposent sur la capacité du territoire en sa qualité de système à susciter les relations entre les acteurs et à leur faire produire du sens.

La création  de contenus territoriaux relève des processus de communication. Il s’agit d’assurer la diversité des contenus adaptés aux réalités et aux besoins des différents groupes et catégories de population et de pointer les absences ou insuffisances par la mise en place et pratique de l’intelligence territoriale. Ce qui suppose, dans un premier temps, de représenter la complexité de l’entité territoriale à l’aide d’un méta modèle et, dans un second temps, de souligner que l’adoption d’un mode de gouvernance peut faciliter la mise en cohérence et la valorisation des contenus territoriaux.

La valorisation territoriale: une démarche réciproque et transversale d’échanges. La valorisation territoriale va devoir contourner les difficultés inhérentes au foisonnement technologique et aux mobilités favorisées par leur multiplication qui rend leur compréhension puis leur appropriation difficile. Il nous semble que cette nouvelle complexité appelle à la définition d’un capital relationnel que l’on peut prolonger par l’adoption d’une intelligence territoriale.

L’histoire des acteurs locaux est confrontée à la vision dynamique du territoire.

Le contexte urbain est bouleversé. Le brouillage des territoires et des références spatiales qui résulte de ces mobilités pose problème au politique et à tout acteur local dans la mesure où ceux-ci fonctionnent sur la délimitation territoriale de leurs compétences. L’espace invisible prend un poids croissant. L’espace public se réduit de moins en moins à un espace physique supposant des rues et des places. L’espace médiatique avec les débats qu’il promeut joue un rôle de plus en plus important. La dynamique territoriale contemporaine suppose une communication double : bottom up et top down.

L’émergence récente du concept de développement durable a fait évoluer la vision des problèmes sur le territoire et rendu plus complexe encore sa gestion. Il est devenu évident pour les acteurs de la gestion de l’espace physique et virtuel que la maîtrise de cette complexité nécessite l’utilisation d’une quantité plus grande d’information de qualité sur le territoire.

Notre objet de compréhension et d’évaluation est le système territorial éminemment complexe dont chaque composante, chaque acteur, chaque intervenant est en totale interaction avec les autres et avec l’environnement, en même temps qu’il est ouvert sur un environnement extérieur spatial et temporel. Cette complexité de l’objet de recherche est renforcée par la diffusion des NTIC au sein des territoires et nous éprouvons le besoin de mobiliser des notions philosophiques pour nous aider à la compréhension de sa redéfinition.

Notions philosophiques pour définir le territoire[5].

La question du problème du territoire, y compris le territoire d'une marque, se pose face à la dématérialisation des nouveaux moyens de communication.

1- Le territoire est matériel. C'est quelque chose de physique, de concret. L'ethnologue japonais Umesao Tadao[6] le décrit ainsi, une civilisation étant pour lui un territoire assorti d'une culture. Ces deux notions sont à distinguer. Le territoire est le socle de la civilisation sur lequel une culture peut se construire et se développer. C'est un espace concret qui enracine un système de culture. Il est impératif qu'il y ait un territoire et une culture pour qu'il puisse y avoir une civilisation.

2- Le territoire fonctionne toujours sur une logique de l'inclusion et de l'exclusion. Il a des limites qui servent à constituer la base du groupe social qui va évoluer, à délimiter la différence entre soi (le groupe d'appartenance) et l'autre. Cette logique a une tendance fusionnelle à l'intérieur du territoire et séparatiste voire oppositionnelle par rapport aux éléments extérieurs. A l'extrême, dans les territoires à caractère ethnologique, la transgression du territoire entraîne la mort.

3- Le territoire est la base du pouvoir (plus que ne l'est la culture). Le pouvoir est affirmé par une délimitation du territoire et par le fait d'être apte à empêcher les autres d'y entrer. L'institutionnalisation de ce territoire est à ce titre importante. Par ailleurs, il existe dans tout territoire des sanctuaires, des espaces sacrés auxquels il ne faut pas toucher. A titre d'exemple, l'appareil d'état est un instrument qui sert de langage au pouvoir, l'état n'ayant pas de sens en dehors du territoire qu'il contrôle.

4- Le territoire est un espace sur lequel la subjectivité peut se réaliser. Les hommes ont une tendance à projeter leur subjectivité sur ce qui les entoure, principalement sur la matérialité. Les choses vues et perçues sont subjectivisées : elles ne sont pas laissées dans leur état naturel. De ce point de vue, le territoire est l'espace que l'on a subjectivisé. A titre d'exemple : les couleurs que nous voyons sont médiatisées par des archétypes culturels, notre maison peut être considéré comme notre territoire car nous lui donnons une certaine configuration (grâce à notre subjectivité, par le feeling, des perceptions, des sentiments...). Ceci est différent de la propriété. Le territoire ne peut pas être virtuel car les sentiments des hommes ne résistent pas, sont évanescents, s'ils ne portent pas sur quelque chose de concret. La subjectivité humaine a besoin de s'appuyer sur quelque chose de concret pour pourvoir exister.

Selon ces postulats, il ne peut pas y avoir de civilisation internet car internet a une culture mais n'a pas de territoire. Le territoire d'internet peut être le monde entier mais le monde n'a pas de bords. Il n'a pas d'opposition, d'au-delà, donc ne peut pas être considéré comme un territoire. C'est une des raisons de la résistance à la mondialisation qui est vécue comme un phénomène de déterritorialisation. La mondialisation à ce titre se pose à l'encontre de la civilisation. Si internet influence cependant l'évolution des civilisations, sommes-nous entrés dans une nouvelle civilisation ?

Les remarques sur la subjectivité rejoignent les travaux de Conrad Laurens sur l'éthologie. Dans les civilisations modernes, les gens recréent dans l'entreprise leur territoire éthologique autour de leur micro-ordinateur.

La dématérialisation est réelle d'un point de vue technologique mais ne l'est pas d'un point de vue humain. Il existe un écart croissant entre les potentialités technologiques et humaines, allant se heurter à des limites. Une des réponses est dans les sciences du vivant.

Les sens des hommes ont besoin d'être satisfaits. Par ailleurs, les hommes ont un timing physiologique (ne correspondant pas au psychisme). On a effectivement affaire à un processus de dématérialisation, rendu possible avec les nouvelles technologies, mais alors qu'en est-il des hommes ? L'homme n'a pas de transcendance, le seul homme à s'être dématérialisé étant Jésus Christ. Il peut se faire une expérience de la dématérialisation dans la foi.

Le territoire des technologies de communication n'est pas physique mais se place par rapport à un objectif (comme le market place...). C'est une communauté de gens qui ont un intérêt commun aidé par la technologie. C'est une tribu qui a les mêmes logiques d'inclusion et d'exclusion que le territoire à la différence prêt qu'il est beaucoup plus difficile de sortir du territoire qu'il ne l'est de ces tribus. Il est à remarquer que la transgression dans une tribu au sens ethnologique du terme est sanctionnée lourdement (jusqu'à la mort).

Le territoire physique peut être simulé mais sa pérennité est alors limitée. Il n'y a pas de réelle fidélité, d'ancrage physique chez des gens qui sont nomades. Cependant, lorsqu'il s'agit de market place, des sommes considérables sont en jeux et les gens sont relativement fidèles, ne serait-ce que pour des contraintes économiques. C'est un cas type de simulation du territoire. Les notions philosophiques utilisées nous offrent une grille de lecture intéressante pour mieux appréhender le territoire confronté à la dématérialisation de ses contenus. Nous complétons cette approche en assimilant le territoire à un système.

Le territoire : un système avec des caractéristiques spécifiques

En tant que système, nous pensons que le territoire peut être vu comme un système non isolé, non-linéaire et auto-organisant.

  1. Il est non isolé car il est soumis à des flux d'énergie et de matière qui tendent à renouveler ses éléments.
  2. Il est évidemment non-linéaire car il est le lieu de multiples interactions, créant ainsi une complexité de comportements qui ne peut pas se résumer à un modèle simple et déterministe.
  3. Le territoire, dans des limites définies, est aussi un système auto-organisant.

 

La création de signification de l'information est au centre des phénomènes d'auto-organisation ce qui souligne la capacité d’un système à susciter les relations entre les parties qui le composent et à maintenir ces interactions. Il faut reconnaître que les espaces à développer baignent dans un environnement turbulent et incertain et qu’ils n'ont d'autre choix que de favoriser un mode de gestion différent et d’adopter une démarche de management de projet. Deux approches complémentaires viennent d’être évoquées. L’une s’appuie sur des notions d’ordre philosophique et la deuxième, présente les caractéristiques du territoire associé à un système. La richesse de ces approches souligne que le développement territorial fait l’objet de discours multiples. En ce qui concerne, nous affirmons que le développement territorial repose sur un processus informationnel.

Le développement territorial: un processus informationnel

1.            Le concept de développement territorial et les pratiques qui s’y rattachent se caractérisent par la multiplicité des discours et des programmes, tour à tour complémentaires et contradictoires.

2.            Nous retiendrons une définition parmi tant d’autres:

 

«Le développement territorial est une organisation à construire par de l’information en reliant des acteurs publics et privés, engagés dans une dynamique de projet sur un territoire»

(Datar, 1998)

 

Cette définition, parmi d’autres, souligne le rôle central de l’information dans la construction territoriale. Elle met l’accent sur deux grands courants épistémologiques et décline à notre sens, trois hypothèses.

Deux grands courants semblent se dégager de la multiplicité des discours sur le développement territorial.

-Un premier courant qui renvoie à l’analyse systémique. L’action est le lieu d’apprentissage de la concertation.

-Un deuxième courant relève de la conception constructiviste qui s’exprime au travers d’une forme de solidarité. L’action est le lieu de mise en œuvre de principes et de valeurs.

 

L’approche systémique met l’accent sur le rôle des institutions et sur le partenariat public-privé. L’approche constructiviste s’intéresse plus au rôle de l’initiative par le bas, qui s’appuie sur des formes de négociation paritaires, non pilotées par les pouvoirs publics. Le concept de développement territorial repose sur un acquis théorique pluri-disciplinaire. Et souligne la nécessité de définir un capital relationnel pour tenter de rapprocher la société civile et l’Etat local.

 

D’un point de vue des S.I.C[7], ce processus informationnel autant que anthropologique suppose la conjonction de trois hypothèses (Bertacchini, 2000):

-Les acteurs échangent de l’information (énergie);

-Ils accordent du crédit à l’information reçue (information);

-Le processus de communication ainsi établi, les acteurs établissent les réseaux appropriés et transfèrent leurs compétences (projet).

Lorsque ces hypothèses sont réunies et vérifiées, les gisements de compétences peuvent être repérés à l’aide d’une action d’information et de communication territoriales puis mobilisés dans la perspective d’un projet de développement. Nous pensons qu’il s’agit du préambule à la définition d’une politique de développement local de nature endogène. Nous pouvons désigner ce préambule par un mot : la territorialité ou l’appropriation des ressources d’un espace par les acteurs locaux dans une perspective de développement. L’appropriation des ressources traduit la création de contenus territoriaux qui relève des processus de communication.

La création  de contenus territoriaux relève des processus de communication

A ce stade de notre propos, nous souhaitons associer les acteurs locaux qui participent à leur création et à leur diffusion. Nous considérons que les contenus peuvent relever de pratiques institutionnelles, citoyennes ou économiques. Nous pouvons citer à titre d’exemple: des initiatives de démarches de démocratie locale; les fonctions des territoires ruraux; la valorisation culturelle & patrimoniale; le Contenu rédactionnel ; la formation des élus, la création de communautés virtuelles…

Le développement local repose sur la création de contenus à caractère local tout autant que des portails[8] et contenus thématiques qui contribuent à fédérer les connaissances et expertises dans certains domaines d'activité ou sur des thèmes d'utilité sociale. Il s’agit d’assurer la diversité des contenus adaptés aux réalités et aux besoins des différents groupes et catégories de population et de pointer les absences ou insuffisances par la mise en place et pratique de l’intelligence territoriale.

Les objectifs associés aux programmes de création de contenus peuvent être formulés de la manière suivante et dans le respect de ces principes: la formation et la participation des acteurs locaux par la création d’une richesse collective et le partage des savoirs.

Les principes de base des programmes de création et de développement de contenus devraient :

1.       se baser sur des études de besoins par groupes et catégories (personnes âgées, communautés culturelles, sans emploi, jeunes, handicapés, etc.).

2.       favoriser et soutenir sur appels d'offre la création de contenus originaux et la numérisation de contenus déjà existants sur d'autres supports (écrit, vidéo, etc.).

3.       soutenir la confection de bases de données et la diffusion en ligne des innovations et des contenus, avec des normes de catalogage et des moteurs de recherche spécialisés.

Si la création de contenus territoriaux résulte de processus de communication et préfigurent le mouvement que nous désignons par territorialité, il n’en demeure pas moins que les acteurs sont multiples et qu’il nous est apparu nécessaire de représenter la complexité territoriale par un modèle approprié à notre objet.

L’intégration du système « territoire » dans un modèle complexe.

Compte tenu de notre objet, le territoire et de ses caractéristiques, il nous a semblé particulièrement opportun d'établir un modèle du système «territoire» qui rende compte à la fois de la matérialité des objets territoriaux, des approches cognitives différentes des intervenants qui en effectuent une lecture spécifique, et du sens «territorial» qui transforme l'espace en ressources partagées. Dans nos travaux nous avons recours à un méta-modèle qui se décompose en trois plans fortement imbriqués et indissociables l'un de l'autre : celui de la matière physique (premier niveau); celui de l'information (deuxième niveau); celui de l'identité (troisième niveau) Il ne faut pas considérer ces niveaux comme des couches mais comme des ensembles imbriqués de nature différente. Ce modèle est aussi une représentation de la complexité d'un système par l'explicitation de la dynamique de complexification qui peut le faire évoluer vers des niveaux de complexité croissante

Le territoire peut être considéré comme répondant à ces critères. Deux types d’approches complémentaires caractérisent ce méta-modèle :

-une approche descriptive s'appuyant sur une description en trois niveaux irréductibles: celui des objets physiques, celui de l'information quantitative et qualitative, celui du tout ou de l'émergence;

-une approche dynamique rendant compte de l'évolution du système dans le temps. Le fonctionnement de cette entité repose sur l'interaction de nombreux acteurs directs et indirects qui restent à mobiliser. La mise en place d’un mode de gouvernance territorial répond à cette attente.

Un mode informationnel : la gouvernance  territoriale.

A l’origine physiques, les échelons territoriaux intègrent progressivement les TIC. Ces dernières brouillent les découpages administratifs et favorisent l’émergence de territoires virtuels. Ainsi, la " société de l'information " se construit. S’il est primordial que les territoires intègrent ces technologies de l’information et de la communication, il est tout aussi nécessaire qu’ils la nourrissent, au risque de se trouver marginalisés sur un plan national comme international. Le processus d’intelligence territoriale que l’on peut qualifier de démarche d’information et de communication territoriales trouve ici sa pleine justification dans l’aide apportée à la constitution du capital formel d’un échelon territorial. A notre sens le capital formel d’un échelon territorial est le préambule  à toute politique de  développement, qu’il s’agisse de politique de mutation territoriale, de reconversion,  ou d’innovation.

Nous voyons bien ainsi, que les aspects portent en effet tout autant sur un volet infrastructures, réseaux de télécommunications à haut débit (tuyaux) que sur les supports et le contenu des documents numérisés créés grâce à ces outils. De tels enjeux intéressent tous les secteurs de la société, de l'éducation à l'économie en passant par la santé ; du monde de l'administration à celui de l'entreprise, en passant par le particulier.

Nous avons à préciser que, d’après nous, l’intelligence territoriale se construit autour de deux axes fondamentaux ; Nous ne mentionnons pas l’axe du temps qui demeure, quel que soit l’objet à étudier et à fortiori lorsqu’il s’agit d’étudier un territoire. La variable temps est  une variable incontournable puisque un relâchement dans ce processus met à mal la constitution de ce capital formel territorial. En fait, nous pourrions évoquer plus à propos les différentes lignes de temps qui forment l’axe général du temps.

-L’axe latéral qui balaie le territoire physique et dont l’objectif est de mesurer le réservoir de potentiel d’action local ;

-L’axe vertical qui organise les liaisons et relations entre le territoire physique et ses représentations virtuelles.

A la base de cette construction utile aux politiques de médiation locale se rencontre une propriété à savoir, la conservation et la reproduction de l'identité du système à étudier : l’appropriation territoriale. Pour prétendre à cet objectif, les acteurs locaux ont besoin d'une structure pour s’entraîner à négocier puis s’engager envers les objectifs annoncés. Mais cette structure de reconstruction ou de valorisation des expériences locales ne peut être porteuse que si les membres en partagent les objectifs, possèdent les qualités requises pour mener à bien ce type de politique. L'espace est à appréhender comme un système social complexe mais adaptatif et à la recherche d'une rationalité dans un environnement incertain. Cette définition parmi d'autres met l'accent sur les interactions entre les individus, les groupes informels et la structure organisationnelle vecteur d'identité du territoire. L’objectif de notre proposition est de permettre la valorisation des échanges.

La valorisation territoriale: une démarche réciproque et transversale d’échanges.

