156 articles – 226 Notices  [english version]
LABO I3M
Liens vers :
- Accueil @SIC

Une recherche entre épistémologie et approches pragmatiques en sciences de l'information et de la communication : la notion de DISTIC

Les recherches empiriques conduites au sein du laboratoire I3m concernant des champs s'étendant des veilles informationnelles et de l'intelligence territoriale jusqu'à la réception des médias et les études de genre d'une part, et les recherches théoriques menées à partir du séminaire porté par ce même laboratoire sur la consistance des sciences de l'information et de la communication d'autre part, ont convergé vers la mise en évidence d'un concept organisateur des sciences de l'information et de la communication et plus largement des sceinces de l'humain et du social : le concept de Dispositifs Socio-Techniques d'Information et de Communication (Distic). Cette convergence acquise, il s'agit aujourd'hui pour les chercheurs du laboratoire de démontrer non seulement la validité heuristique mais également opératoire du concept mis en évidence. Dans les deux ans qui viennent, tout en poursuivant nos interrogations épistémologiques sur les rapports entre sciences de l'information et de la communication et sciences connexes, notre objectif sera d'éprouver et, le cas échéant, de démontrer la pertinence du concept de dispositif comme descripteur et analyseur des situations concrètes de communication.

Des enjeux scientifiques et sociaux

Les mutations de la société de l'information et de la communication ne sont pas isomorphes au plan du développement des technologies de l'information et de la communication. La problématique centrale du laboratoire repose en somme sur le postulat selon lequel ce sont les interactions profondes du social et des techniques qui sont les principaux déterminants des modes de communication dans nos sociétés. La notion de Distic interagit avec ce postulat. Un Distic peut être décrit comme un dispositif déduit de l'interaction du social et du technique. Mais il peut également être décrit comme un appareil organisateur de cette interaction. Suivant la description retenue, suivant que le Distic est considéré comme dispositif (effet) ou comme appareil (cause), peuvent se dessiner des enjeux concernant la compréhension des mutations communicationnelles de nos sociétés C'est cette transformation en profondeur, articulant à la fois le social et la technique, qu'il s'agit d'interroger. Sont engagées dans le débat des questions comme la notion d'usage. Les enjeux scientifiques et sociétaux de la problématique des Distic sont donc considérables.

Une définition du Distic : transmission et communication

La définition du Distic, telle que l'envisage I3m, englobe et dépasse les définitions restreintes comme celle du dispositif sémio-langagier correspondant à un simple énoncé médiatique clos et autonome. Un Distic est un lieu privilégié d'interaction entre communication et transmission. Il est d'une part bien plus qu'un moyen permettant la transmission (ce terme étant utilisé dans son acception temporelle) ou la communication (ce terme étant utilisé dans son acception spatiale). Chaque Distic, par exemple Internet, se caractérise par une articulation spécifique et nouvelle entre transmission et communication. Il est d'autre part bien plus qu'un ensemble structuré de moyens langagiers pluri-sémiotiques mis en oeuvre par une instance de production pour réaliser des intentions communicatives. En envisageant la communication comme des interactions production-dispositif-réception se réalisant au sein de multiples contextes, le dispositif est conçu comme un lieu de médiation, composé de multiples facteurs sémiotiques, esthétiques et techniques en interaction qui relient sensoriellement et de manière médiate les acteurs sociaux. Le Distic porte intrinsèquement les traces des activités de production humaine et organisationnelle qui vont circuler socialement et à partir desquelles de la signification et des actions sociales sont construites en réception. Une grande partie des recherches se veulent ouvertement pragmatiques, c'est-à-dire en lien avec les contextes socio- économiques et socio-politiques. Cette conception des Distic conduit par exemple à inclure, d'une part, les interactions entre producteurs et usagers, d'autre part, les relations que les acteurs sociaux entretiennent avec les objets matériels communicationnels et les systèmes de signes (quels que soient les médias et leurs composantes techniques : médias de masse, internet, musées, ...).