Lorsque un échelon territorial réfléchit aux orientations futures de son avenir, il engage de fait un acte de développement. C’est-à-dire qu’il initie un processus de recherche de compétitivité globale. Il ne s’agit pas moins de renforcer la capacité d’attractivité du territoire, à le doter d’arguments spécifiques, à les faire connaître à des partenaires potentiels lorsqu’ils existent, éventuellement à manifester une volonté d’associer des partenaires à ce programme de développement. Ce processus relève, à notre sens, de la capacité d’adoption par des acteurs locaux très différents d’un objectif et d’une démarche. Dans cette optique, le plan de développement devient acteur et outil pédagogique. Il est aussi un moyen d’interpénétrer les cultures différentes : entrepreneurs, institutionnels, éducatifs. Ce mouvement est donc fondé sur le décloisonnement, une approche transversale qui repose sur quelques piliers essentiels :

-          le volet économique qui concerne les entreprises en place ou à venir dans leur défi permanent de la compétitivité.

-          le volet d’interface qui favorise le développement local en rassemblant les énergies autour de projets communs, entre l’environnement (universitaire, politique, recherche) et le monde économique.

Le potentiel de développement repose, à notre sens, essentiellement sur des facultés d’échanges que nous appelons le gisement de transférabilité.

La complexité locale : entre incertitudes et mobilité.

L'avènement de la société de l'information est l'occasion de redéfinir les termes du développement local et de l'aménagement du territoire. On ne peut plus concevoir un désenclavement en ne pariant que sur les infrastructures matérielles. Il n'est plus possible à l'heure de l'Internet, d'éviter de s'interroger sur les nouvelles modalités de gestion de sa ville ou de son département, de la relation avec les citoyens, les services de l'Etat ou les entreprises. Pour autant, les discours sur l'innovation technique ou la multiplication d'expérimentations ponctuelles et sans lendemain laissent les décideurs locaux sceptiques. Les difficultés résident généralement dans la multiplicité des incertitudes :

  • Le foisonnement des technologies se présente souvent comme autant d’offres concurrentes;
  • De nouveaux acteurs, en particulier dans les télécommunications, offrent leurs services là où les acteurs locaux avaient l'habitude de ne traiter qu'avec un opérateur public;
  • La complexité apparente du nouveau cadre réglementaire et les interrogations qui subsistent sur la marge d'initiative des collectivités territoriales, créent des difficultés dans l'élaboration des politiques.

 

Cependant les initiatives des acteurs locaux sont de plus en plus nombreuses (villes, départements, régions, chambres consulaires, agences de développement économique, organismes HLM, hôpitaux,...) et sont autant d'expériences qui permettent aujourd'hui d'appréhender concrètement les actions susceptibles d'être menées, d'anticiper sur les bons choix et de servir de référence pour la préparation des prochains contrats de plan. Les incertitudes nées du foisonnement technologique sont renforcées par les mobilités que ces technologiques permettent.

 

Maître mot de cette fin de siècle, la mobilité des biens et des personnes a bouleversé la vision statique du territoire ainsi que le contexte urbain. Les frontières territoriales héritées du passé s’estompent. Les espaces se fragmentent, le citoyen devient nomade, les entreprises virtuelles et le local dilué.

L’univers mondial des télécommunications a considérablement évolué. Le management des systèmes locaux d’information, la transmission des connaissances entre les acteurs locaux vont connaître de profonds remaniements et devront s’adapter à ce nouvel environnement technologique. Si les acteurs locaux ne se définissent pas un mode de réponse approprié, leur défaillance occasionnera une rupture préjudiciable dans les rapports des usagers avec leur espace de vie, et les représentants de la Cité. Et, à terme, se déconstruira un patrimoine que les hommes avaient essayé d’apprendre à se transmettre et sans lequel il ne peut y avoir de projection future. La complexité de notre objet, les menaces qui planent sur le devenir de territoires qui n’en intègrent pas les enjeux, nous motive à proposer la définition d’un capital relationnel.

De la complexité de la réalité locale à la définition d’un capital relationnel

Nos nouveaux modèles de développement territorial doivent donc devenir complexes et tenir compte de l'incertitude et du chaos engendrés par l’hypermobilité. La stratégie de développement territorial consiste donc à se donner les moyens concrets pour que le premier niveau d'interface avec le réel (citoyens, socio-éducatifs, entrepreneurs, institutionnels..) dispose de la capacité de s'adapter rapidement à l'offre et à la demande locale en tenant compte de l'ensemble des contraintes de l'organisation.

Cette approche fait référence au capital formel de l’échelon territorial qui recouvre les trois hypothèses déjà présentées :

Ø      L’espace compris comme un lieu d’organisation[9]

Ø      L’histoire des relations entre acteurs locaux souvent ancrée dans un passé lointain structurent leurs relations de coopération.

Ø      Cette histoire territoriale leur permet ou leur interdit d’investir dans le développement de structures organisationnelles rendant possibles le développement de relations de coopération.

 

La territorialisation: la définition d’un capital relationnel

Si la territorialisation constitue une solution dans un contexte de mondialisation, elle ne peut se réduire à un simple changement d'échelle. Elle incite au passage du gouvernement du territoire à sa gouvernance et à l'organisation de lieux d'échanges, où les différentes approches peuvent se croiser. Le cadre législatif réçent conforte ce sentiment en soulignant l'importance de la recomposition des territoires. Mais la territorialisation n'est pas seulement ce simple repli sur soi. Elle renforce la question de la cohérence des territoires entre eux et de leurs interrelations.

 

Cette territorialisation, pour être pertinente, ne doit pas être un simple changement d'échelle. Le passage à des échelons plus petits, plus proches des préoccupations des acteurs, est générateur de développement local dans la mesure où un réel changement des règles du jeu, des pratiques, des attitudes et des méthodologies s'opère. Sinon, le local ne sera qu'une vague annexe de la mondialisation pour espérer changer le cours des choses sans en changer la logique profonde.

 

Nous pensons que le développement des territoires repose sur une démarche fédérative de mobilisation des acteurs d'une zone géographique autour d'un projet d'ensemble, économique, sociale et culturelle, visant à créer une dynamique durable sur un territoire.

 

Ceci nécessite un changement profond dans la manière d'habiter, de consommer, d'agir, d'être citoyens ensemble sur un territoire. Il s'agit de mettre en place de nouveaux apprentissages, d'imaginer une autre forme d'agir ensemble entre les acteurs d'un territoire, et de créer une gouvernance nouvelle pour le territoire. A l'échelle d'un territoire, la gouvernance apparaît comme la mise en réseau des différents acteurs institutionnels, politiques, économiques et sociaux dans la perspective d'un projet de développement pérenne. La mise en réseau des acteurs du développement local s'appréhende comme un partage des connaissances et des expertises de chaque partenaire qui laisse cependant à chacun d'eux une part importante d'autonomie dans ses choix stratégiques.

Ce processus informel ne prend pas la forme d'une institution mais d'une organisation permettant la mobilisation permanente des forces vives qui tissent les liens du territoire. Chacun y joue son rôle mais son rôle change du fait de la disponibilité des autres.

La préservation de la cohérence du système local

Les territoires se différencient par leur organisation, leur capital formel, le tiers élément immatériel. Nous avons postulé dans notre approche que la territorialité résulte d’un phénomène informationnel adopté par le territoire. La formation ou le maintien de ce contenu territorial se heurte à une double barrière. Des éléments structurels internes freinent les initiatives au niveau du local et l’accroissement de la mobilité fragmente l’espace, distend le lien social. De l’état relationnel interne de l’échelon local à valoriser va dépendre le programme de développement à définir. En réciprocité, la définition d’un tel programme va dépendre du degré de maturité relationnelle atteint par l'espace à surveiller. Mais à notre sens, la conduite d’un tel programme favorise, la création voire, le maintien ou l'entretien de l'identité du système local, probable clé de voûte de l'unité du développement d'un territoire local. Penser la médiation du local sur la base d'une analyse de nature cognitive (Dou, 2004) peut aider à mieux cerner l’entité qu'il compose et comprendre les procédures d’accompagnement d’une politique de construction ou de reconstruction locale.

L'organisation sur laquelle s’appuie l'action locale est une entité complexe, un système ouvert (Morin, Lemoigne,1999). C’est pour cette raison majeure que nous avons privilégié une approche systémique dans un contexte territorial. Nous en avons tiré trois constats:

-La concertation territoriale s'appuie sur le principe d'un «modelage mutuel d’un monde commun» par l'acte de communiquer,

-L’objet territorial, qu'il soit physique, abstrait ou symbolique, joue un rôle central et permet de matérialiser le lien social et ses enjeux entre les acteurs sur le territoire.

-La définition d’un système de médiation territoriale peut aider les acteurs locaux à la compréhension réciproque par l’apprentissage via l’instauration d’un réseau physique et/ou virtuel de compétences locales.

Le dispositif socio-technique de médiation locale et l’intelligence territoriale

Notre propos est de dessiner les contours d’un espace de médiation et d’exercice de la communication entre dynamiques sociales et dynamiques technologiques. Nous l’avons nommé Système ou DISTIC dispositif socio-technique d’information et de communication territoriale. Nous lui confions une triple mission à partir de la proposition de Lévy (1997, p 69).

"Le traitement coopératif et parallèle des difficultés réclame la conception d’outils de filtrage intelligent des données, de navigation dans l’information, de simulation de systèmes complexes, de communication transversale et de repérage mutuel des personnes et des groupes en fonction de leurs activités et de leur savoir."

1.Repérer les compétences endogènes du territoire, (procédure informationnelle)

2.Susciter leur adhésion à la réseautique territoriale,(procédure relationnelle)

3.Faciliter l’apprentissage de la participation à la formation du capital informationnel.(procédure organisationnelle)

Avec en perspective la notion de développement et d’intelligence territoriale formulée par Bertacchini (2004).

« Un processus informationnel et anthropologique, régulier et continu, initié par des acteurs locaux physiquement présents et/ou distants qui s’approprient les ressources d’un espace en mobilisant puis en transformant l’énergie du système territorial en capacité de projet. De ce fait, l’intelligence territoriale peut être assimilée à la territorialité qui résulte du phénomène d’appropriation des ressources d’un territoire puis aux transferts des compétences entre des catégories d’acteurs locaux de culture différente. L’objectif de cette démarche, est de veiller, au sens propre comme au sens figuré, à doter l’échelon territorial à développer de ce que nous avons nommé le capital formel territorial[10] ». Nous présenterons ces caractéristiques plus en avant dans notre article.

En ce sens, l’intelligence territoriale conjugue information et processus de communication mais, ne peut se résoudre à une action technique de veille territoriale ou de diffusion seule des technologies.

Conclusion

Le fonctionnement du territoire repose sur l'interaction de nombreux acteurs directs et indirects. A la base de toute tentative de politique de médiation locale se rencontre cette propriété à savoir, la conservation et la reproduction de l'identité du système à étudier. Nous nommons ce processus: l’appropriation territoriale. Pour prétendre à cet objectif, les acteurs locaux ont besoin d'une structure pour s’entraîner à négocier puis s’engager envers les objectifs annoncés. Mais cette structure de reconstruction ou de valorisation des expériences locales ne peut être porteuse que si les membres en partagent les objectifs, possèdent les qualités requises pour mener à bien ce type de politique.

Les projets territoriaux sont donc l'actualisation d'un processus complet allant de la définition d'une ligne de conduite voire d’un dispositif de veille territoriale, acceptée par un réseau de compétences locales et inscrites dans un plan et des intentions. Ce qui nous fait écrire que l'action territoriale est intégré dans une histoire. Cette histoire locale, permet ou pas d’ailleurs, les relations entre les acteurs locaux.

Le résultat de cette appropriation, la territorialité, est le vecteur de la co-construction du complexe local basée sur l’échange, le transfert de compétences entre acteurs qui reconnaissent, sur la base de trois hypothèses informationnelles. Il ne peut pas s’agir du refus de la culture de l’autre et, en aucun cas, de repli local frileux qui condamne les territoires à ne plus faire partie des mouvements contemporains de développement compliqués par le foisonnement technologique et la diffusion des NTIC qui augmentent la mobilité des acteurs.


Repères bibliographiques

Aparecida Machado Hoffmann, W., Rodrigues Gregolin, J-A., Oprime , P-C., « Development of local productive settlements (clusters): Pre-Prospective research of the footwear sttlement of Jau-Brazil », Revue ISDM n°12, 2004.

Bailly,J-P., "Demain est déjà là, prospective, débat, décision publique", Ed : L'Aube, 1999.

Barquero, A. (eds.), Organisation of production and territory: local models of development, Gianni Iuculano Editore, Pavia, 1998.

Beauchard, J., (dir.), La Mosaïque territoriale. Enjeux identitaires de la décentralisation (190p), La bibliothèque des Territoires, Ed : L’Aube, 2003.

Benoit JL et al, La France redécoupée, p 114, Belin, 1998.

Bergeron, P., Hiller, C., «Competitive intelligence in Cronin, B., » (ed). Annual Review for Information Science and Technology (ARIST). Vol 36, 2001. 

Bertacchini Y, Territoire et Territorialités. Vers l’Intelligence territoriale -volet 1-, Collection Les E.T.I.C, 200 pages, 2002.

Bertacchini, Y., Le rôle & l’observation de l’information & des processus de communication dans l’élaboration du projet territorial, Habilitation à Diriger des Recherches, Université du Sud Toulon-Var, Laboratoire LePont, Sciences de l’Information & Communication, 2003.

Bonnet, M & Desjeux, D (sous la dir de).,  Les territoires de la mobilité, Collection Sciences sociales & sociétés, Puf, 2000.

Brunet, R., et alii Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Reclus-La Documentation française, 1993.

Donath, J.S., « Identity and deception in the virtual community, in P.Kollock & M.Smith eds, Communities in Cyberspace, Londres: Routledge, 1998.

Durkheim, E., Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Puf, 1917.

Fontela, E., Hingel, A., "Scenario on economic and social cohesion in Europe" Futures, volume 25, n°2, march 1993.

Forest D., « Territoires éclatés: le rôle des technologies de communication », Quaderni, n°30, Formules Edito, Paris, 1996.

Goffmann, E., Les relations en public, p 43 et sq, 1973.

Going (Groupe)., Bertacchini, Y., « Territoire physique/territoire virtuel, quelle cohabitation ? », Revue ISDM n°6, 2004.

Gonod, P., « Dynamique des systèmes et méthodes prospectives », Travaux et Recherches de Prospective n°2, futuribles international-lips-datar, mars 1996.

Goux-Baudiment, F., Donner du futur aux territoires, guide de prospective territoriale à l'usage des acteurs locaux" Certu, septembre 2000.

Goux-Baudiment, F.,"Quand les territoires pensent leur futurs" L'Aube éditions, 2001.

Guillaume, M., L'empire des réseaux, 158 pages, Descartes & Cie, Paris, 1999.

Hartereau, A., La communication publique territoriale. Repères conceptuels, méthodologiques, professionnels, 218 pages, Paris, Les éditions du CNFPT, 1996.

Herbaux, Ph., Bertacchini, Y., « Parlez moi de moi…La relation d’échange au sein du territoire », Revue ISDM n°15, 2004.

Herbaux, Ph., « Les Tic, un outil d’intelligence territoriale », Actes des 3e Rencontres ‘Tic & Territoire : quels développements ?’, Lille, Mai 2004.

Jonas, O.,  Territoires numériques , Ministère de l’équipement, des transports et du logement, Certu, Paris, 2002.

Lapierre, J-W., L'analyse de systèmes, l'application aux sciences sociales,  Syros 1992.

"Leadership et arrangements territoriaux", Sciences de la Société, N°53, 2001.

Le Moigne, J-L., La modélisation des systèmes complexes, Dunod 1990.

Lévy,P., L’intelligence collective, Ed : La Découverte, 1997.

Lundvall, B. A., National systems of innovation, Pinter Publisher, London,1998.

 

 

Major, W., «Approche systémique du territoire», Colloque de la Systémique, Université de Zurich, mai 1999.

MAINATE., Programme de Recherche pour Management de l’Information Appliquée au Territoire initié en 1995.

Manullang,S., Bai, Y., Ismail,A., Therah, Ph., Dou,H., « Intelligence Compétitive & recherche action, deux éléments stratégiques pour les pays en développement. », Revue ISDM n°15, 2004.

Miège, B., La société conquise par la communication 2 : La communication entre l’industrie et l’espace public, 213 p, Presses Universitaires de Grenoble, novembre 1997.

Morin, E., Le Moigne, J-L., L'intelligence de la complexité, L'Harmattan, 1999.

Mumford, L., Le déclin des villes, Paris, éd : France-Empire, pp.91-249, 1970.

Musso,P.,Rallet, A., Stratégies de communication & Territoires, 300 p, Paris,, L'Harmattan,, 1995.

Nemeti, F., Pfister, M., « Aspects de la compétitivité de l'industrie microtechnique suisse », EDES, IRER, University of Neuchâtel, Neuchâtel, 1998.

Pailliart I., Les territoires de la communication, 280 p, Presses Universitaires de Grenoble, novembre 1993.

Prax, J-Y., Le management territorial à l'ère des réseaux, Éd. d'Organisation, Collection Service public, Paris, 2002.

Rémy, J., « Métropolisation et diffusion de l’urbain : les ambiguïtés de la mobilité. », in Les Territoires de la mobilité, Sciences sociales et sociétés, Puf, pp 171-200, 2000.

Savy, M., « Fret, logistique et polarisations urbaines », in Les Territoires de la mobilité, Sciences sociales et sociétés, Puf, p 23, 2000.

Stevens, J-F., Petit guide de prospective Nord-Pas-de-Calais 2020, L'Aube Nord, 2000.

« Tic & Territoire : quels développements ? »., Rencontres Internationales de mai 2002, juin 2003, mai 2004.

Tetu, J-F., « L'espace public local et ses médiations », Hermes, n° 17, de la page 287 à la page 298, Ed : CNRS, Paris, 1995.

Valaskakis, K., "Mondialisation et gouvernance", Futuribles n°230, avril 1998.

Vodoz, L., et alii, NTIC & territoires, enjeux territoriaux des NTIC , CEAT, EPFL, Lausanne, 2002.

Winkin, Y., communication orale à l’Université de Technologie de Compiègne, « Les technologies de l’information et de la communication : pour quelles sociétés ? », 28-30 avril 1997. 

 


L’organisation & ses Distic : des objets de la  recherche hypermoderne

Yann.Bertacchini, Christian Bois

 

 

 

 

 

 

Dans la première partie de cet article, nous poserons en un paragraphe liminaire le contexte, dans un second paragraphe la problématique puis dans une partie tierce, nous préciserons les attendus de notre proposition.

 

Mots clé : Complexité ; Distic ; Hypermodernité ; Institution ; Multiréférentiel.


La mise en contexte

Dans un contexte économique et social marqué par la globalisation des économies, l’internationalisation des échanges et leur virtualisation par l’usage des Tic, les organisations marchandes et non marchandes (Pme/Pmi, ONG, Association, Université)  ont à écrire le scénario de leur futur. La difficulté de cette écriture réside dans la nécessité de conjuguer à la fois l’abandon d’une partie de la vision du monde de la modernité – séparation du monde en acteurs, institutions et territoires – et l’adoption d’une vision hypermoderne qui met l’accent sur la médiation, le réseau, la traduction. 

 

 La problématique

 

Au niveau des acteurs

La distance de relation : La numérisation des taches entraîne inexorablement la dématérialisation de la relation. « On ne connaît plus les gens » est l’antienne des acteurs de l’institution qui développent une nostalgie du « bon vieux temps ».

 

Au niveau de l’organisation

La distance des opérations : Les activités « spontanées », les procédures et les équipements intègrent cette ‘mise à distance’ par la mise en place du travail collaboratif à distance. L’écran et la mémoire de l’ordinateur deviennent les lieux où se passent les choses essentielles de l’organisation.  

 

 Au niveau du territoire

Combiner le physique et le virtuel, le proche, le local, et le lointain, le global, l’humain et le non humain : les tendances évoquées et précisées plus en avant se mesurent aux pratiques de délocalisation et d’aménagement du territoire. Acteurs économiques et sociaux, développeurs territoriaux s’interrogent sur les possibilités de maintenir et développer un tissu socio-économique tant en terme d’emploi que de création de valeur.

  • Comment créer et conserver  voire morceler localement la chaîne de valorisation territoriale tout en  intégrant les contraintes exigeantes de la compétition internationale ?
  • Existent-ils encore aujourd’hui des activités qui ne soient pas délocalisables parce qu’elles supposent un contact étroit et permanent entre offreurs et demandeurs de biens et  services.

 

Les attendus de notre contribution

Cette tripe problématique de la distance qui touche acteurs, organisation et territoire ne saurait être abordée par les moyens de la Science « sédentaire » moderne. Le concept triple de « réseau, médiation, traduction » développé dans l’épistémè hypermoderne nous paraît par contre plus à même d’apporter une clarification des enjeux et des solutions possibles. Nous nous emploierons à justifier cette prise de position.

 Introduction

Au 17e siècle et pour trois siècles et quelque, la modernité a instauré un credo de "séparation des genres" : les chercheurs d'un côté, les praticiens de l'autre, les lettres d'un côté, les sciences de l'autre, etc.. Bruno Latour souligne que cette approche a été très productive mais d’une manière assez surprenante. D’une part il y a l’idéal « officiel » de séparation des genres, de purification. D’autre part les acteurs doivent bien s’articuler à un réel qui se laisse mal découper, d’autre part les acteurs ont besoins de « comparses » hétérogènes. Le chimiste a besoin d’un mécanicien pour son équipement de laboratoire, l’économiste a besoin d’un Blaise Pascal pour lui inventer une machine à calculer, etc. Dans l'underground se pratique donc le contraire de la purification et de la séparation des genres : les hybrides terrain/concept sont choses courantes mais tout cela reste impensé. Le saut réalisé par l’hypermodernité est en particulier de penser ces hybrides, de créer des équipes et des concepts entre disciplines, etc..

 L’hypermodernité comme temps de la pensée et du dépassement de la modernité

Le terme d'hypermodernité a pris de l'importance en 2004 avec la parution de deux ouvrages (Lypovetsky & Aubert). Pourtant Bruno Latour nous a expliqué, dès 1991, que "nous n'avons jamais été modernes".  Nous n'avons jamais été modernes parce que, malgré les diktat du politique et du scientifique nous enjoignant de ne pas hybrider les pratiques ni les systèmes de pensée nous n'avons jamais cessé de le faire. Dans le système éducatif, dans le système universitaire, dans les entreprises, dans les institutions territoriales, des îlots de résistance, des pratiques underground ont maintenu la pratique des hybrides. Les vocables de "recherche action", de "socio techniques", de "psycho linguistique" montrent que le primat de la séparation des genres n'a pas été respecté.

La naissance des sciences "multiples" sciences de l'éducation et de la formation, information et communication, champ dit "sciences techniques et société" témoigne d'un déclin de la puissance des forces séparatrices.

Vers la recherche multidimensionnelle non moderne

Comme nous l’avons souligné plus haut, il ne s’agit pas de faire table rase des acquis de la modernité. Ses représentations avec des classes d'objet, des territoires pour ces objets, des schémas pour ces objets reste très pratique. Il n'y a problème que lorsque l'on se met à "croire" dans les systèmes de classification, à agir comme si effectivement les "cases", les "branches" étaient séparées, comme s'il n'y avait ni continuum ni hybrides.

L’organisation et son territoire, les acteurs et les DISTICS sont à considérer comme des ensembles complexes – sans tomber, comme le souligne Bruno Latour (1991) – dans des abstractions qui ne peuvent se relier aux réalités du terrain.

Un ensemble complexe se regarde d’abord selon ses différentes dimensions selon Edgar Morin.

Par exemple, nous pouvons représenter les DISTIC dans un monde hypermoderne à l’aide du schéma suivant (1).

Figure 1 : Matrice de concepts pour penser le DISTIC et son      environnement dans l'institution hypermoderne

Ce schéma est aidant en cela qu'il représente de manière matricielle les axes/concepts de technique, de langage et d'homme. Il est aidant en cela qu'il montre la place des "hybrides" dits discours, usage et dispositif.

Il est un signe qui ne trompe pas lorsque l’on prend en main l’étude hypermoderne d’un objet : le foisonnement de matrices à trois dimensions ou plus. Michel Foucault (1966) a dès cette époque décrit les disciplines à l’aide d’un trièdre indispensable pour comprendre comment s’articulent les modes de pensée mathématique, empirique et herméneutique.

Une approche hypermoderne (i) mathématise ce qui peut l’être mais pas plus (ii) laisse la place à un travail empirique, praxéologique qui fait remonter ce qui peut ressortir des pratiques des acteurs, des structures de l’organisation et des dynamiques du territoire.

Vers la Recherche multiréférentielle non moderne

Jacques Ardoino (1988) en particulier souligne que le multidimensionnel n'est pas suffisant et suggère d’en faire une lecture multiréférentielle. Nous avons traduit le propos de Jacques Ardoino  par le schéma suivant.

Figure 3 : Quand le chercheur utilise 4 référentiels pour "regarder" 4 dimensions de son objet de recherche.

Il n'est pas inutile de souligner que les dimensions n'appartiennent pas à l'objet réel mais sont un construit de recherche (2). Les référentiels ce sont des modèles mathématiques, herméneutiques, etc. empruntés à différentes disciplines ou créés par le chercheur.

Au croisement d'une dimension et d'un référentiel, on a un "îlot de discours" éventuellement porteur de savoirs (dès 1966, Michel Foucault proposait cette modestie pour les sciences humaines).

Figure 4 : L’îlot de savoir au croisement de la dimension et du référentiel

Dans le travail non moderne multiréférentiel on a le "vide essentiel" foucaldien à la fois entre dimensions et entre référentiels.

Figure 5 : Entre îlots de discours/savoir, des fentes d'ignorance

 

Le « credo » hypermoderne est qu’il vaut mieux une bonne construction dont on reconnaît les zones d’ombre qu’une construction où ces dernières sont ignorées. 

Ne plus s’inspirer de la synthèse

Un penseur clé de la modernité est Georg Wilhem Friedrich Hegel (1770-1831) qui, au début du XIXe siècle publie Science de la logique à l'usage des élèves du secondaire. C’est le même auteur qui propose dans La Raison dans l’Histoire : « L'esprit est pensant : il prend pour objet ce qui est, et le pense tel qu'il est». La dialectique qui y est exposée suppose qu'il est "couramment" possible de mener un raisonnement en trois temps : thèse, antithèse, synthèse. Or, en amont de la dialectique, il est nécessaire d'avoir "terriblement simplifié" (3), d'avoir transformé un réel complexe en objet de recherche/raisonnement simple.

Car c'est seulement sur le simplifié que peut s'exercer le jeu thèse, antithèse, synthèse.

Jacques Ardoino (1988) souligne que dans la vraie vie et, dans la vie de laboratoire en particulier, le maintien de la tension entre thèse et antithèse est tout à fait primordial.

Peter Sloterdijk (2002) dans son introduction à sa trilogie Sphères souligne également l'écueil hégélien. La coexistence de lectures apparemment contradictoires du réel est ainsi un autre aspect de la non-modernité.

Ce n'est donc pas tant la dialectique qui est "fausse" c'est surtout la nécessaire simplification en amont qui sort le problème de sa réalité complexe.

Appliquer la méthode hypermoderne au triptyque ‘acteurs, organisation, territoire’

Figure 6 : Acteurs, organisation et territoire et DISTIC appropriés

Notre propos est ici de suggérer une méthode, nous n’entrerons donc pas dans le détail.

Ce qui nous intéresse c’est que nous avons le modèle du trièdre déjà mis en relief par Foucault (1966) puis Perret (2004) et que nous pouvons utiliser pour représenter notre triple articulation.

Cette phase est indispensable en amont de notre découpe des dimensions.

Par exemple, nous pouvons sélectionner les axes « acteur » et « territoire » et les détailler :

 

Métropole

Outremer

Direction

DM

DO

Cadres

CM

CO

Opérateurs

OM

OO

Cette approche très « moderne » nous permet de définir avons ainsi 6 groupes (DM, DO, CM, etc.).

L’approche hypermoderne que nous décrivons ici consiste à penser ces 6 groupes avec le triple concept réseau, médiation, traduction.

Figure 7 : Sortir les groupes de la matrice pour les penser en terme de réseau, médiation, traduction

Soit, par exemple, une organisation dont le siège est à Nice et une unité dans l’île de La Réunion. Entre directions – DM et DO – il y a des concepts communs de management. Entre acteurs d’outremer – DO et OO – il y a une culture commune. Avec l’émergence du travail avec les DISTIC, avec l’émergence de nouveaux impératifs, il est de plus en plus probable que des échanges directes puissent se faire entre DM et OO sur des thèmes comme l’environnement ou la sécurité. L’organisation et les acteurs doivent se préparer à de telles éventualités. Les professionnels du territoire peuvent avoir un rôle préventif et sensibiliser les organisations à ce type de risque et aux solutions possibles.

L’exemple peut paraître trivial. Il nous sert ici d’illustration de l’approche hypermoderne qui consiste à (i) mettre les situations en matrice (ii) explorer les dimensions (iii) « démonter » les groupes de la matrice (iv) dessiner les réseaux, lignes de médiations et de traductions (v) penser chaque ligne selon une palette de référentiels.     


Notes

(1) À partir de Jean-Baptiste Perret Hermès n°38

(2) On peut être un constructiviste dans l'épistémè moderne ou être conscient des constructions dans l'épistémè hypermoderne/non-moderne. Voir Bruno Latour (1991)

(3) Paul Watzlawick emploi le terme de "terrible simplification".

Repères bibliographiques

Aubert, N. (2004) (sous la direction de), L'individu hypermoderne, Edition Erès, coll. Sociologie Clinique.

Ardoino, J., (1988) (ouvrage coll.), « Vers la multiréférentialité » in Perspectives de l’analyse institutionnelle, Paris, Méridiens-Klinksieck.

Bertacchini, Y., (2004), Pensez la durée, Mesurez la distance, Mémorisez le virtuel, Vers l’Intelligence Territoriale –volet 2, Collection Les ETIC, Presses technologiques, 275.p.

Bois, C., (2001), « Le systémologue multiréférentiel : énergétique du chantier », Revue ISDM n°9 p. [ http://isdm.univ-tln.fr.]

Damasio, A. (1994), L'erreur de Descartes, La raison des émotions, Editions Odile Jacob.

Foucault, M. (1966), Les Mots et les Choses, Archéologie des sciences humaines, Gallimard, NRF.

Latour, B. (1991), Nous n'avons jamais été modernes, Essai d'anthropologie symétrique. Paris : La Découverte.

Le Grand, J.L. (1995), Implexité: implications et complexité, [http://www.barbier-rd.nom.fr/JLLeGrandImplexite.html ]

Lipovetsky, G. (2004), (avec Sébastien Charles), Les temps hypermodernes, Paris, Grasset.

Hegel, G.W.F., (1987), Science de la logique, Tome 1, 413.p, Aubier Montaigne.

Lupasco, S. (1951), Le principe d'antagonisme et la logique de l'énergie, Hermann.

Melot, O. (1995), « La croisée des chemins. », Mémoire de Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées de la Fonction Publique Territoriale et Hospitalière, Université de Provence Aix-Marseille 1.

Morin, E. (1990), Introduction à la pensée complexe, ESF.

Perret, J.B., (2004), « Y a-t-il des objets plus communicationnels que d'autres ? », in Wolton, (2004).

Sloterdijk, P. (2002), Bulles, sphère, 1, éd. Pauvert, 700 p.

Sloterdijk, P. (2005) Sphères. Tome 3, Ecumes, Sphérologie plurielle Maren Sell 2-350-04008-9.

Watzlawick, P. Weakland J. & Fisch R., (1975), Changements, paradoxes et psychothérapie, Seuil.

Wolton, D. (2004), Les sciences de l'information et de la communication, Savoirs et pouvoirs, Hermès n° 38.


Partie 2 : Territoire physique et virtuel

Territoire & Capacité de développement: Proposition d’une fonction d’évaluation du potentiel d’action local

Yann Bertacchini, Moez Bouchouicha

 

 


Introduction

Cette étude s’insère dans le programme de recherches M.a.i.n.a.t.e (Management de l’Information appliquée au Territoire) initié en 1997 par Yann Bertacchini, Maître de Conférences en S.I.C[11], au sein du laboratoire LePont[12] de l’Université de Toulon et du Var. L’objet principal de ce programme est de pouvoir mesurer le réservoir de capacité de développement local que possède ou pas un territoire. Nos recherches visent les territoires des villes moyennes qui souhaitent définir et mettre en œuvre un projet de développement par l’intégration des T.I.C[13]. Ce programme de recherches est appliqué à deux territoires distincts que nous désignerons par A et B et repose sur un modèle que nous avons nommé « Méta-modèle »

Dans une première partie, nous présenterons le méta-modèle qui sous-tend notre approche et la méthode que nous avions utilisée pour représenter visuellement l’état des liens qu’entretiennent les acteurs locaux sur un territoire. Nous avions eu recours à une analyse réseau pour obtenir cette représentation de communautés virtuelles. Dans une deuxième partie, nous présenterons notre proposition d’une fonction d’évaluation du potentiel d’action
local et les résultats obtenus sur les deux territoires A & B par l’application de cette fonction
.

L’intégration du système « territoire » dans un méta-modèle.

Compte tenu de notre objet, le territoire et de ses caractéristiques, il nous a semblé particulièrement opportun d'établir un modèle du système «territoire» qui rende compte à la fois de la matérialité des objets territoriaux, des approches cognitives différentes des intervenants qui en effectuent une lecture spécifique, et du sens «territorial» qui transforme l'espace en ressources partagées [Thomas, 1999] Dans nos travaux nous avons recours à un méta-modèle qui se décompose en trois plans fortement imbriqués et indissociables l'un de l'autre : celui de la matière physique (premier niveau); celui de l'information (deuxième niveau); celui de l'identité (troisième niveau) Il ne faut pas considérer ces niveaux comme des couches mais comme des ensembles imbriqués de nature différente. Ce modèle est aussi une représentation de la complexité d'un système par l'explicitation de la dynamique de complexification qui peut le faire évoluer vers des niveaux de complexité croissante

Le territoire peut être considéré comme répondant à ces critères.

Deux types d’approches complémentaires caractérisent ce méta-modèle :

-une approche descriptive s'appuyant sur une description en trois niveaux irréductibles: celui des objets physiques, celui de l'information quantitative et qualitative, celui du tout ou de l'émergence;

-une approche dynamique rendant compte de l'évolution du système dans le temps. Le fonctionnement de cette entité repose sur l'interaction de nombreux acteurs directs et indirects qui restent à mobiliser.