Une approche pragmatique

Considéré a minima comme un objet scientifique inscrit au sein d'un processus communicationnel, le Distic est systématiquement étudié en articulation avec la production et la réception au sein de multiples contextes. Ainsi les recherches que le laboratoire mène sur ce concept ne portent ni sur les systèmes de signes, ni sur la technique elle-même dans la mesure où ces approches opératoires se trouvent partiellement réintégrées et articulées au sein des Distic pour la compréhension des mutations communicationnelles. Pour le dire simplement, les recherches portent sur les dispositifs d'information communication en tant qu'ils sont utilisés dans nos sociétés par les hommes communiquant. Essentiellement ancrées au sein des sciences de l'information et de la communication, les recherches portent donc, plus exactement, sur la production, la réception, les usages sociaux et socio-économiques des dispositifs communicationnels, étudiés en interaction avec les systèmes sémiotiques et techniques. Bien qu'envisagés, sur le plan théorique, comme interaction et lieu de médiation complexe, les Distic sont cependant étudiés, afin de réaliser des recherches empiriques valides, de manière circonscrite et plus opératoire. Mais l'approche des Distic sous le seul angle des processus d'information et de communication ne pourraient rendre compte de l'ampleur et de la complexité de la notion de dispositif elle-même. Cela a conduit l'équipe d'origine d'I3m à intégrer dans son sein des chercheurs issus d'autres disciplines et , dans cette nouvelle étape de son développement, à s’associer avec des chercheurs conservant leur discipline de rattachement (principalement en gestion, économie, droit, science de l'éducation, et géographie). Sous tous ces angles, le Distic est empiriquement étudié en envisageant deux types d'interactions : une interaction production-dispositif ; une interaction dispositif-réception. En étant conscients que des recherches empiriques nécessitent de souvent se concentrer uniquement sur certains aspects des objets complexes pour obtenir des études empiriques valides, l'expérience des quatre années précédentes de recherche à I3m montre que l'analyse en deux type d'interaction s'avère heuristique et donne des résultats opérationnels tout à fait satisfaisant. Dans le premier type d'interaction, les chercheurs du laboratoire, selon leurs spécificités, s'intéressent aux conditions psychologiques, sociales, organisationnelles, institutionnelles, politiques ou économiques qui sous-tendent et organisent la production du Distic. Dans une perspective de pragmatique de l'énonciation, ce dernier est considéré comme un lieu de médiation entre supports techniques, facteurs socio-organisationnels et socio- institutionnels (construits en fonction d'objectifs et des contraintes organisationnels et institutionnels) et systèmes sémiotiques. Dans le deuxième type d'interaction, les chercheurs du laboratoire, selon leurs spécificités, s'intéressent à la réception, aux effets et aux usages individuels et sociaux des dispositifs au sein de contextes sociaux, économiques, juridiques ou politiques. Le Distic est reçu et traité par des sujets sociaux qui co-construisent de la signification à la suite d'un processus complexe de réception individuelle. Le Distic intervient et participe à la formation des représentations sociales, des valeurs et normes sociales, des attitudes individuelles, des comportements et actions sociaux, socio-économiques ou socio-politiques.

Un pluralisme méthodologique

Cette problématique, à la fois fondamentale et appliquée, suivie par l'ensemble des chercheurs du laboratoire I3m, a été conçue de manière à guider les démarches empiriques. Sur le plan épistémologique et méthodologique, le laboratoire prône le pluralisme méthodologique. Partant du principe que les connaissances scientifiques se construisent dans le domaine des sciences de l'information et de la communication en articulant à la fois des méthodologies empirico-inductives et hypothético-déductives, la palette des méthodologies utilisées par les chercheurs est très large, allant des enquêtes qualitatives, des analyses de corpus aux enquêtes quantitatives et à l'expérimentation de terrain ou de laboratoire. Au sein des 5 axes de recherche d'I3m, la problématique générale est déclinée selon des niveaux d'études et des échelles différentes, en fonction des contextes théoriques épistémologiques et méthodologiques propres à chaque équipe de travail : soient des échelles macro-sociales (en étudiant, par exemple, les interactions des Distic avec le culturel dans une dimension territorialisée), soit méso-sociales (niveau des organisations et des instituions), soit micro- sociales (niveau des interactions interpersonnelles), soit micro-individuelles (niveau individuel étudiant l'interaction des Distic avec, par exemple, le cognitif ou l'émotionnel).

Les dispositifs socio-techniques, un concept organisateur des SIC

Aujourd'hui encore, les recherches en sciences de l'information et de la communication semblent morcelées (études empiriques et approches de terrain d'une part et études théoriques et approches épistémologiques d'autre part), clivées (approche informationnelle versus approche communicationnelle) et divisées (approche fonctionnaliste versus approche critique). Les apports de méthodes et de théories considérées comme extrinsèques (moins en lien avec un champ spécifique qui serait celui des sciences de l'information et de la communication qu'en fonction de l'existence de champs conçus comme légitimes de par leur antériorité historique (sciences économiques, droit, gestion, géographie voire même mathématiques, biologie ou physique) contribuent également à ne définir les sciences de l'information et de la communication que, en une forme de tautologie, que par un objet qui est cette société de l'information et de la communication dans laquelle elles ont pris corps. Cet ensemble que constitue les sciences de l'information et la communication oscille, comme la société du même nom, entre extrême compacité et complexité et extrême fragmentation et simplification. Cette oscillation n'était que le résultat conjoint d'un point de vue ou plus précisément d'une absence de point de vue sur la société de l'information et de la communication et du regard surplombant antérieurement porté par les disciplines académiques sur les sciences de l'information et de la communication. Toutefois, l'effet était d'autant plus subi que les sciences de l'information et de la communication n'ont pas toujours su rendre compte de leur objet scientifique. Le concept de Distic est l'un des concepts opératoires, et peut être le plus déterminant, pour rendre compte de la spécificité du champ considéré. Une rupture épistémologique est donc en cours. En maintenant les orientations actuelles du séminaire dans le développement des sciences de l'information et de la communication et en favorisant l'ouverture vers des disciplines connexes par l'invitation de chercheurs dont les objets sont souvent transversaux, l'objectif est de mieux repérer les apports du concept de Distic au plan théorique mais également au plan pratique.

L'équipe i3M

Accueil @SIC