A la base de cette construction utile aux politiques de médiation locale se rencontre une propriété à savoir, la conservation et la reproduction de l'identité du système à étudier : l’appropriation territoriale [Bertacchini, 2001]. Pour prétendre à cet objectif, les acteurs locaux ont besoin d'une structure pour s’entraîner à négocier puis s’engager envers les objectifs annoncés [Miège, 1996] Mais cette structure de reconstruction ou de valorisation des expériences locales ne peut être porteuse que si les membres en partagent les objectifs, possèdent les qualités requises pour mener à bien ce type de politique [Vernet,1999]. L'espace est à appréhender comme un système social complexe mais adaptatif et à la recherche d'une rationalité dans un environnement incertain [Guédon,1999] Cette définition parmi d'autres met l'accent sur les interactions entre les individus, les groupes informels et la structure organisationnelle vecteur d'identité du territoire. En premier objet, nous nous sommes préoccupés à représenter les liens des acteurs locaux et ce, par niveau indépendant sans chercher à établir des relations entre les niveaux différents du méta modèle. C’est cette démarche que nous présentons dans la section suivante.

La valorisation territoriale: une démarche transversale.

Lorsque un échelon territorial réfléchit aux orientations futures de son avenir, il engage de fait un acte de développement. C’est-à-dire qu’il initie un processus de recherche de compétitivité globale. Il ne s’agit pas moins de renforcer la capacité d’attractivité du territoire, à le doter d’arguments spécifiques, à les faire connaître à des partenaires potentiels lorsqu’ils existent, éventuellement à manifester une volonté d’associer des partenaires à ce programme de développement. Ce processus relève, à notre sens, de la capacité d’adoption par des acteurs locaux très différents d’un objectif et d’une démarche. Dans cette optique, le plan de développement devient acteur et outil pédagogique. Il est aussi un moyen d’interpénétrer les cultures différentes : entrepreneurs, institutionnels, éducatifs. Ce mouvement est donc fondé sur le décloisonnement, une approche transversale qui repose sur quelques piliers essentiels :

-          le volet économique qui concerne les entreprises en place ou à venir dans leur défi permanent de la compétitivité.

-          le volet d’interface qui favorise le développement local en rassemblant les énergies autour de projets communs, entre l’environnement (universitaire, politique, recherche) et le monde économique.

Le potentiel de développement repose, à notre sens, essentiellement sur des facultés d’échanges que nous appelons le gisement de transférabilité. Ce constat nous a incité à utiliser l’analyse réseau pour tenter de représenter, ces relations et l’implication des acteurs locaux.

Nous précisons que les réseaux virtuels obtenus concernent chaque niveau distinct du méta-modèle considéré de manière indépendante.

La démarche d’analyse employée pour caractériser l’état des liens locaux sur deux bassins d’observation.

Sur deux territoires distincts que nous désignerons par A et B pour des raisons de confidentialité, nous avons procédé à des enquêtes-respectivement 56, 54- auprès de trois catégories d’acteurs locaux : entreprises, éducatifs, institutionnels.

Sur la base des informations collectées et à l’aide d’une analyse réseau, nous avons représenté sous forme de cartes les relations que déclarent entretenir ces acteurs et leur implication dans des actions de développement local.

Obtention des résultats.

Ce travail a pour objectif de proposer une méthode de traitement d’un questionnaire [annexe1] à partir de l’analyse réseau.


Le point de départ

Le point de départ est un questionnaire administré dans les bassins de A et de B auprès de représentants de 3 groupes institutionnels/ éducatifs / entreprises et auprès du même nombre de personnes dans chacun des deux bassins  ce qui fait que nous obtenons des résultats homogènes qui peuvent être comparés.


La structuration des données

Le questionnaire comporte trois groupes de questions (B, C, D) qui renvoient chacun à une thématique spécifique.

Traitement avec le logiciel Dataview

L’ensemble du questionnaire administré peut se présenter comme une succession de lignes, chacune exprimant les modalités déclinées par une personne interrogée. Cette information peut être récupérée sous le logiciel Dataview et transformée en une matrice appelée matrice de Condorcet.

Traitement avec le logiciel matrisme

Le traitement sous matrisme ne fait que retranscrire cette information matricielle avec le moins de déformation possible. Le réseau général obtenu lorsqu’on représente les liens entre chaque paire de sommets est inextricable dans la mesure ou il existe beaucoup de sommets qui entretiennent avec les autres des liens ténus (se traduisant par le fait que ces sommets ont par exemple une réponse commune avec les autres). Si on enlève ces liens ténus du réseau, on obtient des graphes plus lisibles qu’il s’agit maintenant d’interpréter.


Interprétation des résultats

Partie B3 du questionnaire « Les relations Avec les autres acteurs locaux. »

Territoire A.

 

 

 



 













Territoire B.

 

 

 

 







Nous avons comparé les réponses exprimées par les personnes interrogées sur la base des similarités exprimées dans leur réponse à la partie B du questionnaire. Dans l’exemple choisi, on obtient un réseau dans le bassin B beaucoup plus enchevêtré que sur le bassin A. Cela signifie que les acteurs en B ont des réponses beaucoup plus proches les uns des autres que les acteurs de A. Dans le bassin A on a uniquement 13 acteurs qui ont moins de 4 réponses communes sur la partie B du questionnaire contre 18 pour le bassin B. La répartition entre les trois pôles sur les 2 bassins fait ressortir une sur-représentation des entreprises ce qui revient à considérer que les entreprises expriment dans ce questionnaire des réponses homogènes assez voisines.


Proposition d’une fonction d’évaluation du potentiel d’action locale

Dans cette partie, notre proposition va consister en la présentation et l’application de la fonction (Fl) d’évaluation du potentiel d’action locale possédé par un territoire qui projette de définir puis mettre en œuvre un plan de développement. Lors de la conception de cette fonction, nous avons associé les trois niveaux du méta-modèle. En effet, notre objectif principal a été d’intégrer une dynamique dans le méta-modèle et de permettre la comparaison du potentiel d’action entre les deux territoires A & B.

Présentation de la fonction d’évaluation du potentiel d’action local

Nous estimons qu’un territoire possède la capacité d’ouverture et de définition de son projet de développement lorsque il réunit des caractéristiques ou conditions spécifiques. Nous présentons ci-dessous et en synthèse les conditions requises ou contraintes (C) qui renvoient à chaque niveau repéré dans le méta-modèle.

 

Niveau 1 : le plan physique

A ce niveau du méta-modèle, les acteurs locaux participent à titre individuel et/ou collectif à des projets territoriaux. Ils manifestent ainsi leur ancrage territorial.

Nous avons isolé les conditions requises suivantes :

-l’existence de relations entre les acteurs locaux

-lorsque ces relations sont les plus hétérogènes


 

Niveau 2 : le plan dynamique

A ce niveau du méta-modèle, les acteurs locaux créent les facteurs favorables à la mise en réseau de leurs participations aux actions territoriales. Certains acteurs locaux agissent en qualité d’attracteurs ou de capteurs de ces initiatives de création de réseaux.

Nous avons isolé les conditions requises suivantes :

-lorsque ces relations se matérialisent par des échanges.

 

Niveau 3 : le plan de l’identité (le plan d’infor-Action)

A ce niveau du méta-modèle, certains acteurs locaux agissent afin de mettre en cohérence les projets des réseaux et deviennent les processeurs de cette mise en cohérence.

-lorsque les acteurs locaux s’impliquent dans des évènements locaux

-lorsque ces mêmes acteurs renouvellent leur implication

-lorsque les acteurs locaux s’impliquent dans des évènements locaux que réunissent des acteurs hétérogènes.

 

Dès lors, afin de pouvoir mesurer le potentiel d’action du territoire à évaluer, nous avons défini un certain nombre de contraintes ou valeurs associées aux conditions listées et présentées ci-dessus. Ces contraintes renvoient aux thématiques abordées dans le questionnaire d’enquête [annexe 1] administré auprès des acteurs locaux des territoires A & B. Ces acteurs locaux furent des entrepreneurs, des institutionnels et des représentants du milieu socio-éducatif.


 

Pour un questionnaire, notre fonction F(l ) va s’écrire :



Avec Cij égale  à la mesure correspondante à la condition j appartenant au plan i et


Somme des mesures correspondantes aux conditions appartenant au plan i

La fonction F(l)  représente la somme des résultats d’un questionnaire et


N représente le nombre total de questionnaires.

 

Dans la section suivante, nous allons présenter les résultats graphiques obtenus à partir des calculs issus de l’application de la fonction F(l) d’évaluation du potentiel d’action locale et ce, pour les deux territoires A & B.

Représentation graphique du potentiel territorial de développement

Afin de visualiser les scores obtenus par chacun des territoires à l’aide de la fonction F (l) d’évaluation du potentiel de développement, nous avons opté pour l’utilisation d’histogrammes.

 

A1) Histogramme individuel des scores par niveau du méta-modèle pour le territoire A.

 

Score/niveau

 Niveau I

 Niveau II

Niveau III

Territoire A

0,068253968

0,074867725

0,001509662

 

A2) Histogramme individuel des scores par niveau du méta-modèle pour le territoire B.

 

Score/niveau

Niveau I

Niveau II

Niveau III

Territoire B

0,121449545

0,090432865

0,008547009


 

 


B) Histogramme proportionnel et comparé des scores par niveau du méta-modèle pour les territoires A & B.


C) Histogramme proportionnel et comparé des potentiels de développement des territoires A & B.

 

Score/niveau

Niveau I

Niveau II

Niveau III

Territoire A

47

52

1

Territoire B

55

41

4

 

 


D) Observations :

Les territoires A & B présentent une structure déséquilibrée. En effet, si pour chacun des plans (I, II, III) nous n’avons pas défini de valeurs idéales, nous pouvons noter en première lecture :

-Niveau I :

Pour les deux territoires, la reconnaissance par les acteurs locaux de relations de compétences croisées. Le territoire B enregistre un score supérieur, ce qui peut traduire des relations de d’intensité et  de qualité supérieure.

-Niveau II :

Le score du territoire A est supérieur à celui de B ce qui dénote l’existence reconnue d’échanges variés et fructueux aux acteurs locaux. L’ancrage des acteurs se concrétise et  traduit une mixité plus affirmée dans les échanges. Nous serions tentés d’écrire qu’une proximité se manifeste davantage dans le territoire A.

-Niveau III :

 Les deux territoires se caractérisent par une insuffisance notoire du niveau III qui représente dans le méta-modèle le plan de la mise en cohérence des projets des acteurs locaux. Même si nous notons un meilleur score obtenu par le territoire B. Il serait pertinent de déceler les facteurs responsables de la désaffection des acteurs locaux et l’irrégularité de leur implication.

Conclusion

La définition puis l’application de la fonction F(l) d’évaluation du potentiel d’action local ont permis de déceler et présenter des structures territoriales (A & B) distinctes. Ces résultats ont été obtenus sur la base d’une approche conceptuelle commune (le méta-modèle), d’une démarche méthodologique également commune en retenant des catégories d’acteurs locaux identiques sur les deux territoires.

Nous avions pour objectif d’associer les trois niveaux du méta-modèle et d’y introduire une analyse dynamique que nous avons nommé : potentiel de développement territorial.  Nous avions postulé que chaque territoire n’est pas doté du même contenu par niveau et cette présentation souligne les faiblesses qui peuvent être détectées et obérer le potentiel de développement. Notre prochain objectif va être d’introduire dans notre modèle la notion de compétences et de transférabilité de ces compétences.

Bibliographie

Assens Ch., Phanuel D., « La gestion des réseaux de citoyenneté locale », La ville numérique, pp 149-163, Les Cahiers du numérique n°1, Hermès, 2000.

Bertacchini Y ., «Information et Veille territoriales: représentation du complexe local et émergence d’un projet d’intelligence territorrial », Thèse de Doctorat en Sciences de l’information et de la Communication, Université d’Aix-Marseille III, Laboratoire Crrm, décembre 2000.

Bertacchini.Y., Dumas.Ph., Boutin.E., « L’analyse des relations entre les acteurs locaux. », 5ème  Journées Internationales de l’analyse des données textuelles, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Lausanne, mars 2000.

Bertacchini Y.,«How to federate some local resources by developing new links ? », Proceedings of ISA 23 Conference Rio de Janeiro, The Endless Transition, Sciences Studies, USA,  2000

Bertacchini Y., «TIC, Réseautique territoriale et Médiations sociales», 8e Colloque Franco-Roumain, Médias, Nouvelles Technologies et Redéfinition des Territoires de la Communication, Bucarest, 30 juin-4 juillet 2001.

Boullier D ., « Processeur et Réseau: les nouveaux formats de l’être urbain », La ville numérique, pp 171-191, Les Cahiers du numérique n°1, Hermès, 2000.

Coburn.M., Competitive Technical Intelligence: A Guide to Design, Analysis, and Action, Oxford University Press, 1999.

Coelho.G.M., Dou.H., « L’attractivité, un concept replaçant la compétitivité dans un nouveau contexte. », Colloque de l’île Rousse sur les systèmes d’information élaborée, Octobre 1999. 

Dionnet S., «Elaboration d’outils dans l’apprentissage de contenus environnementaux.», in Apprentissage, des méthodes naturels aux méthodes artificielles, p 99, Editions Hermès, Paris, 1998.

Glize.P., Gleizes.MP., Camps.V., «Une théorie de l’apprentissage fondée sur l’auto-organisation par coopération.», in Apprentissage, des méthodes naturels aux méthodes artificielles, p 331, Editions Hermès, Paris, 1998.

Goldfinger.ch., « The intangible economy and its challenges. », Semana do Conhecimento, Rio de Janeiro, 18-22 octobre 1999.

Serra A., « Les communautés de citoyens en réseau », La ville numérique, pp 163-171, Les Cahiers du numérique n°1, Hermès, 2000.

Patrimoine et Citoyenneté, Ministère de la Culture et de la Communication, Direction de l’architecture et du patrimoine, France Loisirs, Paris, août 1999.

Pélissier.N., Athanassios.D., Evanghelou., «Présupposés cognitifs de l’organisation en réseau et coopération virtuelle : de la théorie descriptive aux projets de nouvelle société.», Comment penser la communication des connaissances, p 398, Editions L’Harmattan, Collection Communication et Technologie, Paris, 1999. [4] Nevers.B., Versace.R., « Knowledge Acquisition in Long Terme Memory: Activation and Construction of Traces.», in Apprentissage, des méthodes naturels aux méthodes artificielles, p 125, Editions Hermès, Paris, 1998.

 

 


 

Territoire physique et territoire virtuel. Quelle cohabitation ?

Le Groupe GOING1

(Groupe d’0bservation et d’Investigation des Nouvelles Gouvernances) & Yann Bertacchini

1 Promotion 2002/2003 du DEA « V.I.C » à l’Université de Toulon & du Var

 

 

Résumé : Le territoire constitue le support de cet article. Parce qu’il existe ainsi plusieurs sortes de territoires et plusieurs échelles (territoire de l'Europe, national, régional...), toute société repose sur un ou plusieurs territoires. Avec la mise en oeuvre des NTIC et des mobilités entraînées, il en découle une nouvelle notion, celle de la dimension non physique des territoires virtuels.


Summary
: The territory is the field of this article. Because there are thus several kinds of territories and several scales (Western Europe, national, regional...), any society rests on one or more territories. With the setting of the Information technologies and mobilities involved, it results from this a new concept, that of the nonphysical dimension of the virtual territories.

Mots clés : CMO ; frontière ; mobilité ; réseaux ; territoire ;

 

Introduction

Le territoire constitue le support de cet article. Le lieu est l'enveloppe d'un corps sans lequel il ne saurait exister. Le lieu situe, qualifie, et spécifie ce qu'il enveloppe. Le lieu peut être une ville ou bien un territoire dont les limites sont distinctes et ses traits spécifiés.

Toute société repose sur un ou plusieurs territoires. En fait, elle a en général plusieurs territoires, voire une multitude : pour habiter, pour travailler, pour se recréer et même pour rêver ; des espaces vécus et des espaces subis ; des cellules locales et des réseaux ramifiés. Il est de l'ordre du réel et possède une réalité complexe. Il existe ainsi plusieurs sortes de territoires et plusieurs échelles (territoire de l'Europe, national, régional...).

Ainsi, il en découle une nouvelle notion, celle de la dimension non physique. Par conséquent, des territoires sont en construction, ils ne sont pas bornés ou, tout au moins, leurs frontières sont souples et mouvantes, ils se définissent et se structurent progressivement sans qu'il ne soit possible encore de les identifier et encore moins de les gouverner. Leur mode de fonctionnement semble différent, libérés des contraintes physiques mais s'inscrivant néanmoins dans un ensemble soumis aux règles et mécanismes des structures et des organisations. Ce sont les territoires virtuels. Ces derniers développent leur propres réseaux (sociaux, culturels, politiques, etc.…) et délimitations. De nouveaux territoires s'élaborent au fur et à mesure sans qu'il ne soit encore possible d'en imaginer ni les contours et encore moins le devenir.

Pour les chercheurs travaillant sur les réseaux sociaux, l’évolution des outils de communication constitue une interrogation dans la mesure où les acquis dont on dispose sont fondés sur un état donné des cadres d’interaction entre les acteurs sociaux. En quoi l’évolution de ces cadres peut-elle s'accompagner d’une évolution des modes de constitution et de perpétuation des réseaux eux-mêmes ? De surcroît, des systèmes tels qu'Internet peuvent aussi faire évoluer les méthodes d’observation des réseaux sociaux.


Nous introduirons cette étude, donc, avec un récapitulatif sur la notion de territoire au sens académique du terme (la dimension physique et la relation espace-temps). Ensuite nous glisserons sur le thème de l’immatérialité avec la notion de territoire virtuel. De plus nous avons constaté que c’est en investissant les champs d’application de la Communication Médiatisée par Ordinateur qui nous a été possible de tisser des points de comparaison entre deux notions qui semblent isolées, celle de « communauté virtuelle » relative à cette discipline et celle de « territoire virtuel » comme elle est définie et appliquée dans le cadre de l’intelligence territoriale et du développement local. Nous avons essayer d’intellectualiser la notion de territoire virtuel à travers les caractéristiques théoriques des systèmes communicationnels de la CMO car actuellement la CMO est le seul outil d’étude et d’analyse permettant de mesurer de façon concrète les relations étroites entre le monde physique et le monde virtuel, dues à l’émergence des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Elle permet aussi de mettre en exergue les mutations institutionnelles, socio-économiques, culturelles, organisationnelle et politiques. Ces deux dernières considérations sont les éléments fondateurs indispensables pour caractériser et appréhender cette notion de territoire virtuel. Cela nous permet d’avoir une approche plus « physique ». Nous finirons enfin cette étude sur cette question fondamentale : Quelle cohabitation entre territoire physique et virtuel ?

Notre propos vise à pouvoir faire naître des pistes de réflexions et susciter des questionnements sur la notion de la virtualité et ainsi, peut être, apporter des solutions concrètes aux problèmes liés à l’émergence de ces « nouveaux territoires ».

Territoire physique

Historique

La Nation française repose historiquement sur les communautés de base : les communes. Les deux projets de loi précités vont nécessairement modifier les futurs centres de gravité des communautés.

Les constituants de 1789 avaient compris les liens étroits entre la Nation et les communes. La puissance de l'aspiration populaire était telle que le Comité constitutionnel présider par Thouret dû renoncer à un découpage rationnel et géométrique des cellules communales. Ce fut une première limite sérieuse à l'Etat unitaire qu'ils bâtissaient.

En effet, les communes de 1789, à la différence des départements, ne sont pas définies à partir d'un territoire. Ce sont des communautés d'habitants. Elles constituent avant tout des groupes humains, des entités sociologiques que l'on organise plus que l'on institue. Ces entités apparaissent comme un élément de la Nation. Ce sont les terminaisons nerveuses de la Nation, véritables « êtres collectifs » qui la mettent en mouvement. Elles traversent les constitutions, les régimes politiques sans être atteintes dans leur fondement. Plus tard, naîtront le département, collectivité locale, puis la région.

Les communes que l'on dit trop nombreuses, voire incompatibles avec les exigences d'une bonne administration du territoire, font partie de notre patrimoine génétique institutionnel. En conséquence, toutes les tentatives de soumettre les collectivités de base à la vérité de l'optimum dimensionnel ont échoué. L'explication en est fort simple : la France est réticente à une conception utilitariste de ses institutions territoriales. Toute approche de redécoupage du territoire, à la base, fondée sur des impératifs techniques et économiques a été vouée à l'échec. La permanence de revendications de  « défusion » des communes fusionnées dans le cadre de la loi du 16 juillet 1971, dite loi Marcellin, montre les capacités de résistance des communautés d'habitants. La grande loi décentralisatrice du 2 mars 1982 écarte soigneusement le sujet. Autant ne pas parler de ce qui fâche mais elle conforte le département dans sa mission historique d'enracinement territorial de la République.

Pourtant, à l'approche de la fin XXème siècle, la France paraissait prête à s'engager dans une logique institutionnelle nouvelle. Les prémices apparaissent avec l'idée de communauté de projets baptisée communautés de communes ou de ville dans la loi Joxe-Baylet de 1992. Elles se renforcent, en 1995, avec la loi d'orientation de M. Pasqua sur l'aménagement du territoire et l'émergence des pays. La carte de l'intercommunalité dite à fiscalité propre recouvre progressivement le territoire.

Les lois

Ce mouvement se confirme en 1999 avec deux textes législatifs majeurs :

La loi Voynet (25 juin 1999) sur l'aménagement et le développent durable du territoire a pour objectif de mieux organiser le territoire autour de communautés géographiques que l'histoire et l'économie ont façonnées à travers la constitution ou le renforcement des pays, des agglomérations ; la région devant assurer le rôle de mobilisation des acteurs locaux. Les pays élaboreront, dans une charte de territoire, leur projet de développement durable. Ils pourront contractualiser avec l'Etat et la Région, dans le cadre de contrats de plan Etat-Région dès lors qu'elles auront organisé un projet global de développement et seront structurées en communautés urbaines ou communautés d'agglomération. Il s'agit bien de mettre en place un nouveau maillage du territoire dans lequel le département paraît notoirement absent.

La loi Chevènement (12 juillet 1999) relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale propose, quant à elle, une nouvelle architecture institutionnelle de l'intercommunalité en milieu urbain, grâce à une forme juridique nouvelle, la communauté d'agglomération. Il met en place un corps de règles unifiées relatives au fonctionnement et à l'organisation de l'ensemble des structures de coopération intercommunale concernant en particulier le milieu rural.

Plus qu'une simplification, cette loi est, elle aussi, organisatrice d'un nouveau maillage du territoire même si les « Pays » ne sont pas traités en tant que tels dans le texte.

La loi Gayssot (13 décembre 2000) ou loi SRU (Solidarité et Renforcements Urbains) qui tend à fournir des outils de planification pour une cohérence de l’aménagement et le développement du territoire.

On peut débattre de la complémentarité ou de la concurrence entre les deux textes ; mais le fait est là : la Nation est en train de se refaire par le bas.

L’impact des réseaux techniques et sociaux

La multiplication des réseaux techniques, depuis plus d'un siècle, a amené vers les années 1980 au constat de leur rôle majeur dans l'espace moderne (G. Dupuy, 1993). Ce rôle est de relier les territoires, de desservir ou d'irriguer les villes, et l'augmentation continue des flux de transports et de communications en font aujourd'hui un des éléments incontournables dans la structuration de l'espace terrestre. Par leur seule existence, les réseaux ramènent à des problèmes théoriques fondamentaux pour la géographie, parmi lesquels :

• celui de l'organisation réticulaire de l'espace

• celui des discontinuités spatiales et des archipels de développement

• celui de la réduction/relativisation des distances

• celui du rôle des innovations dans la structuration de l'espace

• celui du mécanisme d'apparition des réseaux, et de leurs rôles vis à vis du développement territorial


H. Bakis (1990), souligne dans son texte, « La banalisation des territoires en réseaux », que les réseaux humains ont toujours existé. Cependant, la place des réseaux techniques est de plus en plus importante, et ceux-ci sont devenus aujourd'hui un élément fondamental de l'organisation de l'espace. Ils participent ainsi, par exemple, à remettre en cause les limites classiques de l'organisation administrative, tout en étant, parallèlement, garants d'une certaine homogénéité des territoires.

Il est donc intéressant de s'attarder sur ces questions théoriques, car elles balayent d'importantes problématiques modernes, relevant des mutations spatiales que connaît actuellement notre société. En effet, celle-ci évolue vers une forme d'occupation du sol directement liée à un mode de fonctionnement en réseaux, découlant d'une forme d'économie de type libéral (Spector, Theys, 1998). Ce mode de fonctionnement induit des modes d'occupation du sol très marqués, notamment une métropolisation de plus en plus affirmée, et l'Internet n'est pas exclu, loin de là, des agents favorisants cette tendance.

La réduction des distances (notion d’espace-temps)

Les progrès des réseaux de communications au cours de la fin du 19e siècle et durant tout le 20e siècle, ont fait que les distances kilométriques se sont considérablement rallongées, alors même que les distances-temps se sont considérablement raccourcies. Les autoroutes, le TGV, coupés du territoire en ne servant à relier qu'un point à un autre, avec de moins en moins de dessertes, ont engendré des effets tunnels. Le territoire traversé, comme souvent les centre villes reliés entre eux, sont considérés, voire aménagés comme des décors (J.C. Gay, 1995). Dans le contexte plus particulier des télécoms, et à fortiori de l'internet, la question de la distance se pose avec encore plus d'acuités.

Le rapport à l’espace

Les réseaux deviennent un problème de plus en plus important en géographie, parce qu'ils sont de plus en plus présents dans l'espace. Paul Claval précise qu'il existe divers types de réseaux (réseaux généraux de communication, réseaux des transports, et réseaux techniques de communication), et qu'ils sont en interaction constante. Par exemple, le rôle des réseaux techniques de communication est de doubler les réseaux de transport, pour y faire circuler de l'information concernant les problèmes rencontrés lors de l'acheminement des marchandises.

En effet, comme nous avons déjà pu le signaler, le rôle de ces technologies est, dans l'absolu, de gommer la distance séparant les utilisateurs (M.F. Blanquet, 1995).

Ces interactions ont induit une hausse de l'usage des réseaux de communication, qui a elle même engendré une hausse de l'usage des réseaux de transports, notamment par la multiplication des contacts qu'elle a permis. Les contacts par l'intermédiaire du téléphone ou de l'Internet ont en effet engendré des besoins de rencontres, le rapport humain étant le plus souvent privilégié à l'instant de conclure des ententes.

H. Bakis (1993) souligne que l'espace de la communication a longtemps été à la fois un espace-temps et un espace-coût, mais qu'il tend aujourd'hui à se restreindre à la simple notion d'espace-coût.

Les nouveaux territoires

De part les considérations abordées précédemment, avec la notion d’espace-temps, il est possible de poser l’hypothèse que les nouvelles technologies d'information et de communication et l'Internet en particulier participent à l'émergence de nouveaux espaces.

Ainsi, des territoires sont en construction, ils ne sont pas bornés ou, tout au moins, leurs frontières sont souples et mouvantes, ils se définissent et se structurent progressivement sans qu'il ne soit possible encore de les identifier et encore moins de les gouverner. Leur mode de fonctionnement semble différent, libérés des contraintes physiques mais s'inscrivant néanmoins dans un ensemble soumis aux règles et mécanismes des structures et des organisations.

De nouveaux territoires s'élaborent au fur et à mesure sans qu'il ne soit encore possible d'en imaginer ni les contours et encore moins le devenir.

Territoire virtuel

Dans cette section, il est surtout question de dresser des caractéristiques généralistes les plus simples possibles de la notion de territoire virtuel. La première définition traite le sujet dans sa dimension globale, la seconde se penche plus particulièrement sur les aspects d’un développement local. Confronter les deux dimensions du concept nous a semblé évident quand on connaît les enjeux stratégiques et décisionnels qui s’articulent autour de cet antagonisme « Local/Global ».

Nous avons, ainsi, préféré réserver l’analyse de la notion de territoire virtuel (numérique) dans la dernière partie.

Introduction à la notion de territoire virtuel

Nous nous sommes référés, jusqu'ici, à une dimension matérielle de l'espace. Aujourd'hui, cependant, nous avons l'intuition que cette lecture encore physique du territoire et des relations qui s'y exercent, oublie des « processus émergeants » qui cependant commencent déjà à avoir une grande importance dans notre propre présent.

Par le terme de « processus émergeants », nous sous-entendons toutes les applications liées à la communication médiatisée par ordinateur (CMO) dont Internet en est sans nul doute le principal dispositif ; réseau qui ne constitue plus des structures physiques mais des couloirs immatériels à partir desquels un autre territoire possible commence à s'établir. Un territoire virtuel défini à partir de relations établies loin des paramètres traditionnels de l'espace.

Le binôme production-organisation qui avait, jusque-là, caractérisé les relations séculaires entre la ville et le territoire, se définit aujourd'hui dans d'autres termes. Le véritable territoire n'apparaît donc plus comme un lieu mais comme un ensemble de possibles connexions établies entre usagers dans un espace immatériel qui cependant sera le réel en termes d'efficacité productive et culturelle et où, plus qu'une traditionnelle relation de voisinage, il s'agira d'assurer une efficace connexion entre systèmes.

L’aspect concret : une dimension locale

Nous nous plaçons, ici, dans un contexte d’intelligence territoriale encadrant un projet de développement local.

Ainsi, le territoire virtuel est un territoire pleinement porteur - du fait notamment du déploiement des réseaux - de son image et de sa mémoire. Avec tout ce que véhicule une collectivité ou une région en termes de savoirs, d’apprentissage, de transmission de connaissances, d’horizon culturel et bien sûr de marquage visuel.

Or, ce sont ces mêmes rapports du territoire à la mémoire qui agissent aujourd’hui souvent comme autant de vecteurs d’innovation à l’échelle locale.

Dans un sens comme dans l’autre donc, les contenus de l’Internet et ses mutations apparaissent aujourd’hui clairement comme un facteur de tout premier ordre du devenir des entités régionales et locales.

L’espace public, l’horizon urbain, la réalité territoriale nous semblent donc comme se situer au coeur de la problématique présentement abordée. Ceci au travers des modalités naissantes en matière de production de savoirs et de création de connaissances, à l’échelle aussi d’un nouvel univers des possibles dans le domaine de l’aménagement économique et culturel de nos régions, tant il est vrai que ce sont les mécanismes de transfert de savoirs qui conditionnent largement l’émergence des territoires innovants

La CMO comme outil d’analyse

C’est en investissant les champs d’application de la Communication Médiatisée par Ordinateur qui nous a été possible de tisser des points de comparaison entre deux notions qui semblent isolées, celle de « communauté virtuelle » relative à cette discipline et celle de « territoire virtuel » comme elle est définie et appliquée dans le cadre de l’intelligence territoriale et du développement local.

Car actuellement la CMO est seul outil d’étude et d’analyse permettant de mesurer de façon concrète les relations étroites entre le monde physique et le monde virtuel, dues à l’émergence des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Elle permet aussi de mettre en exergue les mutations institutionnelles, socio-économiques, culturelles, organisationnelle et politiques. Ces deux dernières considérations sont les éléments fondateurs indispensables pour caractériser et appréhender cette notion de territoire virtuel. Cela nous permet d’avoir une approche plus « physique ».

Cette partie s’appuie sur une série d’articles réalisés autour d’applications concrètes relatives à la notion de communautés virtuelles, une des formes complexes de la communication médiatisée par ordinateur. Nous nous efforçons, ici, de bâtir certains éléments de réflexion quant aux interdépendances permanentes entre la sphère physique, représentée par le territoire au sens séculaire du terme et la sphère immatérielle, dont Internet en est l’élément essentiel.

Ainsi, nous pouvons évaluer l’influence d’un territoire virtuel, sur la dimension organisationnelle et sociale d’un territoire physique, et réciproquement.

Quelle cohabitation entre territoire physique et virtuel ?

Plan et problématique

La convergence de l’information et des tétécommunications, et également la capacité des TIC à maîtriser les distances spatio-temporelles et à permettrent la mise en commun et en réseau de compétences et de savoirs a permis l’émergence des multiples dispositifs communicationnels.

Plusieurs pratiques d’échanges interpersonnels se sont également développées tels que des systèmes de « communauté virtuelle ».

Ce type d’application intègre de nombreuses considérations et axes de réflexion gravitant autour de diverses disciplines (relation humaine et modification de structure d’un groupe, modification du rapport au discours, aspects techniques, facteurs contextuels comme l’apparition de clivages sociaux) dont il n’est pas matière dans cet article.

L’objet de cette analyse se concentre sur les mécanismes intrinsèques permettant l’interaction en réseau et la formation de communautés virtuelles « d’intérêt commun » dont Licklider et Taylor affirment déjà en 1968 que la formation de communauté ne se ferait pas sur la localisation d’un espace commun « common location » mais sur l’intérêt commun « common interest » et se force à comparer ces dernières au concept de territoire virtuel.

C’est en se fondant sur un article de Jean-François Marcotte « Interaction en réseau et communautés virtuelles » que nous avons pu établir cette comparaison et construire des éléments de réflexion quant aux corrélations existantes entre le territoire virtuel (ou numérique) et le territoire physique (ou matériel) et ainsi, dans une moindre mesure, le plan des relations qui forment la territorialité : le « construit relationnel ».

Nous verrons, par la suite, en quoi ce territoire, au sens séculaire du terme, se présente comme un mécanisme de régulation et un stabilisateur de la sphère immatérielle. L’influence réciproque d’Internet, de manière générale, et du territoire physique dans la dimension organisationnelle et socioéconomique sera donc mise en évidence.

Mais avant toute chose, il semble nécessaire de présenter les théories et caractéristiques fondamentales qui ont permis de construire notre démonstration tout au long de cette analyse.

Fondements théoriques

La CMO au sens large

Comme le définit Santoro, G (1995), le terme « communication médiatisée par ordinateur » est une expression générique qui englobe un large éventail d’activités dans lesquelles les ordinateurs sont utilisés pour médiatiser la communication entre des personnes.

La CMO peut revêtir un sens large ou un sens strict selon la définition adoptée par le terme “communication humaine”.

􀂃 Le sens strict renvoi aux applications de l’ordinateur pour la communication d’une personne à une autre personne (courrier électronique, téléconférences assistée par ordinateur (TCAO) et les « chats rooms » par exemple).

􀂃 Dans un sens large, la CMO englobe virtuellement toute les utilisations que l’on peut faire d’un ordinateur (babillards électroniques, les publications électroniques et les bases de données…).

C’est cette dernière définition (pratique instrumentale et intermentale) que nous utiliserons dans notre résonnement.

Mais les dispositifs de la CMO ne sont pas uniquement « techniques », ils agissent aussi comme médiateurs dans le processus d’échange économique, de coordination d’activités et de coopération entre agents humains. Ces liens interpersonnels tissent un maillage par lequel circulent les informations, les données mais également les marques du social.

Internet comme infrastructure unique de la CMO

Ainsi, nous ferons référence, à la dimension généraliste du concept de Communication Médiatisée par Ordinateur.

Nous citerons des auteurs récents tel que Nancy K. Baym ou encore Philip Agre qui dépassent la description isolée des pratiques de CMO et considèrent l’expression dans son ensemble en utilisant le terme d’Internet.

 

Car, après le « time-sharing » et l’interconnexion de plusieurs ordinateurs à travers des lignes de tétécommunication, c’est surtout la construction des réseaux informatiques qui a rendu possible la diffusion de la CMO à travers des couches de plus en plus importantes de la société.

Internet est donc, ici, caractérisé comme une application de la Communication Médiatisée par Ordinateur et son infrastructure unique.

Caractéristiques fondamentales des éléments de l’étude

Le concept de « communauté virtuelle » et de territoire numérique : dénominateur commun

Communauté virtuelle / groupe social

« La plupart des communautés pratiquent dans une certaine mesure une cognition collective, les interactions à travers lesquelles elles apprennent de leurs expériences respectives, définissent des stratégies communes, développent des lexiques partagés et élaborent une manière de penser propre. » Cette citation de Philip Agre, dont nous avons pu faire référence dans une partie précédente, contient la plupart des éléments indispensables pour appréhender la notion de communauté virtuelle et présente en d’autres termes, d’une part, les « formes d’associations » qui lient les acteurs sociaux entre eux et, d’autre part, les processus cognitifs et communicationnels par lesquels les membres d’une communauté accumule des informations et des connaissances et construisent ainsi des artefacts.

Il nous est possible de prolonger cette définition en précisant que la communauté virtuelle est un « groupe social » qui se présente comme est un système d’action partagé par des individus qui permettent de stabiliser les normes, les valeurs et les pratiques de ses membres en vue d’atteindre des objectifs communs. On retrouve, par extension, la « notion de ressources intellectuelles » partagée rendue possible avec « l’émergence d’une communauté d’intérêt médiatisée par les réseaux informatiques » propre à Licklider et Taylor.

Le terme de « groupe social » et celui de « territoire virtuel », appliqué dans le cadre d’un projet d’intelligence territoriale, font, tout deux, référence à une notion de partage et de ressources partagées. On trouve, en effet, des termes récurrents tel que : objectifs et d’intérêt commun, collaboration, collectif, connaissance commune.

Nous pouvons, dés lors, souligner que pour l’un et l’autre des deux termes se caractérisent comme un lieu de communication informelle rythmant les échanges entre les usagers malgré le contexte environnemental qui lequel ils se situent. Ces transferts de savoirs et de connaissances, cette mise en commun de compétences se meuvent dans une culture de signe (Bourdieu « L’habitus »), de codes, de symboles, de valeurs ; tous les éléments fondateurs de l’identité d’un groupe social. Nous abordons ces considérations, plus en détails, dans la partie suivante.

Cependant, contrairement à ces systèmes communicationnels sur lesquels se fonde la démonstration de cette étude, les différents acteurs/téléacteurs, qui participent à l’extension et au maintien (vie démocratique et sociale) du territoire virtuel, sont reliés entre eux sous une forme organisée afin d’accomplir une tâche à accomplir.

Territoire virtuel

Nous voyons apparaître sous l’influence d’Internet et des réseaux de façon générale, et des systèmes communicationnels liés à la CMO en particulier, de nouvelles architectures territoriales : le territoire virtuel.

Loin du terme générique de territoire virtuel trop prématurément utilisé pour définir ces paradis immatériels et imaginaires de non droit en marge de l'autorité politique et économique des véritables états, le territoire virtuel, au sens où nous l’entendons, apparaît comme la contraction de deux notions : celle de territoire physique et celle de communauté virtuelle.

Ainsi, sans approfondir de manière trop complexe les champs d’application relatifs à l’intelligence et la veille territoriale (nous n’en n’avons ni le temps ni les compétences requises), nous nous bornerons à définir le territoire virtuel comme un territoire pleinement porteur de son image et de sa mémoire (identité territoriale), avec tout ce que véhicule une collectivité ou une région en termes de savoirs, d’apprentissage, de transmission de connaissances, d’horizon culturel et bien sûr de marquage visuel. Il est la représentation d’un groupe d’acteurs s’appropriant un espace de ressources : la territorialité (Bertacchini Yann).

Et encore, il est la représentation de la réalité commune au groupe social autour d’une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, pour l’utilisation conjointe des ressources d’un même espace : univers symbolique partagé (Jodelet, D).

Le territoire physique / matériel

Le territoire physique est cette dimension matérielle tel que l’appréhendons depuis toujours avec ses frontières, ses hiérarchies et ses structures en béton ; tous ce qui correspond à une réalité concrète du territoire.

Selon Prelaz-Droux, trois domaines génériques se distinguent faisant partie des trois types d’éléments-objets dans le territoire (celui que nous traitons, ici, correspond aux éléments du constructif ; les deux autres, les éléments virtuels et les factuels ne sont pas abordés dans cette étude).

Ainsi, nous y trouvons les infrastructures équipant le territoire en réseaux et ouvrages de génie-civil, le milieu naturel et les activités économiques, sociales et culturelles.

Néanmoins, comme il a été démontré jusqu’à présent, le véritable territoire se définit aujourd’hui dans autres termes.

Il n’apparaît donc plus comme un « lieu » mais comme un ensemble de possible connexions établies entre usagers dans un espace immatériel qui reste cependant réel en termes d’efficacité productive et culturelle et où, plus qu’une relation de voisinage, il s’agira d’assurer une efficace connexion entre systèmes.

Pour le géographe Claude Raffestin, le territoire est souligné en tant que production sociale : « le territoire est généré à partir de l’espace, il est le résultat d’une action conduite par un acteur », ce qui lui permet de définir la territorialité comme étant « toujours un rapport, même s’il est différé, avec les autres acteurs ».

Dans cette optique les transformations spatiales fondamentales trouvent nécessairement leur origine dans les modifications de comportement social des acteurs.

Recoupement des concepts

La corrélation entre la communauté virtuelle et le territoire virtuel n’étant plus à démontrer, reste à nous concentrer, dans cette section, à l’exposition des mécanismes sociaux et des mécanismes de régulation. Les premiers permettent la formation de relation stable et le maintien de groupes sociaux dans les environnements virtuels ; les seconds, quant à eux, favorisent la stabilisation du groupe social.

La nécessité d’un contact social. Nous pouvons préciser l’importance, selon Théodore M. Newcomb, de la « proximité écologique » dans la formation des liens entre les personnes (lieux communs de rencontre et de circulation)

L’analyse de ces facteurs primordiaux contribuera à l’affirmation des liens intimes qui unissent la sphère physique et la sphère virtuelle.

􀂃 La synchronisation des rencontres (ou « heures d’ouvertures » établies dans le monde physique ; là encore ce facteur ne rentre pas en ligne de compte de par la forte synergie qui s’applique entre les deux modes, le territoire physique et le territoire virtuel. C’est en ce sens et par cette attraction permanente s’opérant entre la sphère matérielle et immatérielle que le terme de territoire virtuel prend toute sa force et son homogénéité avec le territoire physique.

Mécanismes sociaux et éléments de contrariété communicationnelle

Comme nous l’avons noté, le contexte d’interaction de ces environnements virtuels rend difficile la constitution de relation entre les tété-acteurs. Les mécanismes sociaux tendent à favoriser la stabilisation des relations et le maintien d’un groupe social. Hiltz et Turoff (1981) utilise même le terme « Hôte social » ou (« social Host ») pour désigner ces usagers/acteurs.

Ces mécanismes sociaux, que nous allons décrire, nous permettent de constater, d’une part, leur spécificité semblable avec les objets constitutifs (renvoyé à la section 2.2 de cet article) du monde matériel et, d’autre part, qu’ils sont souvent associés à des contrariétés communicationnelles, c'est-à-dire des problèmes inhérents à la communication interpersonnelle. Contrariétés dont la plupart s’atténuent sous l’influence du territoire physique. Ils sont de plusieurs ordres : mécanismes de régulation et stabilisateur.

Dans le contexte fragile et immatériel des systèmes communicationnels dont nous prenons exemple pour cette analyse (communautés virtuelles /groupes sociaux, on pourrait citer d’autres applications de la CMO telles que les « chats-rooms »), ce sont aux concepteurs, aux organisateurs, aux animateurs de ces environnements virtuels de prendre en charge les mécanismes de régulation. Mais, c’est derniers, précaires, tiennent beaucoup plus au désir et à l’investissement personnel de chaque usager, libre de se mouvoir ou d’expérimenter de nouveaux milieux.

􀂃 La compréhension du système de valeurs partagé et du système culturel par le groupe semble indispensable à la stabilisation d’une relation (caractéristiques sociales identiques dans un contexte politique et institutionnel relatif au territoire physique).

Bien que ce soit la volonté de s’unir qui prédomine toujours, cette tendance semble s’inverser autour du facteur matériel du territoire.

􀂃 Maîtriser la médiation sociale par la conscience des autres (relation avec autrui) et la médiation technique.

Aussi, l’attachement du territoire virtuel ou physique favorise la formation d’un esprit de groupe. Ce lien entre un groupe et un

􀂃 Les systèmes d’organisation générale et une division des rôles dans un environnement donné ; ils sont représentés par les diverses institutions et les hiérarchies territoire émerge généralement lorsqu’il existe une forte cohésion entre les membres du groupe (Notion de territoire partagé).

La présence d’un leader au sein du groupe est souvent déterminante dans le développement de cette cohésion. C’est par des qualités de rassembleur, d’animateur et de modérateur qu’il peut favoriser l’appartenance des usagers au groupe. Ainsi, le leader a souvent un rôle crucial en ce qui concerne l’intégration des nouveaux usagers et la rétention des membres au groupe. Nous pouvons aisément y tisser une métaphore avec les structures sociétales et matérielles d’un territoire : les leaders peuvent être représenté par les repères infrastructurels traditionnels de la ville. Ce sont les institutions administratives et politiques relatives (collectivités locales et territoriales), les instances juridiques (réglementation, lois…), les structures éducatives (universités, formations professionnelles diverses et écoles dans une moindre mesure) : les organes et vecteurs fondamentaux à l’élaboration d’un système social, économique, culturel et politique. Les entreprises, quant à elle, sont symbolisées par ceux qui sont définit dans le texte comme les « nouveaux usagers »).

􀂃 Les systèmes d’autorité ; les collectivités territoriales et les instances judicaires en sont les garants.

􀂃 Les systèmes sociaux

Conclusion : une cohabitation entre le territoire physique et le territoire virtuel

En définitive, nous pouvons avancer l’idée que le territoire physique est le mécanisme de régulation et le stabilisateur du territoire virtuel tel qu’il est défini et appliqué en intelligence territoriale dans les perspectives d’un développement local.

Les instabilités liées à des systèmes de communauté virtuelle (ou groupe) comme celle que nous avons utilisé au fil de notre analyse, s’estompent pour ne pas dire qu’elles disparaissent totalement dans le contexte de territoire virtuel.

L’étude des pratiques et des usages liés aux différents facteurs relationnels et communicationnels, positifs et négatifs, de la communication médiatisée par ordinateur a permis de s’interroger sur les liens intimes qui s’expriment entre les deux territoires et de constater que ces derniers sont indissociable, que l’un influe sur l’autre et réciproquement. C’est en ce sens que nous pouvons dire qu’il existe bel et bien une cohésion incontestable ; nous parlerons même de cohabitation.

Une cohésion socioéconomique et productive matérielle et virtuelle se construit et se développe.

Enfin, la formation d’un territoire virtuel s’appuie sur la stabilisation d’un système de « contrôle social ». Ce terme nous ramène au raisonnement précédent. Le « contrôle social » est régi par la mise en place de plusieurs systèmes intimement liés dont nous pouvons faire la description et permettant de soutenir notre thèse :

Nous terminerons en affirmant que les structures communicationnelles de la CMO n’existent pas en dehors d’un espace social avec ses institutions, ses pratiques et ses conflits. L’insertion complexe « de la société en ligne » dans la vie sociale des « institutions en béton » est pour le moins évidente mais soumise à des mutations profondes permanentes dont les finalités sont particulièrement difficiles à appréhender et plus encore à anticiper.

 

􀂃 Les systèmes normatifs structurés ; ce sont normes, valeurs, culture, la mémoire dont nous faisions références précédemment.

Références bibliographiques

Agre, P., « Cybersociety 2.0 : Revisiting Computer Mediated Communication and Community »

Bakis, H., (1990) « La banalisation des territoires en réseaux », CENT, p.17.

Bakis, H., Cadillo, P.Y., Dubois, G. (1990) « Hétérogénéité spatiale et coût des réseaux » ; PP. 115-131,

Bakis H. coll., (1990) « Communications et territoires », La documentation française, 404 p.

Baym, Nancy, N. (1998) «The Emergence of the On-line Community »

Bertacchini, Y., (2003) « Observation des représentations virtuelles d’un territoire : application à la technopole de Sophia-Antipolis», Humanisme et Entreprise, n°260, pp 1-20.

Claval, P., (1990) « La mise en réseau des territoires », pp. 35-45, Bakis H. coll., (1990) « Communications et territoires », La documentation française, 404 p.

Dupuy, G., (1993) « L'urbanisme des réseaux, théories et méthodes », Paris, Colin.

Gay, J.C., (1995) « Les discontinuités spatiales, Economica » Poche, Géographie concours, 112 p.

Hiltz, Starr R.,Turoff, M., (1993). « The Network Nation : Human Communication via Computer ». The MIT Press, Cambridge (MA), revised edition. Première édition 1978.

Jodelet, D., (1997) « Représentation sociales : un domaine en expansion », in « Les représentations sociales », Sociologie d’aujourd’hui, Puf, Paris.

Licklider, J.C.R., Taylor, R.W., Herbert, E., (1968) « The computer as a communication device. Science and Technology »

Marcotte, J.F., « Interactions en réseaux et communautés virtuelles », Colloque de Montréal « La Communication Médiatisée par Ordinateur : un carrefour de problématiques »

Newcomb, Théodore M et Hartley, Eugene L. (1958). « Readings in social psychology ». Hold, Rinehart and Winston. New-York.

Prelaz-Droux, R., (1995) « Conception d’un système d’information à référence spatiale pour l’aménagement et la gestion du territoire, Approche systémique et procédure de réalisation », EPFL, Lausanne.

Santoro, G., (1995) « What is computer mediated communication ? » Dans Berge, Z. and Collins, M. (Eds.), « Computer mediated communication and the On-line Classroom in Distance Education », Volume 1 – Overview and Perspectives. Cresskill, NJ, Hampton Press.

Spector, T., Theys, J., (1998) Dir. « Villes au XXI°siècle, entre villes et métropoles, rupture ou continuité ? » Colloque de La Rochelle (synthèse) du 19 au 21-10-1998, Collections du CERTU, aménagement et urbanisme.

 


Une lecture possible du territoire Sophipolitain : l’observation des représentations virtuelles d’une technopole

Yann Bertacchini, Eric Boutin

 

 

Abstract : Nous rappellerons dans une première partie les caractéristiques fondamentales d’un territoire et préciserons le plan des relations qui forment la territorialité : le construit relationnel. 

La dimension physique, pour ce qui est de la matérialité des objets territoriaux.

La dimension cognitive, pour leur dénomination et pour les interprétations qui peuvent être faites des événements agissant sur eux.

Dans une deuxième partie, nous nous intéresserons à La dimension normative et symbolique, pour ce qui caractérise les objets virtuels. Nous conduirons une démarche de veille territoriale appliquée à Sophia-Antipolis. Pour cela, nous avons eu recours à plusieurs moteurs de recherche que nous avons interrogés à intervalles réguliers. Nous avons ensuite enrichi cette information brute par des données qui ne sont pas contenues dans l’information renvoyée par GoogleTm  Enfin, nous tenterons un commentaire du territoire Sophipolitain et esquisserons quelques futures voies de recherche.

 

Mots-clé  : Acteur; Internet; Objet; Territoire; Virtuel.

 

Summary : our article is organized in two parts. In a first part we list and show the fundamental characteristics of a territory and will specify the plan of the relations which form the territoriality: the relational built one.  

-physical dimension, as regards the materiality of the territorial objects ·

-cognitive dimension, for their denomination and interpretations which can be made events acting on them.

In a second part, we will be interested in normative dimension and symbolic system, for what characterizes the virtual objects. We will lead a step of territorial day before applied to Sophia-Antipolis technopole. For that, we several search engines had been used which we questioned with regular intervals. We then enriched this rough information by data which are not contained in the information returned by GoogleTm Lastly, we will try a comment of the Sophipolitain territory and will outline some future ways of research.

 

Key words: Actor; Internet; Object; Territory; Virtual.


Plan

Introduction

Le territoire : les caractéristiques fondamentales

Le territoire : un espace terrestre, réel et concret

Des objets concrets aux objets virtuels du territoire.

Le plan des relations qui forment la territorialité : le construit relationnel.

L’observation de la présence Sophipolitaine dans le cyber-espace


Finalité de la démarche de veille : l’appréciation de la territorialité comme sens donné au territoire

L’objet de la veille : les objets territoriaux virtuels et leur rôle dans la territorialité.

Méthodologie de la veille.

Les résultats de la veille appliquée au territoire.

Conclusion


Introduction

Le projet de création de la technopole de Sophia-Antipolis est initié sous l’ère industrielle et accompagné de cette définition : Cité Internationale de la Sagesse, des Sciences et des Techniques. Le territoire retenu pour cette implantation se situe dans le Sud de la France près de la ville de Nice bien loin des traditionnelles régions d’accueil d’industries lourdes. L’équipe des fondateurs était composée de représentants des Ecole des Mines et des Ponts et chaussées.

Technopole pensée et conçue par ses fondateurs comme un territoire dédiée à la production de connaissances, elle traverse aujourd’hui un énième cycle : l’avènement des Tic, moteurs de l’économie numérique. Cette dernière a opéré nombre de changements dans le fonctionnement des entreprises et des institutions. Dans une économie d’abondance d’informations et de moyens de communication[14], la connaissance devient l’actif clé, reconnu, et la formation de cette connaissance, sa capitalisation interroge dans une époque marquée par de fréquentes ruptures d’équipes et de distances entre les foyers d’innovation. En cela, la création de Sophia-Antipolis fut un acte d’anticipation de la migration d’un territoire physique vers un autre, virtuel que nous interrogerons dans notre contribution.

Nous sommes les témoins d’un mouvement interactif double. La mise à profit de la connaissance par l’innovation prend une importance déterminante dans la stratégie des organisations marchandes et non marchandes. Les nouvelles technologies et nouveaux réseaux entraînent la mutation de l’espace public.

Sophia-Antipolis n’échappe probablement pas à ces transformations mais ses créateurs ont choisi dès l’origine d’instaurer ou d’essayer d’instaurer des facteurs de réduction de l’incertitude liée aux périls pressentis de l’ère numérique et à toute activité d’innovation[15]. Il est avéré, aujourd’hui, que la concentration géographique d’industriels et de scientifiques opérant dans des domaines d’activité voisins stimule l’innovation[16]. La proximité joue un rôle décisif et s’avère indispensable au transfert de connaissances informelles[17].

Certes, Sophia-Antipolis possède un ancrage territorial fort revendiqué dans les plaquettes de présentations proposées par les institutions qui créent un sentiment d’appartenir à une communauté professionnelle. Mais, l’ancrage ainsi revendiqué est à modérer parce que les chercheurs, techniciens, cadres, dirigeants des firmes et organisations localisées sur le site sont assujettis à la mobilité professionnelle. Si, comme nous l’avons mentionné, la proximité joue un rôle décisif, le processus d’innovation n’est pas toujours territorialisé et le développement de nouveaux moyens de communication conduit à une dissociation entre les lieux d’émission et de diffusion de la connaissance[18]. La surface visible couverte par la technopole est aujourd’hui morcelée en sous-territoire (ou sous-systèmes) communaux[19]. La surface invisible organisée en réseaux virtuels est partielle et parcellisée. Elle se trouve  probablement être en cours de constitution. Les formes et l’état des surfaces visibles et invisibles peuvent, peut-être, contrarier l’unité, l’équilibre et le futur de cette réalisation.

Dans cet article, nous observerons et étudierons les représentations Sophipolitaines sur Internet et nous les confronterons à une lecture du territoire. Nous organisons notre propos de la manière suivante. Dans une première partie nous rappellerons les caractéristiques fondamentales d’un territoire et préciserons le plan des relations qui forment la territorialité  : le construit relationnel. Dans une deuxième partie, nous conduirons une démarche de veille territoriale appliquée à Sophia-Antipolis. Pour cela, nous avons eu recours à plusieurs moteurs de recherche que nous avons interrogés à intervalles réguliers[20] et tenterons un commentaire du territoire Sophipolitain.

Le territoire : les caractéristiques fondamentales

Bernard Poche[21] cite Scivoletto qui distingue trois types d'espace :

-Organique, qui procède de la situation et du conditionnement biologique, comportemental ou éthologique ;

-Perceptif, résultant de processus sensoriels ;               

-Symbolique, qui s'identifie à l'abstraction.

Ces espaces peuvent s'interpréter de la façon suivante : l'espace organique peut être rapproché de la dimension physique (l’espace tel qu’il est); l'espace perceptif de la dimension cognitive (l’espace tel qu’il est appréhendé); l'espace symbolique de la dimension normative (l’espace tel qu’il est abstrait en fonction des normes propres  à chaque acteur).
Le parcours de ces trois espaces peut conduire à la construction d’un territoire. En tant que système, le territoire peut être conçu comme non isolé, non-linéaire et auto-organisant.

Il est non isolé car il est soumis à des flux d'énergie et de matière qui tendent à renouveler ses éléments. Il est évidemment non-linéaire car il est le lieu de multiples interactions, créant ainsi une complexité de comportements qui ne peut pas se résumer à un modèle simple et déterministe. A fortiori, l'évolution d'un territoire, avec ses composants multiples, ne se place pas sur une trajectoire déterminée à l'avance. Dans les limités ainsi définies le territoire est aussi un système auto-organisant.

Atlan[22] déclare que «la création de signification de l'information est au centre des phénomènes d'auto organisation». A sa suite nous pouvons constater que le territoire est composé d'éléments porteurs de sens. Ces éléments porteurs de sens sont les vecteurs de la territorialité. On peut donc définir la territorialité comme l’agent qui permet de transformer l’espace en territoire. Notre démarche en conséquence  relève du repérage par l’intermédiaire de moteur de recherche de ces agents porteurs de sens. Il s’agit donc d’une analyse sémantique qui s’attachera aux processus producteurs du sens territorial de la technopole de Sophia Antipolis. Cette analyse nous permettra notamment d’évaluer si les trois types d’espace sophiapolitains sont cohérents avec la production d’une territorialité.

Le territoire : les plans de l’analyse.

Pour Bailly[23], le territoire est d'abord «un espace terrestre, réel et concret, (qui) est donné, vécu et perçu». Il est donné car concret et réel, vécu par la confrontation de son identité avec nos intentionnalités et nos finalités, perçu par le contact de proximité et les dimensions de notre interaction avec lui. La relation au territoire est perçue au travers des rôles assumés par l'acteur. Inversement, le territoire peut être vu comme un ensemble de construits relationnels, une espèce d'extériorisation spatiale d'un groupe social comme le propose Poche[24]. Au travers du jeu social, les acteurs définissent un système humainement construit avec le territoire. Major[25] à la suite de Schwarz[26] propose d'établir un modèle du système «territoire» qui rende compte à la fois de la matérialité des objets territoriaux, des approches cognitives différentes des intervenants qui en effectuent une lecture spécifique, et du sens «territorial» qui transforme l'espace en ressources partagées. Le modèle systémique que ces auteurs ont élaboré se décompose en trois plans fortement imbriqués et indissociables l'un de l'autre :

-celui de la matière physique (premier niveau);

-celui de l'information (deuxième niveau);

-celui de l'identité (troisième niveau)

Ces niveaux sont à considérer comme des ensembles imbriqués de nature différente. Ce modèle est aussi une représentation de la complexité d'un système. Dans cette perspective, nous allons décrire chacun des trois plans et définir leur contenu : objets physiques et concrets au premier plan; relations et informations, mais aussi agrégation ou composition d'objets dans des concepts au deuxième plan; Enfin, territoire en tant qu'espace porteur de sens pour l'acteur et en tant que lieu d'interactions multiples entre acteurs au troisième plan.

Le territoire : le plan physique/organique.

Nous commençons la description du modèle systémique par le plan physique, celui de la matière et de tout ce qui est construit à partir de cette matière. Au préalable, et à la suite de Prelaz-Droux[27], nous identifierons trois types d'éléments-objets dans le territoire. Il s'agit des éléments :

-constitutifs, qui correspondent à une réalité concrète du territoire. Pour les classifier Prelaz-Droux[28] distingue trois domaines génériques : (1) les infrastructures équipant le territoire en réseaux et ouvrages de génie-civil; (2) le milieu naturel (sol, eau, air, faune, flore) et le milieu anthropique; (3) les activités économiques, sociales et culturelles.

-virtuels  que nous, pouvons classer en deux types : virtuels normatifs et symboliques.

Ils seront présentés dans une section ultérieure et plus particulièrement lorsque nous étudierons les représentations de la technopole sur Internet.

-Les éléments facteurs et factuels

Un exemple d’élément facteur peut être l’innovation technologique. L'innovation technologique est à la fois porteuse de gains de productivité, de changement et d'adaptation à de nouvelles conditions de travail. Mais elle  peut également générer du chômage. Ainsi les éléments facteurs nécessitent une interprétation et peuvent conduire à l’émergence d’éléments factuels. D'une part, pour apparaître ou disparaître, les éléments factuels utilisent un ou plusieurs objets constitutifs (exple : les unités de production pour l'innovation technologique) D'autre part, pour pouvoir en interpréter le sens, il faut faire référence à un modèle explicatif qui va fonctionner en tant que contexte d'interprétation (l’innovation technologique).

Le territoire : le plan de l’information.

Le deuxième plan du modèle met en évidence les informations circulantes et les relations entre les objets du premier plan. L’étude de la présence de Sophia Antipolis sur Internet, les liens existants entre sites nous informent sur ce construit relationnel. Toujours à la suite de Prelaz-Droux[29] nous pouvons retenir d'une part, les éléments identificateurs et d'autre part, les relations entre les objets.

-En ce qui concerne les objets constitutifs, on remarque au plan de l’information :

Les relations topologiques liant les éléments par des notions de voisinage, d'adjacence, d'intersection, d'appartenance, d'inclusion ;

Les relations d'utilisation ou d'occupation : les véhicules utilisant des voies de circulation, les entreprises utilisant des fournitures pour produire ou des réseaux pour distribuer leurs produits ;

Mais aussi, les bâtiments occupent un certain volume et une surface au sol, tout comme la végétation.

L’étude du plan de l’information pourrait être développée en théorie concernant les objets virtuels et les éléments facteurs. Cependant, compte tenu de la complexité de cette description, et notamment au regard d’une problématique comme celle de l’influence d’Internet sur la construction d’un territoire nous proposons au lecteur de s’inscrire dans la démarche pratique d’observation des flux d’information au sein de Sophia Antipolis.

La démarche de veille : le plan de l’information.

La finalité de la démarche de veille est l’appréciation de la territorialité comme sens donné au territoire. Cette veille correspond au plan de l’information. Elle s’intéresse aux objets virtuels. Nous pouvons à présent les décrire.

Les objets territoriaux virtuels sont issus de processus d'abstraction appliqués aux éléments du territoire par les acteurs et regroupent, de manière composite, une série d'objets constitutifs. Nous, pouvons les classer en deux types : normatifs et symboliques.

-Les objets virtuels normatifs :

Les entreprises, qui rassemblent à la fois des hommes, des bâtiments, des surfaces d'implantation, des ressources financières, mais aussi du savoir-faire ou des réseaux de distributions relèvent des objets virtuels normatifs. On peut aussi citer les zones d'affectation ou les pôles d'échange associés à l'aménagement du territoire.

-Les objets virtuels symboliques :      

Ces objets sont porteurs d'une projection affective, et font référence alors à une histoire[30] Nous pouvons citer les objets du patrimoine architectural ou du paysage. Le rôle des objets virtuels dans le plan des relations qui forment la territorialité est important. En effet, ils sont aussi le résultat d'un processus de complexification du territoire en rapport avec une activité. Ils marquent la volonté d'un intervenant décisionnel de poser les règles du jeu pour essayer de le contrôler, et en tous cas d'apparaître comme partenaire à part entière dans ce jeu. Ils peuvent donc devenir, par ce biais, des outils de stratégie et des enjeux à fort pouvoir symbolique.

Les objets virtuels normatifs et symboliques sont associés étroitement. Ainsi un objet virtuel symbolique comme Sophia Antipolis est associé à un ensemble d’objets virtuels normatifs[31].

Par la pratique d’une veille appliquée au territoire, nous allons évoluer au travers de trois dimensions qui sont pour la dimension physique : la proximité instrumentale, pour la dimension cognitive : la représentation des objets, pour la dimension normative et symbolique : la gestion de l'héritage symbolique. Les processus producteurs de sens (proximité instrumentale, représentation des objets territoriaux, gestion de l'héritage symbolique) ont pour objectif de construire une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, pour l'utilisation conjointe des ressources d'un même espace et concourent à la création d'une représentation de la réalité commune au groupe social au sens de Jodelet[32]. La territorialité peut se concevoir comme une représentation sociale d'un groupe s'appropriant un espace de ressources et se construit d'abord dans le rapport de l'individuel au collectif, et dans l'intériorisation des modèles de comportements adéquats, permettant de se situer dans une histoire commune.

Cela sous-entend que la territorialité fait l'objet d'un apprentissage, en tant que forme de connaissance, dans le contexte d'un modèle de référence et de processus aidant à la construction de cette connaissance. 

Enfin, le rôle du groupe en tant que formateur du sens, dans la dimension intersubjective et dans la réalité de la pratique territoriale par le savoir faire, est essentiel pour normer et réguler les comportements individuels sur le territoire.


Ce tableau conclut sur les caractéristiques de la territorialité:

 

TERRITORIALITE

 

ELEMENTS

 

PROCESSUS

 

ACTEURS CONCERNES

Dimension physique

Objet territorial

Proximité instrumentale

Individu, Institutions

Dimension cognitive

Langue, éléments d’interprétation

Représentation des objets

Groupe social dans son ensemble

Dimension normative et symbolique

Règles, signes, symboles

Gestion de l'héritage Symbolique (rites)

Autorités par délégation

 

Tableau 1 : La territorialité : représentation sociale d'un groupe s'appropriant un espace de ressources.



La proximité instrumentale, peut être traduite par l'accès aux ressources d'un espace commun par l'utilisation d'un objet et met en valeur, directement, les enjeux sociaux de l'appropriation. La rencontre formelle et informelle d’acteurs différents s'organise au travers du réseau des parties prenantes à l'action sur l'objet territorial et autour d'une régulation et de rituels.

La dénomination des objets territoriaux dans la langue permet leur représentation et leur communication en constituant l'identité du groupe social par la définition d'un langage de la spatialité du groupe.

La territorialité passe donc par une "lisibilité" de l'espace, lisibilité partagée par un groupe dans sa pratique du territoire.

La dernière dimension regroupe les objets virtuels qui symbolisent la référence aux comportements attendus, les règles en vigueur, et cristallise ainsi, autour de l'objet territorial, le sens normatif. Il s’agit de permettre le repérage du comportement individuel pour pouvoir l'inscrire dans une histoire collective mais aussi permettre le rappel de l'appartenance au même espace.

Caractéristiques des moteurs de recherche et des types de résultats fournis.

A intervalle régulier et à durée constante et ce, sur plusieurs mois nous avons utilisé par vague trois moteurs de recherche : http  ://www.google.com , http  ://www.kartoo.com ,  http  ://search.mapstan.net/.Les méta-moteurs pré-cités ont été sollicités sur l’expression de recherche suivante : Sophia Antipolis. Les moteurs peuvent présentent leurs résultats de trois manières diffleurs résultats : en liste, en réseau, et par capitalisation. Le moteur Google présente ses résultats en liste. Nous en présentons un exemple ci-dessous.

Universite de Nice Sophia-Antipolis
Description  : Site officiel. Informations générales, ressources, bibliothèque, serveurs de l'université.
Catégorie  : World > Français > ... > France > Université de Nice
www.sophia-antipolis.net/ - 1k - 11 déc 2002 - En cache - Pages similaires

Le moteur Kartoo présente quant à lui directement ses résultats sous la forme de tableaux et de réseaux. En voici l’exemple.


 

  université

  nice

  route

  lucioles

  accès

  recherche

  serveur

  interne

  implantations

  école

  mines

  paris

  centre

  côte

  tourisme

  nice sophia antipolis

  inria sophia antipolis

  route des lucioles

  mines de paris

  école des mines

  06560 valbonne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(c) Kartoo 2001

 


Grâce au méta-moteur de recherche Map Stan Search on peut donner une représentation non seulement plus accessible des résultats de Google sous la forme d’un graphique mais encore exprimés sous la forme de paramètres spatiaux comme la rue ou le quartier. Les résultats  des requêtes opérées sont archivés afin d’être exploitées ultérieurement et capitalisé. En effet, par la technologie WPSTM, (Web Positioning System) MapStan Search analyse et synthétise les sites issus de la recherche sous forme d'un plan de quartier1 et de sa légende2, enfin d’une clustérisation3.


 

1 : plan de quartier

 

2 : légende

 

 

3 : clusterisation (classification de sites voisins en fonction de leur contenu)

 

 

 


Compte tenu de l’utilisation de ces outils la collecte et le traitement des données se déroule en plusieurs étapes. Il s’agit

La préparation du corpus d’étude s’est déroulée en plusieurs étapes. Dans une premier temps,  nous avons essayé de mieux appréhender la présence virtuelle globale de sophia antipolis, ensuite nous avons regroupé en classe les sites contenant l’expression sophia antipolis puis nous avons approfondi les liens révélés entre ces sites.

Nous avons utilisé le moteur Google parce qu’il détient à lui seul une part de marché égale à 50 % et qu’il est fréquemment cité dans les classements effectués par les internautes. Nous avons étendu nos recherches aux trois catégories de sites Web présents sur le moteur Google  : le Web mondial, la catégorie Français ; les pages France. Nous présentons ci-dessous le tableau récapitulatif des résultats de notre collecte.



 

 

Présence du mot sophia antipolis               « Rechercher les pages »

 

                                                                  Sur le Web    Pages  Francophone France

 

Dans le titre seulement        4670                        2710              3840

Dans le titre & dans la page   286                          24                      40

Dans le texte                                                       49000            65100         90500

Dans l’adresse                                                     1920              535             1440

Dans l’adresse & n’importe où dans la page          2950              8500 2130

Dans les liens de la page                           1670              872             1020

Dans le titre et dans l’adresse                    1820              65               527

 

            Tableau 2 récapitulatif : présence virtuelle globale de sophia antipolis

 


Nous avons également sondé le répertoire Google directory en vue d’obtenir une clustérisation des informations liées à l’objet de notre étude et à la requête +sophia antipolis+ le moteur de recherche nous a retourné : 199 sites dans la catégorie mentionnée ci-dessous.
  World > Français > ... > Villes et villages > Sophia Antipolis

 

Pour constituer le corpus nous avons choisi de nous intéresser aux sites qui contenaient dans leur titre l’expression sophia antipolis. Afin de constituer notre corpus d’études, nous avons utilisé les 100 premières réponses délivrées par le moteur Google en retour à la requête allintitle[33]: sophia antipolis. En effet, seule une petite fraction (de 5 à 10 %) des internautes consultent les résultats de ce moteur de recherche au delà des cents premiers résultats. Lors de cette phase, nous avons relevé le nom du site et l’url associée en supprimant les redondances. Après vérification, seuls 54 sites sur cent étaient exploitables. Ensuite, nous avons qualifié l’information délivrée par le site puis nous avons enrichi cette information par l’étude des liens existants entre les sites Web.

La popularité d’un site Web dépend en effet du nombre et de la qualité des liens que cette page reçoit du reste du web. Plus une page est citée plus elle est reconnue. Pour obtenir ce résultat nous avons comptabilisé les pages qui citent directement le site étudié et dès lors, plus une page est citée plus cette page a de l’importance.

Nous avons corrigé ce résultat parce qu’il s’agit de déterminer si la page qui cite est elle-même citée par d’autres pages : plus elle est citée plus sa citation a de poids. Les citations issues d’une page qui envoie des liens hypertextes à tort et à travers a peu de poids. Le tableau suivant récapitule les cent premières occurrences.

 

Nom du site

Url du site (http ://)

Activité

Nombre de liens

Nombre de liens croisés avec des url du corpus

1.Universite de Nice Sophia-Antipolis

www.unice.fr

Université

 

 

2.Site de Sophia Antipolis

www.sophia-antipolis.net

Information sur

Sophia

 

 

3.INRIA - unité de recherche INRIA Sophia-Antipolis

www.inria.fr

Recherche

 

 

4.sophia-antipolis

www.sophia-antipolis.org

Fondation

 

 

5.Ceram Sophia Antipolis

www.ceram.edu

 

Ecole

 

 

6.Valbonne Sophia Antipolis

www.alpes-azur.com

Office de tourisme

 

 

7.AFSSA - Sophia Antipolis

www.beekeeping.com

Entreprise

 

 

8.Jeune Chambre Economique Antibes Sophia Antipolis

www.jceasa.asso.fr

Association

 

 

9.Sophia antipolis, IMPLANTATIONS GEOGRAPHIQUE, CONNAITRE L'ECOLE

www.ensmp.fr

Ecole des mines (implantation géog)

 

 

10.Ecole Supérieur d'Ingénieurs de Nice Sophia Antipolis

www.esinsa.unice.fr

Ecole d’ingénieurs

 

 

11.Lions Club Valbonne Sophia-Antipolis

Perso.club-internet.fr

Personnel

 

 

12.ACRI SA Sophia Antipolis

www.acri.fr

Enterprise

 

 

13.Center for Energy Sudies Sophia Antipolis

www-cenerg.cma.fr

Recherche

 

 

14.Offres d'emploi - Cannes/Sophia Antipolis avec Paca Job

www.pacajob.com

Entreprise

 

 

15.Ville de Nice - Sophia Antipolis - Agence de Communication

www.3wpointcom.com

Ville

 

 

16.Di Workshop Sophia Antipolis, March 2002

www.w3.org

Recherche

 

 

17.Sophia-Antipolis - Visiplus Online Marketing

sophia.antipolis.france.visiplus.net

Entreprise

 

 

18.SAME 2003 - Sophia Antipolis forum of MicroElectronics - CICA

www.same-conference.org

Forum

 

 

19.TIME Europe | On Your Own Time  : Sophia Antipolis

www.time.com

Information

 

 

20.Contact Us - Sophia Antipolis, France - Lionbridge

www.lionbridge.com

Association

1770

 

21.Centres d'Affaires Sophia-Antipolis

www.nci-lescentresdaffaires.com

Entreprise

 

 

22.Hôtels de Valbonne Sophia Antipolis

www.provenceweb.fr

Hotel

 

 

23.SOPHIA-ANTIPOLIS

www-eleves-isia.cma.fr

Ecole

 

 

24.Cursus Sophia-Antipolis

www.enst.fr

Ecole

 

 

25.Sophia-Antipolis

Perso.club-internet.fr/erra/PHILIPPON

Personnel

 

 

26.Site internet de la Ville de Valbonne Sophia Antipolis

www.riviera-magazine.com

Ville

 

 

27.Sophia Antipolis Design Center

www.arm.com

Entreprise

 

 

28.SOFTEAM Sophia-Antipolis

www.softeam.fr

Idem

556

0

29.ANTIBES, Société des Gens de jardins ../..

www.jardinsud.com

Association

42

0

30.acces sophia antipolis

www.ensmp.fr

Ecole des mines

3300

 

31.Ibis Hotel Valbonne Sophia Antipolis

www.azurguide.com

Hôtel

210

0

32.Christophe Diot, INRIA Sophia Antipolis

www.sprintlabs.com

Recherche

208

0

33.DEA Pharmacologie Universite Nice-Sophia Antipolis

dea.ipmc.cnrs.fr

Université

4

0

34.Sophia Antipolis  : IT on the Med

www.infoworld.com

Entreprise

15000

0

35.SOPHIA ANTIPOLIS Plan

www.chez.com

Plan

2030

0

36.Hotel Sophia Antipolis - Mediathel

www.mediathel.com

Hotel

26

1 lien sortant

Sophia Antipolis

www.linux-france.org

Entreprise

908

0

37.NicOx headquarters in Sophia Antipolis, France

www.nicox.com

Idem

78

0

Sophia Antipolis

www.europole-med-arbois.org

Technopole

28

0

38.THE REVOLUTION AT SOPHIA-ANTIPOLIS

www.redherring.com

Economique

14400

0

39.Giorci Web  : Sophia Antipolis

Giorci.tripod.com

Personnel

0

0

40.Sophia-Antipolis - ABS Business Environment

www.abs-center.com

Entreprise

10

0

41.Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Nice Sophia Antipolis

www.esinsa.unice.fr

Ecole d’ingénieur

96

1 lien sortant

42.World Trade Center Nice Sophia Antipolis contacts

www.iserve.wtca.org

Economique

0

0

43.SITE DE SOPHIA ANTIPOLIS Laboratoire d'études et de recherches ...

www.afssa.fr/

Agence fse de

sécurité alimentaire

806

0

44.Sophia Antipolis

www3.jetro.go.jp

Japon

0

0

Sophia Antipolis

www.bikupan.se

Suede

30

0

45.Accommodation Search Engine  : lodging in Sophia Antipolis, France

www.ase.net

Logement

13500

0

46.ALUMNI MEETING IN SOPHIA ANTIPOLIS, MARCH 21, 2002

www.eurecom.fr

Ecole

778

2 liens croisés  (4) 5 liens sortants

47.MediaMente  : "Il polo di Sophia Antipolis"

www.mediamente.rai.it

Media

2110

0

48.Jobs at Intel, France, Working and Living in Sophia Antipolis

www.intel.com

Enterprise

49900

0

49.Go to INLN by air, etc., UNSA-CNRS, Sophia Antipolis, France

www.inln.cnrs.fr

CNRS

248

1 lien croisé

50.Data Base Forum - Sophia Antipolis

www.databaseforum.org

Forum

88

0

50.Apéro php sur Antibes Sophia-Antipolis

www.dev.nexen.net

Association

0

0

51.Sophia Antipolis hotels reservation hotels Sophia Antipolis

www.e-hotellerie.com

Hotel

312

0

52.Wind River University Program University of Nice - Sophia

www.windriver.com

Enterprise

4010

0

53.3GPP/PCG#6 Meeting Sophia Antipolis, 10 April 2001 3GPP/PCG#6(01 ...

www.3gpp.org

Organisation partenariale

2060

0

54.Forum Training For Entrepreneurship.Sophia Antipolis 19/20

www.europa.eu.int

Forum

3.     55300

4.     0

Tableau 3 : corpus constitué des cents premières réponses[34] & étude des liens      inter url.

 

Figure 4 : Réseau des liens existants à partir de www.unice.fr

Le nombre de sites déposés par an.

L’analyse de l’année des dépôts des sites Nous observons une distribution avec un pic en 1996 et un autre plus élevé en 1999. Depuis le nombre de dépôt de nom de domaine suit une pente décroissante. Ce résultat est à manier avec précaution puisque nous raisonnons sur les cent premières réponses de Google. En réalité, il s’agit des cinquante quatre sites exploitables puisque nous avons éliminé les doublons des cents premiers résultats.

Nous nous sommes intéressés aux 1000 premiers sites affichés par chaque méta-moteur et, nous avons opéré des regroupements de mots-clé ou classes afin de clusteriser les représentations virtuelles du territoire Sophipolitain. La classification (clustering) consiste à regrouper les documents d’un index par ensemble logique.

Nous avons choisi les mots suivants afin de désigner chaque cluster obtenu. Ce tableau montre trois clusters caractéristiques de la représentation virtuelle de sophia antipolis sous l’angle thématique. De façon attendue, le premier cluster concerne la recherche le second est géographique et montre un territoire sophipolitain.

 

Cluster 1

Domaine d’activité

 

RECHERCHE

            

UNIVERSITE

             

 

TECHNOLOGIE

 

 

INGENIEUR

              

 

Cluster 2

Géographique

Europe

France

Paca

French riviera

Alpes-maritimes

Cluster 3 Objet

Réservation

Restauration

Lodging

Bed & breakfeast

Tennis

Tableau 4 : clusters représentatifs des représentations virtuelles Sophia-Antipolitaines.

 

Nous avons noté que le nombre des sites relatifs à la technopole et indexés par les moteurs de recherche sur l’Internet mondial a enregistré une progression régulière au fur et à mesure de notre consultation. En effet, au début de notre observation, le moteurs et les méta-moteurs sollicités nous indiquaient un total de 147.000 sites or, à la fin de notre campagne d’observation nous avions un total de 152.000 indexés par ces agents de recherche. En ce qui concerne les résultats affichés nous relevons une différence notoire selon que l’on sollicite les sites repérés sur tout le web (152.000) ou par le web français (66.000). Nous pensons que les tendances relevées résultent du fait que nous avons innervé les moteurs de recherche en les sollicitant fréquemment sur une même équation de recherche.

Conclusion

Le territoire fait partie des objets d’études complexes et lui même est le support de phénomènes complexes. Les T.I.C, activité motrice à Sophia Antipolis, tendent  à complexité. La complexification territoriale entraîne la modification des relations que les acteurs entretiennent avec les objets territoriaux[35]. La création de nouveaux objets constitutifs entraîne la complexification du monde réel, alors que celle de nouveaux objets virtuels entraîne la modification des règles de l'interaction[36]. Parce que la règle est la cristallisation du comportement attendu, la complexification territoriale entraîne un processus d'apprentissage social pour reconstituer une territorialité commune. D'où toute l'importance des institutions garantes du référentiel symbolique permettant l'encadrement interprétatif, sorte de moule social constitué par des réseaux larges porteurs du sens de l'interprétation.

C'est pour cela que nous pouvons qualifier d'auto-organisant le système territorial lorsqu’il s’est défini un processus d’apprentissage social. Dans le sens où les composants du territoire portent leur propre justification au travers de l'interprétation qui leur en est donné.

Afin d’esquisser une réponse à cette complexification et de favoriser les relations entre les acteurs territoriaux, trois lois fondamentales se proposent d’organiser le territoire et constituent un chantier majeur de la 11e législature. Nous les présentons succinctement ainsi que le cadre de leur application :

25 juin 1999 : loi Voynet.

“Aménagement et développement durable du territoire”

Création de territoires de concertation et de contractualisation

12 juillet 1999 : loi Chevènement.

“Coopération intercommunale”

Cadre institutionnel pour aménager et développer un territoire

13 décembre 2000 : loi Gayssot.

“Solidarité et renforcement urbains”

Outils de planification pour une cohérence de l’aménagement et le développement d’un territoire

 

1 - Loi “Chevènement” : coopération intercommunale, cadre institutionnel pour aménager et développer un territoire.

Le régime des communautés de communes, d’agglomérations, et urbaines,

TPU et DGF, compétences partagées.

2 - Loi “Voynet” : orientation pour le développement et  l’aménagement durable du territoire (un territoire + un projet = un contrat) Contrats de pays et d’agglomération Volet territorial des Contrats de Plan

 

3 -Loi “SRU”: outils de planification pour une cohérence de l’aménagement et le développement d’un territoire

Schéma de cohérence territoriale : Carte communale et Plan local d’urbanisme.

Par la pratique de cette veille territoriale appliquée au territoire Sophipolitain, nous avons aussi vu le rôle de l'objet territorial. En effet, la finalité de la veille fut l’étude des représentations des objets territoriaux virtuels et leur rôle dans la territorialité.

Les composants territoriaux virtuels sont issus de processus d'abstraction appliqués aux éléments du territoire par les acteurs et regroupent, de manière composite, une série d'objets constitutifs. Des objets virtuels que nous pouvons classer en deux types : virtuels normatifs et symboliques.

Nous avons spécifié la place de l’objet dans la réalisation de la territorialité en regard des trois dimensions constitutives de cette territorialité.


TERRITORIALITE

ELEMENTS

PROCESSUS

ACTEURS CONCERNES

Dimension physique

Objet territorial

Proximité instrumentale

Individu, Institutions

Dimension cognitive

Langue, éléments d’interprétation

Représentation des objets

Groupe social dans son ensemble

Dimension normative et symbolique

 

Règles, signes, symboles

Gestion de l'héritage Symbolique (rites)

Autorités par délégation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau 5 : La territorialité : représentation sociale d'un groupe s'appropriant un espace de ressources.

 

De la pratique de cette veille (approximativement, 3 milliards de pages indexées par le moteur Google) appliquée à la technopole de Sophia-Antipolis et aux objets virtuels qui renvoient ou devraient renvoyer à la dimension normative et symbolique du territoire, nous en tirons plusieurs remarques majeures. Ces observations du virtuel relèvent de domaines complémentaires et interactifs quand il s’agit de comprendre un territoire et ses territorialités.

L’ancrage territorial : ou dimension physique

-alors que la technopole est supportée par un territoire physique morcelé en sous-systèmes locaux, les objets étudiés ne renvoient pas à cette dimension ou que très faiblement.

L’organisation territoriale : ou préparation de la territorialité

-alors que des lois cadres essaient d’intégrer la complexification territoriale et de susciter des territoires de projet ou des projets de territoire, l’étude des représentations Sophipolitaines ne mentionnent quasiment pas cet aspect.

 

Etude des sites Web et leurs relations : ou dimension sémantique

-l’étude des sites retournés par le moteur Google à la requête allintitle : sophia antipolis et de leurs relations, indiquent que les sites territoriaux institutionnels ne jouent pas le jeu du maillage territorial en renvoyant des liens vers les sites majeurs du territoire.

-les sites académiques renvoient vers d’autres sites académiques et sont beaucoup plus cités qu’ils ne citent.

-seuls dans leur majorité les sites de nature commerciale renvoient à la dimension physique du territoire et représentent un véritable ancrage sémantique sans lequel le développement territorial peut être fortement compromis. A contrario, les sites académiques qui ont largement contribué à connoter la technopole citent des ensembles de même nature ou de même appartenance.

Classes d’information et apprentissage : ou dimension normative & symbolique.

-les clusters formés à partir des informations collectées lors de la veille territoriale pratiquée, ne renvoient pas à tous les éléments constitutifs de la territorialité à savoir l’apprentissage social du territoire.

L’Internet esquisse des territoires qui ne sont pas conçues comme des unités conscientes au sens de Kant[37] ni comme des places publiques. Ces territoires contemporains combinent physique et virtuel et renvoient à des espaces et à des liens sociaux. Si nous avons encore des difficultés à les déchiffrer pour tenter de mieux les comprendre, nous pouvons esquisser quelques éléments de réponse perçus lors de cette veille territoriale appliquée au Mythe «Sophia-Antipolis».

Certes les fondateurs de la technopole ont su lire le futur en la définissant : Cité des Sciences des techniques et de la Sagesse. En effet, l’image que véhicule la technopole est bien celle d’un territoire d’accueil de la connaissance et producteur de connaissances. Dès lors, nous pourrions associer cet espace à une fonction d’émetteur-récepteur. Mais aujourd’hui, si le territoire du futur s’est enraciné irréversiblement, les Tic inéluctablement se développent, se diffusent et interrogent des liens entre les mobilités virtuelles et spatiales.

 

Nous savons depuis toujours que l’espace se produit par la coexistence et des interactions sémantiques contradictoires d’êtres spatiaux. Les observations des représentations virtuelles sophipolitaines nous le conf